L’impact sur l’économie européenne de son exclusion…

Cheveux Eleftherias Kourtalic

La principale préoccupation pour l’économie de l’UE liée à l’exclusion de la Russie de SWIFT est les représailles potentielles, selon lesquelles le gouvernement russe ferait pression sur les exportateurs d’énergie pour réduire leurs exportations vers l’Europe et leur production en général, comme Goldman Sachs dans son article. analyse actuelle.

Cela, explique-t-il, pourrait entraîner des perturbations majeures à court terme pour l’Europe dans son ensemble, et la zone euro en particulier, alors même que les importations de gaz en provenance de Russie sont passées de près de 40 % des importations totales en 2021 à moins de 20 % en 2021. 2022 et le pétrole russe représentera 11 % de la production mondiale.

C’est donc le risque indirect de représailles sur le front énergétique qui pourrait potentiellement être plus préjudiciable à l’économie européenne que le risque direct d’une scission financière due aux sanctions, a déclaré Goldman. Si les exportations énergétiques restantes de la Russie vers l’UE chutent fortement, cela devrait avoir un impact négatif continu sur la croissance économique, allant potentiellement d’au moins 1 % du PIB en France et en Allemagne à 3 % en Italie, tandis que l’inflation augmentera de manière significative.

Plus précisément, comme les notes américaines, les sanctions financières ont jusqu’à présent ciblé cinq domaines différents (finances, énergie, transports, technologie et voyages). Alors que la plupart de ces mesures réduisent ou interdisent la fourniture de matériaux et de technologies à la Russie, tout en limitant la délivrance de visas aux fonctionnaires russes et aux membres du monde des affaires, les sanctions les plus importantes – et potentiellement dommageables sur le plan économique – concernent les secteurs financier et énergétique.

Les sanctions financières sont conçues pour empêcher la Russie d’accéder aux marchés de capitaux de l’UE, perturber la participation de son économie au système financier mondial et augmenter le coût des prêts aux entités sanctionnées telles que les banques, le gouvernement et la banque centrale. Outre le gel des avoirs et des réserves des banques centrales de l’UE et contrairement aux sanctions imposées en 2014, l’UE a décidé – en consultation avec le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis – de libérer certaines banques russes liant système financier international en les soustrayant du système de messagerie SWIFT.

Compte tenu de l’intention tacite de l’UE de laisser la Russie régler les paiements énergétiques, Goldman Sachs estime que l’exclusion des banques russes de SWIFT pose certains défis.

Compte tenu de la structure automatisée de SWIFT, il semble peu probable que des exceptions spécifiques à ces accords de paiement soient incluses dans le système et il est donc plus probable qu’un système de paiement alternatif soit utilisé pour gérer ces transactions.

Dans le même temps, à la suite de mesures prises en 2014, l’UE a également imposé des sanctions supplémentaires au secteur de l’énergie pour interdire la vente, la fourniture et l’exportation vers la Russie de biens et de technologies connexes de raffinage du pétrole, tout en restreignant la fourniture de services connexes.

Impact économique et financier : première évaluation

Selon Goldman, le risque financier des sanctions de l’UE contre les pays européens a au moins trois dimensions. Tout d’abord, cela dépend de l’exposition des banques de l’UE aux investissements transfrontaliers avec le système bancaire russe. A l’exception de l’Autriche et, dans une bien moindre mesure, de l’Italie, de la France et des Pays-Bas, l’exposition des systèmes bancaires apparaît assez limitée. Par conséquent, les perturbations potentielles de ce canal semblent peu probables et leur impact est susceptible d’être faible. Cependant, le niveau croissant d’incertitude sur les actifs précédemment considérés comme sûrs (tels que les repos sécurisés et les liquidités dans les banques centrales) pourrait entraver la capacité des entités russes à effectuer des paiements en dollars et en euros et ainsi entraîner des pertes dans l’Union européenne. la banque américaine.

Le deuxième risque concerne les investissements à long terme et non les relations de crédit. Goldman note que même les pays de l’UE avec les plus grands investissements directs étrangers en Russie ont une part relativement faible du PIB. En outre, il y a eu une forte baisse des investissements directs étrangers russes depuis 2014, lorsque le premier train de sanctions a été introduit lors de l’annexion de la Crimée. À cet égard, la faillite de Nord Stream AG, annoncée le 1er mars, indique un risque financier local plutôt que le début d’une défaillance systémique mondiale, selon GS.

Enfin, il est important de noter que l’interdiction de SWIFT ne signifie pas que les transactions financières internationales deviendront soudainement impossibles en Russie (à l’exception des institutions financières russes, qui sont également soumises à des sanctions de gel des avoirs). Avant sa fondation en 1973, les banques échangeaient des télex, des fax et d’autres moyens pour effectuer de telles transactions. La principale contribution de SWIFT a été de permettre une exécution plus rapide, plus sûre et plus efficace des ordres et, par conséquent, la conséquence la plus probable de cette sanction est une forte réduction du nombre de transactions financières.

Les conséquences directes de la fermeture de SWIFT apparaissent donc plus limitées pour les transactions courantes. D’autre part, en termes de nouvelles transactions et de risque à court terme, il est probable que les flux financiers seront réorientés vers des systèmes de paiement alternatifs, tels que le Système National de Paiement par Carte (Mir) au lieu des systèmes Visa et MasterCard et le Système Financier Système de messagerie (SPFS).

Le plus grand risque pour l’économie de l’UE est donc d’éventuelles représailles du gouvernement russe. Le risque de perturbations majeures de l’approvisionnement de l’Europe qui en résultera sera plus prononcé pour le PIB européen à court terme, malgré la part du gaz importé de Russie qui a diminué de moitié au cours des six derniers mois. Goldman estime que le coup porté au PIB se situera entre 1% et 3%. Le risque de représailles pour l’économie européenne apparaît plus important que l’impact direct limité de la désintégration financière entre l’UE et la Russie à la suite des sanctions.

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.