Lors d’une cérémonie, la France restitue 998 fossiles du Crétacé au Brésil ; voir les images | Alentours

Des représentants du gouvernement français ont organisé une cérémonie au Havre ce mardi (24) pour restituer officiellement le plus grand lot de fossiles de contrebande jamais récupéré par le Brésil. Dans l’ensemble, ils sont 998 pièces de la période du Crétacéil y a 65 à 145 millions d’années.

  • Voir plus d’images des fossiles

Des scientifiques brésiliens, des fonctionnaires et des membres du ministère public fédéral (MPF) ont pris part à la cérémonie.

Le rapatriement est le résultat d’un accord entre le MPF et la justice française, et les fossiles seront envoyés au Ceará (lire les détails ci-dessous). Les négociations ont commencé en 2013, lorsque les fossiles ont été découverts dans un conteneur quittant le Brésil pour le pays européen.

Les douaniers du port du Havre se méfient de la contrebande en inspectant un conteneur transportant une cargaison de barils de quartz vers la France.

Les douanes françaises ont signalé avoir trouvé :

  • 650 plaques de la Formation de Crato avec des fossiles de crustacés, d’insectes et de plantes ;
  • 348 nodules animaux fossilisés dans l’argile (poissons, restes de dinosaures, tortues, crocodiles et ptérosaures).

L’expertise sur le matériau a été réalisée par des spécialistes des musées de Paris et du Havre et a confirmé l’authenticité des fossiles. Selon le classement français sont des pièces emblématiques de la période.

Le tribunal français a ordonné le retour des fossiles au Brésil après qu’une enquête a confirmé l’origine illégale du matériel saisi.

Fossiles du Crétacé saisis en 2013 et restitués par la France au Brésil — Photo : Geopark Araripe/URCA

Fossiles du Crétacé saisis en 2013 et restitués par la France au Brésil — Photo : Geopark Araripe/URCA

La cérémonie de ce mardi a marqué la remise officielle des fossiles aux autorités brésiliennes. Quelques heures plus tôt, les scientifiques avaient eu l’occasion de jeter un coup d’œil sur le matériel, stocké dans un hangar d’un quartier à 20 kilomètres du Havre.

Dans le matériel récupéré, les scientifiques ont déjà trouvé des fossiles de :

  • les plantes, avec toutes les parties conservées ;
  • insectes;
  • poisson;
  • un lézard;
  • une tortue;
  • un petit ptérosaure.

Les scientifiques n’ont pas encore eu accès à tous les fossiles.

Les fossiles seront envoyés à un musée géré par l’Université régionale du Cariri (URCA). Urca est responsable du géoparc Araripe, reconnu par l’UNESCO comme le premier géoparc des Amériques, et d’un musée de paléontologie qui rassemble une importante collection d’archives géologiques du Crétacé de la région.

Fossiles du Crétacé saisis en 2013 et restitués par la France au Brésil — Photo : Geopark Araripe/URCA

Moment « très important »

La directrice du musée, Allysson Pinheiro, a déclaré que le moment était « très important ».

« C’est un moment très important pour le Cariri, pour le géoparc d’Araripe, pour le Brésil, pour la paléontologie brésilienne. Nous recevons un matériel inestimable. Nous restaurons notre patrimoine qui va directement à notre musée. Nous recevrons ce matériel, travaillerons sur des bases scientifiques et présenter à la société », a déclaré Allysson Pinheiro.

Le Brésil pourrait trouver plus de fossiles

Le procureur Rafael Rayol, du parquet fédéral de Ceará, qui a agi dans l’affaire, affirme que le Brésil sera bientôt en mesure de récupérer davantage de fossiles détournés.

Il n’y a qu’en France deux autres affaires en cours et il s’agit d’un squelette presque complet d’un ptérosaure Anhanguera d’une envergure de près de quatre mètres et de 45 autres fossiles, dont des tortues de mer, des arachnides, des poissons, des reptiles, des insectes et des plantes.

ET il y a d’autres actions dans des pays comme l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal et la Corée du Sud. Sur un autre front, des scientifiques collaborent avec des organisations internationales et des universités pour demander le retour volontaire de ce matériel scientifique.

« C’est un travail que nous avons essayé de convaincre, de montrer à la communauté universitaire et à la communauté juridique internationale qu’il ne devrait pas y avoir de science, ni de commerce, dans lequel les lois et le patrimoine d’autres pays se chevauchent avec la science de ces pays. , peut être effectuée dans le respect des lois. […] La science n’a pas à être faite sur du matériel criminel », a déclaré le procureur.

« Ce qu’on attend de notre activité, c’est qu’elle puisse inverser cela, qu’elle puisse inverser notre activité au profit de la communauté scientifique, de la population en général, pour qu’on puisse profiter de ce matériau petit à petit dans les musées », a-t-il ajouté prêt. .

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.