Loi sur les services numériques : feu vert des eurodéputés aux négociations avec les États membres | MONDE

Le Parlement européen a approuvé le texte des mesures relatives aux services numériques pour entamer des négociations avec les États membres.

La loi sur les services numériques traite des problèmes qui nous affectent, y compris lorsque nous communiquons sur les réseaux sociaux.

Après le vote, Krestel Saldemos (Socialistes, Danemark), président de l’équipe de négociation du Parlement européen, a déclaré : « Le vote d’aujourd’hui montre que les députés européens et les citoyens européens veulent une législation ambitieuse sur les technologies numériques, prête à relever les défis futurs. » « Beaucoup de choses ont changé au cours des 20 dernières années depuis que nous avons adopté la directive sur le commerce électronique. » complété.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

L’eurodéputé danois a déclaré : « Les plateformes en ligne prennent de plus en plus d’importance dans notre vie quotidienne, ce qui apporte de nouvelles opportunités mais aussi de nouveaux risques. Notre travail consiste à nous assurer que ce qui est illégal dans le monde réel est illégal dans le monde numérique. Nous devons nous assurer que les règles de la technologie numérique profitent aux consommateurs et aux citoyens. « Nous pouvons maintenant entamer des négociations avec le Conseil et je pense que nous pourrons parvenir à un résultat satisfaisant dans la résolution de ces problèmes. »

Suppression des contenus illégaux et mesures préventives contre la désinformation

Le projet de loi sur les services numériques établit des obligations et des responsabilités claires pour les prestataires de services intermédiaires, et en particulier pour les plateformes en ligne, telles que les réseaux sociaux et les plateformes d’achat en ligne.

La loi sur les services numériques instaure un mécanisme « Alerte et action », ainsi que la garantie de supprimer les produits, services ou contenus illégaux d’Internet. Chaque fois qu’ils reçoivent une telle notification, les transporteurs doivent agir « Sans retard injustifié, en tenant compte du type de contenu illégal signalé et de la nécessité d’une action urgente ». Dans leur proposition, les députés ont également introduit des garanties plus fortes pour garantir que les alertes sont traitées sans arbitraire ni discrimination et dans le respect des droits fondamentaux, y compris la liberté d’expression.

Les députés soulignent que les plateformes d’achat en ligne doivent garantir la sécurité des produits qu’elles vendent aux consommateurs en ligne. C’est pourquoi la proposition du Parlement met encore plus l’accent sur l’obligation de connaître les clients professionnels.

L’ARTICLE CONTINUE APRÈS LA PUBLICITÉ

Obligations supplémentaires pour les très grandes plateformes

Les très grandes plateformes en ligne sont soumises à des obligations particulières en raison des risques particuliers liés à la diffusion de contenus illégaux et préjudiciables. Si elle est adoptée, la loi sur les services numériques contribuera à lutter plus efficacement contre les contenus préjudiciables (qui ne sont pas nécessairement illégaux dans tous les cas) et la désinformation, y compris des dispositions sur l’évaluation obligatoire des risques, les mesures d’atténuation, les audits indépendants et la transparence des – appelés « Systèmes de recommandation », c’est-à-dire les algorithmes qui contrôlent ce que les utilisateurs voient.

Plusieurs changements des eurodéputés à la proposition de la Commission européenne

Les députés européens ont apporté des modifications importantes à la proposition de la Commission. Ce qui suit se démarque :

  • Exemption des micro et petites entreprises de certaines obligations découlant de la loi sur les services numériques.
  • Publicité ciblée : le texte prévoit la mise en place de procédures d’information et de prise de décision transparentes après avoir pris connaissance de toutes les informations pertinentes sur les destinataires des services numériques, y compris la manière dont leurs données personnelles sont utilisées à des fins lucratives. Le refus du consentement ne devrait pas être plus difficile ou plus long pour le destinataire que le processus de vérification associé. Si le consentement est révoqué ou révoqué, les utilisateurs doivent disposer d’autres options pour accéder à une plateforme en ligne, notamment : « Options basées sur la publicité sans surveillance ».
  • Interdiction des techniques de ciblage ou de promotion qui utilisent les données des mineurs pour diffuser des publicités, ainsi que le ciblage des individus en fonction de catégories spécifiques de données pouvant cibler des groupes vulnérables.
  • Indemnisation : Les destinataires de services numériques et les organisations qui les représentent devraient pouvoir réclamer une indemnisation pour tout dommage causé par le non-respect par les plateformes de leurs obligations de vigilance.
  • l’interdiction des plateformes Internet qui utilisent des techniques trompeuses ou frauduleuses pour influencer le comportement des utilisateurs par « tactique trompeuse ».
  • plus d’options de classement algorithmique : les plates-formes surdimensionnées doivent avoir au moins un système de création de contenu basé sur le contenu « Profil cible ».

Le texte approuvé par le Parlement jeudi dernierpar 530 voix pour, 78 contre et 80 abstentions sera son mandat de négociation pour les négociations avec la présidence française du Conseil de l’UE, qui représente les États membres ce semestre.

suis le dans Google Actualités et soyez le premier informé de toutes les nouveautés
Découvrez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde sur

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.