Les « papiers » de K. Mitsotakis en tête de « 27 » sur l’énergie

À partir de Dimitris Gatsiou

Le Premier ministre prépare les intenses discussions du sommet de Bruxelles les deux jours des 24 et 25 mars et avec… au compas l’expression, exprimée sur tous les tons, qu’il faut « des réponses européennes, à un problème européen » . La … réunion des dirigeants des « 27 » se déroule dans l’ombre … des changements tectoniques de la carte géopolitique et énergétique, résultant de l’invasion russe de l’Ukraine. Des changements tectoniques qui ont un impact direct sur les budgets des consommateurs et des entreprises, avec les travaux du Sommet jugés cruciaux pour le grand enjeu de la réponse commune à… Des complications qui corrigent l’exactitude et la valorisation continue des biens.

« Initiative courageuse »

Le signal à la Commission de rechercher et de présenter des propositions et des solutions concrètes aux « 27 » a déjà été donné par le sommet extraordinaire de Versailles. Et ce qui reste à répondre, avec l’ouverture du rideau à Bruxelles, c’est si les travaux du Conseil européen… rappelleront le cadre et l’intensité des discussions et processus internes de juillet 2020. Quand un total de cinq jours de consultation est nécessaire avant que la famille européenne ne s’allume… feu vert au fonds de relance en réponse à la pression suffocante du virus pandémique sur les économies.

« Les demandes et les besoins des citoyens européens s’appliquent à tous… L’impact sur la vie des citoyens de l’énergie et des biens de consommation est si grave qu’aucun pays ne peut y répondre… est une priorité pour l’Union européenne d’intervenir principalement dans le domaine de l’énergie… Voilà, il est clair qu’il nous faut une courageuse initiative européenne… », est le message d’Athènes.

Les attentes

Dans la foulée des annonces du gouvernement pour la prochaine phase de soutien aux ménages, aux entreprises et aux agriculteurs, le Palais Maximos attend l’heure bruxelloise de la crise énergétique, tout en « concrétisant » les alliances grecques. Dans ce contexte, le front commun Athènes-Rome-Madrid et Lisbonne détermine les aspirations grecques.

Animés par Mario Draghi, présence physique de Pedro Sanchez et Antonio Costa et présence en ligne de Kyriakos Mitsotakis, en raison de la maladie à coronavirus, les pourparlers des quatre pays du sud de l’Europe ont eu lieu hier, axés sur l’énergie et la relance communale des États membres du nord. . « Il s’agit d’un problème paneuropéen qui nécessite une réponse européenne commune, c’est pourquoi le Premier ministre maintient au premier plan la nécessité de réponses globales à la crise », ont déclaré des responsables gouvernementaux.

Kyriakos Mitsotakis se rend au sommet après avoir formé des alliances, mais aussi avec la livraison du plan en « six points » qu’il a proposé et est sous le… microscope de la Commission européenne, qui a été appelée à présenter aux « 27 » des mouvements de bouclier . L’aboutissement des propositions de Mitsotakis, qui favorisent l’Italie, la France, l’Espagne et la Belgique, est de plafonner le prix de gros du gaz, de « fixer » la marge de fluctuation des prix et le prix correspondant de l’électricité. Des représentants du gouvernement affirment que les quatre dirigeants qui se sont rencontrés hier ne sont pas tous membres de la famille du Parti populaire européen. Et cela montre, comme on dit, que les propositions du Premier ministre se répandent et résonnent dans tous les groupes politiques. Quoi qu’il en soit, avec tous les désaccords entre les dirigeants, tout le monde à Bruxelles reconnaît la nécessité d’une action supplémentaire, qui soutiendra des millions de consommateurs et d’entreprises.

Avec l’achèvement, hier tôt à midi, des pourparlers Mitsotaki-Draghi-Sanchez-Costa, trois points clés que n’importe quel rapport du Premier ministre peut contenir sont ce qui sera l’aboutissement de la stratégie de la Grèce au Conseil au sommet :

-Indiquer première: Le Premier ministre a souligné qu’aucun pays ne peut gérer seul cette crise, car les initiatives nationales ne suffisent pas.

-Indiquer seconde: Nous avons besoin d’initiatives européennes contre les tendances spéculatives.

-Indiquer la troisième: Pour souligner que la crise énergétique pourrait réveiller le cauchemar du populisme en Europe.

« Nous avons besoin de mesures qui protégeront nos sociétés jusqu’à au moins la fin de la guerre et la normalisation du fonctionnement des marchés… Je suis sûr que le Conseil européen doit non seulement reconnaître l’urgence des circonstances, mais des décisions immédiates. .. » a déclaré le Premier ministre.

« Hors de lieu et de temps » le débat sur les bulletins de vote

Le Palais Maximos et l’équipe financière, vingt-trois heures après l’annonce des mesures d’aide, proposent les principaux concepts de « verrouillage » des ménages, des entreprises et des agriculteurs tout en assurant la stabilité budgétaire.

« C’est un choix qui répond aux besoins de la société mais qui ne s’écarte pas de la résilience de l’économie, relever les défis du présent sans porter atteinte à l’avenir, tout en respectant les sacrifices que les citoyens ont consentis dans le passé », ont déclaré des responsables gouvernementaux.

Dans un contexte plus général, comme l’ont noté les mêmes cadres avec lesquels « K » s’est entretenu, les messages que Kyriakos Mitsotakis a envoyés mercredi dernier avaient un ton clair. « Les citoyens ont souffert de crises multiples. D’abord la crise économique, puis la crise pandémique et maintenant la crise énergétique. Kyriakos Mitsotakis a parlé de façon réaliste. Et le gouvernement est là, il connaît les difficultés et peut faire ce qu’il fait… » en particulier les plus vulnérables et la classe moyenne … En même temps, cependant, nous gardons également des stocks pour la période à venir … De plus, l’ampleur du problème et les effets sur l’économie dans la période à venir sont inconnus,  » notent-ils.

À l’heure où de nombreuses questions se posent dans l’équation géopolitique et énergétique, le gouvernement maintient la stabilité au premier plan, axant sa stratégie sur les besoins du peuple, espérant la reprise et mettant fin à tout scénario d’élections anticipées.

« Tout débat sur les élections est déplacé et hors du temps. Le débat est rompu ici et il n’y a pas de problème, car il crée un climat d’instabilité, à un moment où le pays a besoin de stabilité et de leadership », ont déclaré des responsables gouvernementaux. † Ils rappellent que le Premier ministre n’a jamais laissé une telle possibilité ouverte dans ses discussions publiques ou privées, et a précisé à de nombreuses reprises que les urnes seront dressées à la fin des quatre ans.

* Republié du « Chapitre » en circulation

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.