Les décès sur les routes montent en flèche en août ; Les motocyclistes sont les principales victimes

Les deux premières semaines du mois ne sont même pas encore terminées et déjà l’une des périodes d’août avec le plus grand nombre de victimes de la circulation en Franca ces dernières années. Avec quatre décès enregistrés en l’espace de six jours, les chiffres inquiètent les autorités : sur les quatre morts, trois impliquaient des coursiers.

Le premier cas s’est terminé par la mort de l’éducatrice Lucia Helena Ribeiro Couto Rosa. A 67 ans, elle traversait l’avenue Santos Dumont, devant Amazonas, en début de soirée du 4 août, lorsqu’elle a été renversée par une camionnette. Lucia a été sauvée, mais est décédée lors de son admission à l’hôpital.

Le lendemain, 5 août, la victime était… livreur Kleiton Eurípedes Figueiredo, 38 ans. Le motocycliste marchait dans la rue Batatais, au centre de la ville, lorsqu’il a tenté de dépasser le camion qui effectuait la conversion à l’intersection avec la rue Couto Magalhães et est entré en collision avec le centre du véhicule. Le livreur, père d’un enfant de deux mois, a subi une grave blessure à la jambe et est décédé quelques heures après avoir été secouru.

Le lundi 8, le livreur Paulo Sérgio Moreira, 56 ans, a été la victime mortelle. Il travaillait lorsqu’il a été percuté par derrière par une Fiat Pálio sur l’autoroute Ronan Rocha, près de Coca Cola. Paulo a été traîné sur plusieurs mètres et a atteint deux panneaux de signalisation. Il a été transporté à l’hôpital dans un état grave et est décédé. Le conducteur responsable de l’accident a pris la fuite et n’a pas encore été identifié.

Le mardi 9, un autre accident impliquant un livreur s’est soldé par un décès. Encore une fois, sur une autoroute. L’affaire s’est produite vers 21h30 à Cândido Portinari. Le livreur revenait à la cafétéria où il livrait lorsqu’il a percuté un cycliste qui partait à contresens. Maicon Aparecido Gualberto, 31 ans, a été projeté à plusieurs mètres et heurté par d’autres véhicules sur la route. Il était mort instantanément.

Les accidents inquiètent tout le monde

Júnior Medeiros, 48 ​​ans, travaille avec sa moto depuis 30 ans. Ce qui était autrefois un revenu secondaire est devenu un gagne-pain il y a 15 ans. Sa routine est épuisante – il quitte la maison à 8 heures du matin, revient à 14 heures, repart à 17 heures et ne revient qu’à minuit pour se reposer.

Pour lui, le grand nombre d’accidents impliquant des motocyclistes est lié à l’augmentation de nouveaux chauffeurs-livreurs, souvent inexpérimentés. «Je me rends compte que beaucoup de gens ont découvert le métier de motoboy pendant la pandémie. Beaucoup de gens étaient sans travail et ont commencé à accoucher. En conséquence, le nombre de motos et d’accidents a également augmenté », explique Júlio, qui dirige aujourd’hui un groupe de livraison de plus de 150 motards.

Júlio énumère également d’autres facteurs pour l’augmentation expressive des décès. En plus du manque d’expérience, il y a une pression sur les délais de livraison courts et les appels mobiles en conduisant.

« Les applications alimentaires vous donnent en moyenne 10 minutes pour vous rendre au restaurant. Si vous n’êtes pas à l’heure, vous perdrez la course et n’obtiendrez rien. Après avoir mangé, vous avez 10 minutes pour vous rendre chez le client. Ce temps obligatoire assure donc indirectement que l’on souhaite y arriver rapidement », explique-t-il.

« Les conducteurs et les motocyclistes utilisent des téléphones portables en conduisant. Ils ne conduisent qu’avec l’autre main, car ils sont occupés avec le téléphone portable. Je pense que ce facteur est la principale raison pour laquelle les conducteurs ne s’arrêtent pas aux panneaux « stop », aux feux rouges, ce genre de choses. Beaucoup de manque d’attention », a poursuivi Junior.

Bien qu’il ait confirmé qu’il doit courir sur les voies, Junior affirme que les principales causes d’accidents sont toujours les conducteurs des voitures et qu’il a peur d’aller travailler et de ne pas revenir.

« Beaucoup de gens critiquent le motoboy pour sa vitesse, que le motoboy est fou, qu’il n’aime pas la vie, que la valeur de sa vie est l’accouchement, et ce n’est pas comme ça. Nous sommes parents, la plupart d’entre eux sont mariés. Nous avons des enfants, une femme et nous voulons rentrer à la maison. Avoir une proie ne signifie pas que vous êtes fou et parfois parce qu’à une vitesse plus élevée (bien que) vous n’êtes pas toujours plus rapide que la route, le risque d’accident est plus élevé », explique Junior.

Evandro, 35 ans, est livreur depuis quatre ans. Pour lui, les autorités comme la Maréchaussée, la mairie et les automobilistes en général doivent subir une large mise à jour.

« Franca a un besoin urgent d’un plan de reconversion des chauffeurs en général. Ce n’est pas toujours la faute du motard. Nous voyons beaucoup de gens sur leur téléphone portable en conduisant et cela provoque beaucoup d’inattention. Il faut se rééduquer car les amendes ne servent à rien », a déclaré Evandro.

Alarme à la mairie
Outre les motards, la mairie s’inquiète également de la forte augmentation du nombre d’accidents mortels au second semestre, après un début d’année moins tragique. Le premier semestre s’est terminé avec le plus faible nombre de décès ces dernières années, mais 10 personnes ont perdu la vie au cours des 45 premiers jours du seul second semestre.

« Les principales victimes sont les motocyclistes. Nous allons faire une campagne d’éducation destinée aux chauffeurs-livreurs et aux motards, dans laquelle nous parlerons de sensibilisation au respect des règles de circulation. Et surtout, la prise de conscience de la vie de ce professionnel, qu’il est plus important qu’une livraison plus rapide », a déclaré le colonel Araújo, ministre de la Sécurité et de la Circulation.

Araújo a également déclaré que la mairie investit dans de nouveaux chronomètres pour les feux de circulation, les voies arrière et « étudie des améliorations » dans les endroits où le taux d’accidents est élevé. Les radars restent apparemment loin d’être une priorité pour la ville de Franca.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.