L’Europe enregistre 17 897 cas et le Portugal est le sixième pays avec l’incidence la plus élevée

Les données figurent dans le bulletin conjoint publié aujourd’hui par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et la délégation régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe, montrant qu’au 9 août, 17 897 cas de monkeypox dans 41 pays et territoires dans la région européenne.

Par pays européen, le Portugal est le sixième avec le plus grand nombre de cas (710), dépassé uniquement par l’Espagne (5 162), l’Allemagne (2 982), le Royaume-Uni (2 973), la France (2 423) et les Pays-Bas (959). aux chiffres publiés aujourd’hui.

Toujours au niveau européen, les autorités sanitaires de 35 pays ont signalé 17 509 cas à l’ECDC et à la délégation régionale de l’OMS, dont 17 402 ont été confirmés en laboratoire.

Après que le premier symptôme a été signalé au niveau européen le 3 avril, l’ECDC et l’OMS pour l’Europe expliquent qu’actuellement la plupart des personnes infectées ont entre 31 et 40 ans (40 %) et sont des hommes (99 %). éruption cutanée, fièvre, fatigue, douleurs musculaires, frissons ou maux de tête.

Sur le total, il y a déjà 455 cas de personnes hospitalisées, dont 163 ont nécessité des soins cliniques, comme l’admission dans des unités de soins intensifs.

L’ECDC et l’OMS pour l’Europe indiquent que jusqu’à présent, 48 cas de Monkeypox ont été signalés en tant que professionnels de la santé, mais aucune exposition professionnelle n’a été attribuée.

Il y a également eu deux décès de personnes infectées en Europe.

Au Portugal, selon les dernières données publiées jeudi par la Direction générale de la santé (DGS), le nombre de cas confirmés d’infection par le virus Monkeypox est passé à 710, dont 77 la semaine dernière.

Selon la DGS, la plupart des cas signalés au Système de surveillance épidémiologique appartiennent à la tranche d’âge comprise entre 30 et 39 ans et sont de sexe masculin, avec quatre cas féminins désormais.

La présence du virus Monkeypox au Portugal a été détectée pour la première fois il y a trois mois, le 3 mai.

La vaccination des premiers contacts proches des cas a commencé le 16 juillet et à ce jour 73 personnes ont été vaccinées, sur 104 contacts éligibles (70,2%).

Les symptômes les plus courants de la maladie sont la fièvre, les maux de tête sévères, les douleurs musculaires, les maux de dos, la fatigue, l’hypertrophie des ganglions lymphatiques avec l’apparition progressive d’éruptions cutanées qui affectent la peau et les muqueuses.

Une personne malade n’est plus contagieuse qu’après cicatrisation complète et formation de croûtes sur les lésions cutanées, une période qui peut finalement dépasser quatre semaines.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.