Offres d’affaires « Sur la glace » en France, I KATHIMERINI, kathimerini.com.cy

Il y a près d’un an, la chaîne de supermarchés québécoise Alimentation Couche-Tard avait fait une offre de 20 milliards de dollars dans le pays de ses ancêtres fondateurs pour acquérir la société française de supermarchés Carrefour. Les Québécois ont promis d’investir des milliards d’euros dans l’activité et de ne licencier personne, mais le gouvernement du président galate Emanuel Macron a rejeté la proposition d’un signe de tête, citant l’Olympien Zeus.

En fait, bien sûr, les Canadiens semblaient un peu maladroits dans leur approche. Ils ont embauché les anciens employeurs de Macron, la principale banque d’investissement des Rothschild à Paris. Mais l’analyse des données canadiennes de l’entreprise consistait davantage à arpenter les allées des supermarchés Carrefour et Monoprix qu’à consulter le secrétaire au Trésor Brino Le Mer.

Ce dernier a été surpris par cette méthode et a immédiatement refusé l’offre, s’exprimant sur la télévision par câble. Cet épisode met en évidence à quel point la politique et l’entreprise privée sont étroitement liées dans la septième économie mondiale. Et cela explique pourquoi les finances de Paris commencent la nouvelle année 2022 relativement sereinement, mais clôturent l’actuelle en fanfare.

Emanuel Macron est sur le point de briguer un autre mandat, et bien qu’il semble être à l’aise en tête des sondages pour la fin de 2021, son ascension fulgurante à la présidence il y a cinq ans et le fait que les électeurs français sont sans égal après avoir voté après Jacques Chirac 2002 signifie que sa réélection en avril ne va pas de soi.

Cela dissipera la fièvre des dirigeants de banques pour les transactions pré-électorales et cela se produira non seulement parce qu’ils craignent les transactions et en particulier celles impliquant des acheteurs étrangers, mais aussi parce qu’elles sont surveillées de plus près en cette période politiquement tendue. . De plus, il y a un groupe fort au sein de la direction des 40 groupes de la liste du CAC, qui veut éviter tout ce qui aurait chassé un ancien directeur financier de l’Elysée.

L’élection présidentielle de 2022 va « ralentir » les mouvements d’investisseurs et de dirigeants de banques.

Emanuel Macron a soutenu les entreprises et leurs accords. Fin novembre, selon les données de Refinitiv, les entreprises françaises avaient participé à près de 2 900 transactions pour un total de 252 milliards de dollars. À ce rythme, cette année n’est peut-être pas aussi impressionnante que 2006, mais sans doute l’année la plus active depuis 2007, lorsque 288 milliards de dollars de transactions ont été conclues.

On peut attribuer à Macron la promotion d’importants accords commerciaux, comme la fusion du français Renault avec l’italo-américain Fiat Chrysler Automobiles il y a deux ans. Cependant, ses adversaires à la présidence ne devraient pas être aussi favorables aux affaires. Eric Zemour, un eurosceptique, anti-immigrés et ancien journaliste, est susceptible d’être plus hostile aux entreprises et aux capitaux étrangers que même le principal rival de Macron et figure clé de la droite, Marine Le Pen. Quant à la gauche, elle semble fragmentée pour le moment.

À la lumière de cela, les transactions commerciales sensibles seront reportées, au moins jusqu’à ce que Macron soit réélu, et peut-être même plus longtemps, si son parti n’a pas une forte représentation au parlement.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.