Macron pense qu’un accord sur le nucléaire iranien est toujours « possible »

Le président français Emmanuel Macron a déclaré samedi qu’il était encore « possible » de relancer l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, mais seulement s’ils « agissent le plus tôt possible », à la suite de discussions avec son homologue iranien, Ebrahim Raisi.

Macron a également exprimé sa déception face à l’absence de progrès suite à la suspension des négociations à Vienne et a souligné la nécessité pour l’Iran de revenir à l’accord et de remplir ses obligations nucléaires, selon un communiqué de la présidence française.

Les négociations à Vienne entre l’Iran et les grandes puissances, dont les États-Unis, pour relancer l’accord nucléaire iranien de 2015 sont au point mort depuis mars.

Fin juin, le Qatar a organisé des pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis – qui se sont retirés de l’accord en 2018 – dans l’espoir de reprendre le processus de négociation, mais ils se sont terminés sans progrès.

Au cours de la rencontre de deux heures avec Macron, Raisi « a condamné les actions et les positions non constructives des États-Unis et des pays européens » sur la question nucléaire, a déclaré la présidence iranienne.

Depuis avril 2021, des négociations se déroulent sous l’égide de l’Union européenne (UE) pour réintégrer les États-Unis dans l’accord conclu à Vienne en 2015 entre l’Iran et les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Chine, Russie, France et Royaume-Uni), ainsi que l’Allemagne et l’UE.

Les États-Unis se sont retirés du pacte pendant la présidence du républicain Donald Trump et ont réimposé des sanctions contre M.

En réponse, Teer a progressivement ignoré le respect des engagements de l’accord.

La semaine dernière, un responsable iranien a confirmé que son pays avait « la capacité technique de construire une bombe atomique », bien qu’il ait ajouté qu’il « n’avait pas pris la décision d’en construire une ».

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré qu' »aucun changement n’est intervenu » dans la politique nucléaire de Tehr, citant une fatwa (décret religieux) interdisant les « armes de destruction massive ».

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.