Macfrut : exportation de fruits et légumes, record historique avec exportation au maximum en 2021

À près de 5,6 milliards d’euros (+8%), il s’agit d’un record historique pour les fruits et légumes Made in Italy à l’étranger, les exportations atteignant leur plus haut niveau historique en 2021, doublant les valeurs enregistrées au début du siècle, mais le résultat est aujourd’hui compromis par la hausse traumatisante des coûts de transport qui pèse sur un secteur où la facture logistique est de 30 à 35 % pour les produits frais. Cela ressort clairement de l’analyse par Coldiretti des données d’Istat à l’ouverture de Macfrut. Salon professionnel des fruits et légumes à Rimini au stand Coldiretti, Hall B5 – Stand 075 avec la présence du président national Ettore Prandini.

« Produits de fruits et légumes fabriqués en Italie qui prennent de la valeur à l’étranger – explique-t-il Massimiliano Bernabini Président de Coldiretti Forlì-Cesena – sont les abricots (+75%), les pommes (+5%), les kiwis (+2%), les tomates (+10,5%), la laitue (+4%), le chou (+10%)), les raisins sont stables (+ 0,4 %) tandis que les agrumes (-9 %) et les pommes de terre (-15,6 %) sont en baisse.

« Les consommateurs qui apprécient le plus les fruits et légumes italiens sont les Allemands qui mettent presque 1/3 (30,4%) de tout dans leur panier », note-t-il. Bernabini– il sera expédié à l’étranger depuis l’Italie pour une valeur de près de 1,7 milliard en 2021, soit une augmentation de 5 %. Derrière l’Allemagne se trouve la France avec plus de 580 millions d’euros d’achats de fruits et légumes italiens, suivie de l’Autriche avec près de 354 millions d’euros. »

« Mais la tendance à la hausse touche aussi le Royaume-Uni, malgré les difficultés liées au Brexit, où la consommation progresse de 7,7 % pour un panier d’une valeur de plus de 279 millions d’euros. Et avant que les troupes russes ne déchaînent l’enfer avec l’invasion militaire, la tendance positive s’est également étendue à l’Ukraine avec une croissance de 4 % des achats.

« Dans ce scénario, l’augmentation des prix du carburant – poursuit-il Alessandro Corsini Directeur de Coldiretti Forlì-Cesena – il menace de déclencher une tempête de coûts logistiques avec l’Italie, qui fait déjà face à un surcoût de 13 milliards d’euros pour le transport de marchandises par rapport aux concurrents des autres pays. En Italie, le coût moyen au kilomètre pour le transport de poids lourds est égal à 1,12 euro par kilomètre, supérieur à celui de pays comme la France (1,08 euro/kilomètre) et l’Allemagne (1,04 euro/kilomètre), mais même le double si l’on regarde le réalité de l’Europe de l’Est : en Lettonie le coût du transport routier est de 0,60 euros par kilomètre, en Roumanie de 0,64 euros/kilomètre ; en Lituanie 0,65 euros / kilomètre, en Pologne 0,70 euros / kilomètre selon l’analyse de Coldiretti sur les données du Centro Studi Divulga ».

« Dans cette perspective, il est crucial d’agir contre les retards structurels de l’Italie et de débloquer toutes les infrastructures qui perturberaient les liaisons entre le sud et le nord du pays et aussi avec le reste du monde par la mer et les trains à grande vitesse. » avec un réseau de hubs composé d’aéroports, de trains et de fret » souligne le président de la Coldiretti Ettore Prandini en soulignant que « l’énergie chère a creusé l’écart de compétitivité dans notre pays ».

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.