L’UE met en garde l’Italie contre l’augmentation de la dette publique | Économie

La Commission européenne a mis en garde l’Italie ce mardi (22) contre les risques liés à la dette publique élevée et a souligné « les craintes pour la viabilité budgétaire ».

Les informations contenues dans le rapport du mécanisme d’alerte aux déséquilibres macroéconomiques garantissent que les inquiétudes concernant « le ratio élevé de la dette publique au produit intérieur brut (PIB) » en Italie restent inchangées.

« La dette reste élevée et bien qu’elle soit tombée à 150,3% du PIB en 2021, elle devrait rester bien au-dessus des niveaux de 2019 », indique le document.

De plus, la prévision est que « le déficit, ramené à 7,2% en 2022, va encore diminuer ». L’UE avertit également que l’Italie et huit autres États membres pourraient faire face à « des risques accrus pour la viabilité budgétaire » car ils sont « vulnérables aux changements des conditions de financement ».

Au total, la Commission européenne a identifié des déséquilibres macroéconomiques excessifs qu’elle surveillera « de manière approfondie » dans les mois à venir dans 17 États membres – Italie, Espagne, Chypre, France, Allemagne, Grèce, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Suède, République tchèque, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg et Slovaquie.

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a même expliqué que Bruxelles espère « recevoir brièvement le plan complet du nouveau gouvernement » et rendre son avis « dans les prochaines semaines ».

« Nous n’avons pas émis d’avis sur le projet de plan budgétaire de l’Italie tel qu’il a été soumis par le gouvernement sortant sans changement de politique. Nous espérons recevoir bientôt le plan complet du nouveau gouvernement et donnerons notre avis dans les semaines à venir », a ajouté Dombrovskis. s’il vous plaît. .

Le rapport informe également que, « dans un scénario d’augmentation de 1 point de pourcentage du différentiel de taux de croissance, la dette de l’Italie, de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal augmenterait de plus de 10 points de pourcentage du PIB jusqu’en 2023 ».

Aujourd’hui, après que la Commission européenne a présenté le texte sur l’introduction du plafonnement des prix du gaz naturel, le commissaire européen à l’économie, Paolo Gentiloni, a déclaré que « la plupart des mesures de soutien à l’énergie annoncées jusqu’à présent ne s’adressent pas aux plus vulnérables » ».

« Les prix de l’énergie restant élevés l’année prochaine et les mesures de soutien étant prolongées, il est urgent d’ajuster leur conception pour éviter des charges inutilement élevées sur les finances publiques et de maintenir les incitations à réduire la consommation d’énergie fossile », a-t-il ajouté.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *