Le statu quo de Kabela et la clé française de l’Olympiacos

Son historique salarial, son présent professionnel (et pas seulement), les déjà 20 coups qu’il a reçus, la hiérarchie des décisions qui, comme tout le montre, n’est pas pressée pour Remy Campella et la paroisse française d’Olympiakos dans laquelle le « rouge et Blancs » pariant dans la compétition exigeante pour la signature du milieu de terrain de 32 ans.

Comme d’habitude, avec l’arrivée du printemps, la transcription estivale a commencé. Plus tôt que prévu, la tragédie de la guerre en Ukraine a révélé deux cas de footballeurs libres et célèbres, tous deux libérés par Krasnodar. Après Victor Claesson, Rémy Campella domine la vie domestique depuis quelques jours.

Le milieu de terrain français de 32 ans est tout de même polyvalent, l’Olympiakos revendiquant ses chances dans la compétition – difficile et déjà intense à plusieurs niveaux – pour sa signature, pariant bien sûr sur l’élément français et ayant changé en termes de pouvoir de négociation du club. le statut des « rouges et blancs », même dans des cas similaires à Campbell, ce qui semble (et serait probablement) improbable dans tout autre contexte. Aujourd’hui, cependant, ils restent difficiles, mais ils sont combattus et justifient l’effort, l’ambition et l’espoir.

Le contrat de Campella expire en juin prochain (tout comme Claesson). Il était connu qu’il ne s’étendait pas. Au cours de l’année écoulée, Kabela avait intensifié ses fonctions publiques pertinentes, qualifiant parfois à tort sa décision de déménager à Krasnodar à l’été 2019 et déprimant parfois le niveau du championnat russe.

Cependant, cela n’a en rien entravé son professionnalisme ni diminué ses performances. En règle générale, l’année dernière, le meilleur joueur de Krasnodar a été élu, alors que cette année, il était celui avec les passes promotionnelles les plus réussies jusqu’à la trêve hivernale. Cependant, sa décision de ne pas rester en Russie a longtemps été plus qu’un secret commun, qui a été « annoncé » à la suite de la tragédie de la guerre alors que la séparation des deux parties s’accélérait.

Campella est en France depuis début février pour se remettre d’une blessure (non précisée) qu’il porte depuis fin novembre. Elle prévoyait de revenir à Krasnodar le dimanche 27 février, pour participer progressivement aux entraînements du club russe et revenir à la compétition (lundi dernier, il s’est imposé 2-1 à domicile dans l’Oural).

Cependant, le début de la guerre a reporté le voyage à Krasnodar, avec la décision du club de résilier les contrats des joueurs étrangers, ce qui a conduit à la résiliation anticipée de la coopération entre les deux parties. Et d’une manière ou d’une autre, Kabela peut maintenant se déplacer librement avec le parlement.

Les « anciens » en France

Gratuit et déjà polyvalent. Dimanche dernier, il a suivi de près le match entre son ancienne équipe, Saint-Etienne, et les Mets. En effet, après la fin du match, il a visité les vestiaires des « Stefanoua », a été adulé par leurs supporters et a également occupé les médias français, qui attendaient raisonnablement son retour à « Zofroua Gissard ».

« Je ne vous dirai pas si nous avons de la place dans le vestiaire », commente en riant l’entraîneur stéphanois Pascal Dupraz, interrogé sur un éventuel retour de Campella. Le milieu de terrain français n’a peut-être pas exclu de profiter de l’opportunité que lui offre la FIFA pour trouver une équipe pour boucler facilement la saison en cours, mais, comme il l’a dit, ses priorités sont bien différentes en ce moment.

« Pour l’instant non, je ne pense à rien tout de suite. J’ai quelques mois devant moi et j’aimerais les utiliser de la meilleure façon possible pour atteindre 100%, surmonter complètement sa blessure et ainsi être complètement prêt pour le nouvelle saison’, c’est le communiqué indicatif dominical des intentions du quadruple international avec le milieu multimodal ‘tricolores’.

Typiquement, alors qu’il se remettait en France, il s’entraînait avec une autre ancienne équipe, Montpellier. Chose qu’il a refaite en 2019, juste après son transfert à Krasnodar, lorsqu’il a subi la pire blessure de sa carrière, une rupture du ligament croisé, qui l’a éloigné des terrains pendant sept mois.

Résultats, priorités et papier solide de l’Olympiacos

En raison du statut, il est clair que Kabela a des options (il en manquerait …) et le moment de prendre ses décisions quand il veut prioriser en conséquence. Il est également significatif que son agent, Philippe Piola, ait admis dans des questions pertinentes aux journalistes français – qui peuvent ou non intéresser Saint-Etienne – qu’il a déjà porté plus de 20 coups à son client.

Des chocs de tous les coins du monde, pour toutes les occasions (par exemple pour une affaire jusqu’à la fin de la saison ou pour d’autres à partir de l’été) et bien sûr pour chaque / et chaque poche. Des groupes de la péninsule arabique, par exemple, ont déjà annoncé la possibilité d’appels d’offres supérieurs à 3,5 millions d’euros par an.

Et il ne pouvait en être autrement, compte tenu de l’évolution salariale de Kabelas dans sa carrière. À l’été 2014, il a déménagé à Newcastle, où il a signé un contrat de 1,5 million d’euros par an (45 000 livres par semaine son revenu brut). Son prêt à Marseille l’année suivante lui vaut cette somme qui atteint près de 2 millions d’euros lors de son rachat par les Phocéens à l’été 2016.

En raison de son déménagement à Saint-Étienne en 2018, ses revenus ont chuté de 25%, mais il s’est «remis» de ce qui précède, lorsqu’à l’été 2019, Krasnodar a payé 13,5 millions d’euros (12 correctifs et 1,5 bonus) pour le mettre dans le l’acquisition de transfert la plus chère de son histoire à ce jour et la deuxième mieux payée de sa liste, avec des bénéfices annuels de 3 millions d’euros.

Après tout, dans chaque rapport qu’il a fait sur sa décision à l’époque, il a toujours gardé publiquement inchangées les principales raisons pour lesquelles il l’a prise, les raisons financières, puisque – loin d’être la seconde – il a conclu un contrat de vie. Si ça lui suffit maintenant ? Cela se verra dès son prochain choix.

Quoi qu’il propose, il peut clairement trouver des options similaires. S’il demande de l’argent, alors il sera à l’aise dans la péninsule arabique, s’il veut de la concurrence, alors il devra oublier tout ce qui se rapproche des montants ci-dessus, et aussi s’il veut être rapatrié.

Chercher quelque chose entre les deux augmentera les chances de ceux qui peuvent fournir le package et la qualité de vie. Et voilà l’élément français à « coller » pour l’Olympiakos. Les compatriotes confirmés de Kabelas et les francophones en général ont beaucoup à dire (et le meilleur) sur Athènes et il sait de première main – et la main de ses compatriotes, comme François Monesto, qui est également de Corse – et ce qui peut être offert pour lui sur le plan professionnel/financier mais aussi sur le plan personnel/familial (également catalyseur dans ses décisions).

Mais nous avons dit. La différence et finalement le catalyseur dans sa décision sera joué par la hiérarchie. Qu’est-ce que le Français de 32 ans jugera comme le plus élémentaire. Il a déjà assez d’options et logiquement il en trouvera d’autres, il a maintenant autant de temps qu’il veut et réconforte trop donc en abondance ce dont (il) a besoin pour se détendre.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.