Mendoni a falsifié la déclaration de l’UE

Le ministre de la culture a arbitrairement ajouté à la déclaration cosignée des ministres de la culture de l’Union européenne les phrases concernant « la résiliation des relations de l’UE avec les organisations culturelles russes, car l’art est utilisé comme outil de propagande… Et pour fermer la Russie- médias contrôlés dans les pays européens « κυ Le zèle excessif de Mme Mendoni pour s’identifier à la ligne du Premier ministre l’a conduite à l’intolérance politique avec des conséquences dangereuses ● Dans une communication de « Ef.Syn. » un représentant du ministère de l’Intérieur faisant remarquer que les peines contestées n’apparaissent pas dans la Déclaration, la réponse a été qu’elles sont valables parce qu’elles ont été prononcées.

En fin de compte, dans la déclaration de solidarité avec le peuple ukrainien, cosignée par les ministres de la culture, de l’audiovisuel et des médias de l’Union européenne, il n’y a aucune phrase sur la « rupture des relations de l’UE avec les organisations culturelles de Russie, car l’art est utilisé comme un moyen de propagande … Et de fermer les médias contrôlés par la Russie dans les pays européens ». L’extrait ci-dessus est une fabrication et une invention de la ministre de la Culture Lina Mendoni, qui poursuit une politique néo-McCarthy et cible ouvertement la culture de l’ensemble du peuple russe après l’invasion russe meurtrière de l’Ukraine et les horreurs de la guerre que le monde condamne. .

Il s’agit d’une fausse nouvelle de la part du ministre, avec l’intention de présenter sa politique comme une position unifiée des ministres européens de la culture. Par la suite, il doit fournir des explications à la fois au peuple grec et à ses homologues européens, car la formulation ci-dessus est arbitraire et n’est pas incluse dans la Déclaration. Il a été distribué par le ministère de la Culture avec une annonce officielle publiée dans la nuit du mardi gras (03/07/22), provoquant une empreinte d’alginate. Bien que le « Ef.Syn. » a contacté un représentant du ministère de la Culture et a noté que les phrases n’apparaissent pas dans la déclaration, la réponse a été qu’elles sont valables parce qu’elles ont été prononcées.

Nous ne savons pas s’il s’agit d’une proposition de la proposition de Mme Mendoni qui a finalement été rejetée par ses collègues lors du Sommet des ministres de la culture qui s’est tenu les 7-8/3/22 à Angers, France. Nous attendons le procès-verbal du Conseil. Il apparaît clairement que le ministre de la Culture a commis un acte illégal. Il a publié une fausse déclaration pour faire avancer les politiques qu’il a menées jusqu’à présent. N’oublions pas qu’elle a elle-même fait l’annonce obscure de l’annulation-exclusion d’un événement reporté (l’Opéra de Gala n’a pas pu avoir lieu à cause de la guerre) et de la diffusion du « Lac des cygnes » avec les Ballets du Bolchoï.

Le zèle excessif de Mme Mendoni pour s’identifier à la ligne de son patron politique Kyriakos Mitsotakis, qui expose le pays au danger, l’a poussée dans le sectarisme politique avec des conséquences dangereuses. L’exclusion de la culture russe et de son peuple s’est peut-être propagée rapidement à la plupart des pays européens et à l’Amérique, provoquant une guerre froide et une censure sans précédent, mais la plupart – sinon tous – les ministres européens de la culture ont choisi de ne pas le faire directement, comme les Grecs. . Institutions, associations, académies, festivals ont déclenché le pogrom et créé un climat de polarisation contre la culture russe et ses représentants.

Mais Poutine et sa politique sont différents de la culture et des artistes. Il est plus que jamais nécessaire de se rappeler qu’il existe aujourd’hui en Russie des collectifs artistiques tels que Pussy Riot. Qui a raison d’assimiler la culture russe à la politique de Poutine et de la censurer ?

Bien qu’il y ait eu un mécontentement généralisé face à la falsification de la déclaration, le ministre de la Culture n’a fait aucune annonce officielle. Dans une déclaration à avgi.gr, elle a déclaré qu’il s’agissait d’un « mauvais attaché de presse », qui avait envoyé une version originale du texte. Il a affirmé que les propositions en question ne figuraient pas dans la Déclaration, mais s’est référé aux discours des ministres. Mais quels ministres ?

Une annonce à ce sujet a été publiée par la responsable de la culture du SYRIZA-PS, Sia Anagnostopoulou, notant :

« … Le faux n’avait qu’un seul but : présenter sa décision erronée d’interdire les organisations culturelles russes comme une décision conjointe de l’Union européenne. Nulle part dans la décision des ministres de la Culture, de l’Audiovisuel et des Médias, il n’y avait un tel rapport.  » La déclaration des ministres européens – à juste titre – exprime l’évidente solidarité avec les fabricants et artistes ukrainiens… La reconnaissance d’un accident aussi grave, qui est une guerre et non une faute d’orthographe, exige une responsabilité pratique et les mesures correspondantes ».

Le dossier sera soumis à la Chambre des représentants par la députée de l’opposition officielle avec la question actuelle qu’elle a soumise au ministre de la Culture.

Les premiers cas à avoir tenté de poursuivre la propagande d’État ces derniers jours ont été l’Opéra municipal et l’Orchestre symphonique d’Athènes, qui se sont heurtés aux objections des travailleurs et des spectateurs.

L’Association panhellénique du public du spectacle a fait une annonce à ce sujet. Elle exprime son soutien aux artistes et salariés des deux institutions et note, entre autres : perçoit des aides de l’Etat. Autrement dit, lorsque l’État remplit son obligation fondamentale de soutenir les institutions culturelles, considère-t-on qu’il les acquiert automatiquement ? Est-ce la position officielle du ministère de la Culture ? »

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.