meilleures conditions de travail et salaires

Lucie Gonzalez López, Résident MIR de médecine générale à Torrelavega, il a pris la décision d’effectuer une rotation de deux mois dans La France, dans une ville à une heure de Toulouse, motivé par le nombre de « bonnes références là-bas en matière de conditions de travail et de modèle sanitaire ». Une expérience qu’il ne regrette pas et qui lui a permis d’observer et de vivre de première main les différences professionnelles d’un pays à l’autre.

« J’ai travaillé pendant deux mois dans un centre de santé en zone rurale où médecins, infirmières, kinésithérapeutes et psychologues étaient assis ensemble », raconte le résident. rédaction médicalenotant que « des centres comme celui-ci sont construits pour… centraliser les soins dans les zones rurales

Quant au principal Différences entre la France et l’Espagne, y assure González « chaque professionnel gère son propre agenda, de telle sorte que c’est tout à fait facile, de sorte que lorsqu’un patient a besoin de plus de temps, les consultations durent 20 ou 30 minutes et pas seulement 15 ». De plus, il admet qu’il n’y a pas autant de listes d’attente qu’en Espagne, car « ils peuvent décider quand faire passer un scanner ou un autre test ». « En Espagne, tu le fais sur la voie publique, tu peux attendre des mois pour ça », admet-il.

« En France ils ont une médecine coordonnée, quand les patients vont à la consultation ils vous paient, généralement c’est 25 euros, et plus tard la sécurité sociale ou s’ils ont une assurance ils reversent presque toujours 75% au patient », explique le résident, tandis que s’il s’agit d’une maladie de longue durée, « la sécurité sociale couvre tout ».

Toilettes en France : des salaires plus rapides et meilleurs

De plus, il précise qu’il y a « des factures par consultation ». « Si vous voyez 60 patients par jour, vous avez un salaire que vous gagnez en fonction de votre travail, mais en Espagne, Un médecin qui voit 5 patients facture le même prix que s’il en avait 60 . voitL’interne souligne également qu’« en France, il est plus facile de joindre les kinésithérapeutes et les psychologues ». « En Espagne, vous dites directement au patient de trouver un kiné privé parce que quand vient un rendez-vous à la sécurité sociale, vous avez raté la pathologie », reconnaît-il, assurant qu’en France « les patients ont déjà eu un rendez-vous depuis une semaine chez le kiné, il y a sont trois ou quatre dans chaque centre de santé ».

Enfin, González fait allusion à ce qui doit être changé en Espagne pour avoir ce modèle de santé. « Plus de ressources et de personnel, ce qu’on investit dans la santé en France n’a rien à voir avec ce qu’on dépense ici et ça se voit », reconnaît-il. D’ailleurs, il n’exclut pas d’y travailler à l’avenir, « si je veux partir après ma résidence, je suis parti la porte ouverte pour qu’ils soient heureux quand il reviendra », et a assuré que « dans un autre centre de santé de la région où il se trouvait, les quatre kinés étaient espagnols ». « En France il y a de meilleures conditions de travail et bien d’autres aides à l’installation », conclut-il.

Bien qu’elles puissent contenir des déclarations, des données ou des notes d’établissements de santé ou de professionnels, les informations contenues dans Medical Writing sont éditées et préparées par des journalistes. Nous encourageons le lecteur à consulter toutes les questions liées à la santé avec un professionnel de la santé.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.