Les restrictions imposées à l’enclave russe sont une décision de l’UE, selon une multinationale lituanienne

« ETCe n’est pas une décision lituanienne. Ce sont des sanctions européennes qui sont entrées en vigueur le 17 juin et les chemins de fer appliquent maintenant les sanctions », a déclaré le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis à Luxembourg.

La diplomatie russe a dénoncé aujourd’hui l’introduction de restrictions hostiles au transit de marchandises par chemin de fer à travers la Lituanie vers l’enclave de Kaliningrad, et menace de représailles si elles ne sont pas levées.

Selon Landsbergis, les services ferroviaires lituaniens ont informé leurs clients que les produits en acier et en métaux ferreux sanctionnés par l’UE « ne seront plus autorisés en Lituanie » dans le cadre des sanctions contre la Russie pour avoir envahi l’Ukraine le 24 février.

« Cela se fait en consultation avec la Commission européenne et conformément aux orientations de la Commission européenne », a souligné Landsbergis, qui participe à une réunion des chefs de la diplomatie de l’UE à Luxembourg, citée par l’agence française AFP.

Kaliningrad est une enclave baltique séparée du reste de la Russie et limitrophe de la Lituanie et de la Pologne, deux pays de l’UE et de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué aujourd’hui le chargé d’affaires lituanien à Moscou pour formaliser une protestation et exiger la fin immédiate de la mesure.

Le gouvernement russe a déclaré au représentant lituanien qu’il considérait cela comme une « mesure provocatrice » et « ouvertement hostile », selon un communiqué du ministère dirigé par Sergueï Lavrov.

Pour Moscou, la décision viole les obligations internationales de la Lituanie, en particulier la déclaration conjointe UE-Russie de 2002 sur le transit entre le territoire russe et Kaliningrad.

« Si le transit des marchandises entre Kaliningrad et le reste du territoire de la Fédération de Russie via la Lituanie n’est pas entièrement rétabli prochainement, la Russie se réserve le droit de prendre des mesures pour défendre ses intérêts nationaux », a déclaré la diplomatie russe.

Face à la réponse russe, une porte-parole de l’unité de fret du réseau ferroviaire lituanien a rappelé aujourd’hui que « le transit terrestre entre la région de Kaliningrad et d’autres parties de la Fédération de Russie n’a été ni suspendu ni interdit ».

L’entreprise « n’a imposé unilatéralement aucune restriction personnelle. Le transit des passagers et des marchandises non soumis aux sanctions de l’UE ne sera pas affecté », a déclaré la porte-parole à l’agence espagnole EFE.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, s’est prononcé contre la réponse de Moscou, affirmant que « la Russie n’a pas le droit de menacer la Lituanie ».

« Nous saluons la position de principe de la Lituanie et soutenons de tout cœur nos amis lituaniens », a ajouté Kuleba sur le réseau social Twitter, selon l’AFP.

Le gouverneur de Kaliningrad, Anton Alikhanov, avait précédemment déclaré que la mesure affecterait 40 à 50 % des importations totales dans la région.

Alikhanov a admis que les autorités lituaniennes avaient informé le service ferroviaire de Kaliningrad de la décision.

L’UE et plusieurs pays, comme les États-Unis, le Royaume-Uni ou le Japon, ont émis des paquets successifs de sanctions contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine.

L’UE a déclaré qu’elle veillait à ne pas nuire à la population russe avec ses paquets de mesures et les produits exclus liés à la santé, à l’alimentation et à l’agriculture.

La liste des produits sanctionnés comprend jusqu’à 90 % des importations de pétrole, de charbon, d’acier, de fer, de bois, ainsi que de caviar et de « vodka ».

Les interdictions sont appliquées par les autorités douanières de l’UE.

En plus des sanctions, les alliés occidentaux ont également fourni aux troupes ukrainiennes des armes pour combattre les forces russes.

Le Portugal maintient 146 marines en Lituanie dans le cadre d’une force de l’OTAN pour assurer la sécurité de la population en cas d’agression éventuelle.

Lire aussi : « La Russie utilise la faim comme moyen d’augmenter sa tension artérielle »

Soyez toujours le premier informé.
Choix du consommateur pour la sixième année consécutive et prix cinq étoiles pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.