Omicron 2 : Le principal coupable des fusées éclairantes – Actualités – actualités

Sous le microscope de la communauté scientifique, sa sous-variante Ομικρον, qui se répand déjà en Norvège. En fait, dans ces développements, les experts soupçonnent BA.2 d’être le principal coupable des fusées éclairantes enregistrées dans les pays du vieux continent, comme les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne, la France et l’Autriche. Pour le moment, cependant, les scientifiques s’appuient principalement sur des hypothèses, car il faut un temps raisonnable pour que les observations et les études tirent des conclusions sûres.

Au Danemark, par exemple, selon un récent rapport du professeur de politique de santé LSE Elias Mosialos, Omicron 2 représentait 20% des cas la dernière semaine de 2021. Cependant, il est passé à 45% au cours de la deuxième semaine de 2022. De même, l’Institut national norvégien de santé publique a noté dans son rapport hebdomadaire mercredi dernier que BA.2 gagne rapidement du terrain, après avoir prévenu ses autorités sanitaires.

Tsipras cherche une mise à niveau sur la base SYRIZA

Pendant ce temps, comme Elias Mosialos l’a déclaré dans un post hier soir, selon « une annonce de l’Institut national danois de la santé publique pour Omicron BA.2 Variation : 1. Les vaccins sont efficaces 2. Il n’y a pas de différence concernant les admissions à l’hôpital par rapport à la sous-variante BA.1 qui est maintenant répandu dans notre pays ».

La différence des admissions à l’hôpital

Cependant, il est important de souligner, comme le dit le professeur, que « la première analyse de l’Autorité danoise de santé publique (Statens Serum Institut) n’a montré aucune différence dans les admissions hospitalières pour BA.2 par rapport à BA.1 ». Toujours en Finlande, l’augmentation du nombre de cas ne s’est pas (pour l’instant) accompagnée d’une augmentation des hospitalisations, ils n’ont donc acquis aucune autre caractéristique que le fait qu’il semble être encore plus contagieux qu’Omicron.

Dans tous les cas, des analyses de l’infectiosité du sous-type et de sa capacité à échapper aux vaccins sont en cours, « y compris des efforts pour cultiver BA.2 afin de mener des études de neutralisation des anticorps ».

Cependant, de nombreux scientifiques insistent sur le fait que BA.2 ne devrait pas conduire à une pandémie en développement. Indicatrice est la position du virologue Tom Peacock de l’Imperial College, qui analyse les données existantes sur son compte twitter personnel et déclare que « les premières observations ne montrent aucune différence significative de sévérité par rapport à BA.1 ». Par conséquent, il estime que la sous-variation n’aura pas « d’impact substantiel sur l’onde évolutive provoquée par Omicron ».

En revanche, l’épidémiologiste Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève, laisse ouverte la possibilité que BA.2 puisse être à l’origine de… cas relancés en France. En effet, alors que l’indice épidémique était orienté à la baisse mi-janvier, le 20 janvier, 425 183 Français étaient positifs. D’une manière ou d’une autre, la semaine dernière, il y a eu une augmentation de 9% du nombre d’infections par rapport aux sept jours précédents.

Pendant ce temps, comme le souligne Elias Mosialos, « il est extrêmement important que la Grande-Bretagne et les pays scandinaves, qui ont une couverture vaccinale aussi élevée, poursuivent à la fois la surveillance épidémiologique et génomique. » Les experts s’attendent à ce que, comme avec Omicron, les vaccins se poursuivent également après BA . 2 l’infection continuera d’être efficace contre les maladies graves. »

Que se passe-t-il en Grèce

Les scientifiques d’EODY se veulent également rassurants en soulignant dans une nouvelle annonce qu’« à ce jour, rien n’indique que le nouveau sous-groupe ait des propriétés différentes. Il n’y a donc aucune raison pour que les citoyens se comportent différemment. caractéristiques du sous-groupe BA.2 ou 21L continue ».

Plus spécifiquement, en ce qui concerne notre pays, il est souligné que « les pourcentages du sous-groupe BA.1 d’Omicron sont estimés à plus de 90% dans la plupart des régions. Actuellement, en Grèce, 2 cas de BA.2 ou 21L ont été identifié chez les voyageurs en provenance de l’étranger qui ont été suivis et isolés ».

Dans ce contexte, les experts de l’Agence invitent les citoyens à respecter les mesures de protection et à s’informer des consignes de vaccination par population et tranche d’âge, et à rester vigilants en réalisant un test dans le contexte déjà annoncé.

Les affaires

Plus de 12 100 cas ont été annoncés hier par EODY, avec 6,46% de positivité dimanche. Parmi ceux-ci, 4 170 sont situés en Attique et 1 182 à Thessalonique, tandis qu’Omicron opère dans 64 autres unités régionales du pays.

Le nombre de patients traités par intubation est désormais de 665, dont 81,1 % ont une maladie sous-jacente et/ou ont 70 ans et plus. De plus, 537 (80,75%) des patients CI n’étaient pas ou partiellement vaccinés et 128 (19,25%) étaient complètement vaccinés. Enfin, en termes de « liste noire » des victimes, 84 personnes supplémentaires ont perdu la vie.

Les chutes de neige, le chaos absolu et l’intervention du procureur

Suivre dans le Actualités de Google et soyez le premier informé de toutes les nouveautés
Découvrez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde, de

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.