Notifications de restitution d’avantages illégaux à la zone franche de Madère envoyées plus tard cette année – Taxes

Le secrétaire d’État adjoint aux affaires fiscales a annoncé mercredi au parlement que les premières notifications seraient faites d’ici la fin de l’année pour le remplacement des allégements fiscaux accordés illégalement aux entreprises de la zone franche de Madère.

« Nous avons déjà soumis à la Commission européenne le calendrier de récupération des aides illégales. Je pense que les premières notifications de remplacement apparaîtront vers la fin de l’année », a déclaré António Mendonça Mendes. , lors d’une audition à la commission du budget et des finances sur le rapport relatif à la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale et douanière.

En décembre 2020, la Commission européenne a conclu que le régime III de la zone franche de Madère (ZFM), en vigueur jusqu’au 31 décembre 2014, enfreignait les règles en matière d’aides d’État, car les réductions d’impôt étaient appliquées aux entreprises qui n’ajoutaient pas de valeur au développement de la région, et l’aide indue doit être récupérée, majorée des intérêts.

António Mendonça Mendes a noté que c’était la première fois qu’il parlait publiquement de l’enquête sur les « Pandora Papers », sur la dissimulation de revenus dans des sociétés « offshore », et a déclaré que toute nouvelle concernant cette enquête était « très mauvaise pour la démocratie » , rappelant que l’origine des systèmes démocratiques réside dans le système fiscal.

« Ce ne sont pas les informations sur les Panama Papers qui affectent la démocratie. Ce qui affecte les faits qui sortent avec ce genre d’accusations. Mais cela nuit également à la démocratie de parler partiellement des faits et de ne pas les connaître, surtout si ces faits sont prononcés dans la maison de la démocratie [o parlamento]dit le gouverneur aux délégués.

Le secrétaire d’État a rappelé qu’il y a des nouvelles cycliques sur ce genre de dissimulation dans l’offshore, sur « les transactions financières de pays très réglementés et que malgré tout, de nombreux citoyens, y compris des titulaires de postes politiques, de différents pays de le monde, menant des opérations » en utilisant des paradis fiscaux.

« Chaque fois qu’il y a une de ces situations, il y a certainement une rumeur dans la société et il faut se rendre compte que c’est une très mauvaise nouvelle pour la démocratie », a-t-il souligné, rappelant aux députés les près de 11 millions d’euros que, selon l’Anti -La fraude, sera collectée à la suite de l’enquête « Malta Files » sur l’abus du régime fiscal maltais par les entreprises et les particuliers.

Selon le rapport, sept enquêtes administratives ont été menées en 2020, dont l’une a abouti à une régularisation volontaire car elle a entraîné l’ajout de 42 246 099,53 EUR au montant imposable de l’IRC et a donné lieu au paiement de l’impôt et des intérêts compensatoires. un total de 10 927 848,10 euros.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.