L’hôpital de Aveiro garantit que l’unité Via Verde AVC restera en août

« Cela n’arrivera pas. Cette nouvelle a été précipitée », a déclaré Margarida França, répondant aux déclarations à Lusa du président de la branche régionale du Centre de l’Ordre des médecins, Carlos Cortes, selon lesquelles l’unité AVC de l’hôpital d’Aveiro de Via Verde en août pourrait fermer pour déplacer les médecins aux urgences.

Carlos Cortes a déclaré avoir des informations selon lesquelles l’administration de l’hôpital « a cette intention, qui a été envoyée par écrit aux médecins ».

Interrogé sur d’éventuelles alternatives pour les usagers, l’administrateur de l’hôpital a assuré que la demande ne se fait pas sentir et que « ça n’arrivera pas ».

De son côté, le directeur clinique de l’hôpital de Aveiro a qualifié de « précipité » ce qui arrivait au public et a souligné que « les barèmes, et surtout en période de contrainte, se font jusqu’au 31 ».

« Je pense qu’il y aura des précipitations ici : l’unité AVC ne fermera bien sûr pas, et l’AVC Via Verde non plus », a-t-il déclaré, se disant surpris par l’accès rapide aux arrêts.

Quant à la possibilité que le service des urgences de gynécologie/obstétrique soit fermé du jour au lendemain en août, Margarida França a également déclaré aux journalistes qu’elle ne pouvait pas le confirmer.

« Je ne le confirme pas. Nous travaillons sur l’échelle et nous avons quelques problèmes, mais nous avons également déjà couvert certaines nuits », a-t-il répondu, admettant qu’en août, il pourrait y avoir « certaines nuits fermées, mais ce ne sera certainement pas tout le mois ». . »

Le président de l’administration a souligné que les travaux sur l’échelle sont toujours en cours.

Selon Margarida França, « une nouvelle législation est sortie, donc il peut y avoir des médecins » de l’hôpital « qui veulent participer à ces nuits », ainsi qu' »il peut aussi y avoir des prestataires de soins de santé qui sont disponibles ».

« Nous savons que tous les hôpitaux sont aux prises avec le nombre de gynécologues et d’obstétriciens et c’est un problème que nous n’ignorons ni n’ignorons », a-t-il conclu.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.