OMS-Ukraine : Neuf morts dans des attaques contre des hôpitaux et des établissements de santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé aujourd’hui qu’au moins neuf personnes ont été tuées dans 16 attaques contre des établissements de santé en Ukraine.

« Depuis le 7 mars, l’OMS a vérifié 16 attaques contre des établissements de santé en Ukraine. Ces attaques ont eu lieu entre le 24 février et le 3 mars. « D’autres incidents signalés sont en cours de vérification », a-t-il déclaré via Twitter.

« Ces attaques ont fait au moins 9 morts et 16 blessés. « Au moins 7 de ces blessés sont des professionnels de santé. »

Washington commence à rassembler des preuves sur d’éventuels crimes de guerre russes en Ukraine

Des responsables américains ont commencé à recueillir des informations pour aider à déterminer si la Russie a commis des crimes de guerre lors de son invasion de l’Ukraine, a déclaré aujourd’hui un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

« Nous recueillons des preuves d’éventuels crimes de guerre, violations des droits de l’homme et violations du droit international humanitaire. « Nous soutenons la responsabilité en utilisant tous les outils disponibles, y compris les poursuites pénales le cas échéant », a déclaré le responsable.

Les forces russes ont attaqué des cibles civiles en Ukraine et des centrales nucléaires en Ukraine depuis le début de l’invasion.

Les États-Unis transmettront les informations qu’ils recueillent auprès de leurs alliés et partenaires au Conseil des droits de l’homme de l’ONU basé à Genève, qui a mis en place une commission d’enquête pour enquêter et traduire en justice d’éventuelles violations des droits de l’homme par la Russie.

En outre, les États-Unis et 44 autres pays, par l’intermédiaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, ont mis en place une mission d’experts pour enquêter sur d’éventuelles violations du droit international des droits de l’homme et du droit humanitaire par la Russie, a déclaré le responsable.

« Nous soutiendrons la responsabilité en utilisant tous les outils disponibles, y compris les poursuites le cas échéant », a déclaré le responsable.

Vendredi, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que Washington avait lancé un examen interne « de la collecte de données et des attaques contre des civils, de l’utilisation présumée d’armes de guerre atroces sur le terrain en Ukraine ».

Huit soldats ukrainiens tués dans une frappe aérienne russe à Mykolaïev, selon le gouverneur local

Huit soldats ukrainiens ont été tués et 19 blessés aujourd’hui lors d’une frappe aérienne russe qui a frappé leur caserne dans la ville méridionale de Mykolaïv alors qu’ils dormaient, a déclaré ce soir le gouverneur local Vitaly Kim.

Le ministre français des Affaires étrangères exige le départ immédiat des citoyens français d’Ukraine

Les ressortissants français encore en Ukraine doivent quitter le pays sans délai, a indiqué le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site Internet.

Il a ajouté que l’ambassade de France en Ukraine, qui a maintenant été transférée dans la ville occidentale de Lviv, restera opérationnelle.

Le prix du gaz a augmenté de près de 40% sur la bourse de l’énergie bulgare

Demain, le prix du gaz naturel distribué par le Balkan Gas Hub sera 38,60% plus élevé qu’aujourd’hui, selon la Bourse indépendante de l’énergie de Bulgarie (IBEX).

Un total de 3 920 MWh de gaz a été vendu aujourd’hui jusqu’à 16h30 pour 467,77 leva/mégawattheure. Le gaz à livrer aujourd’hui lundi était au prix de 337,49 leva/mégawattheure, selon IBEX.

Le prix quotidien du gaz naturel a augmenté de 49,71 %. Au total, 2 187 MWh de gaz ont été vendus jusqu’à présent pour 420,42 par mégawattheure, contre le prix de 280,83 BGN/mégawattheure le dimanche 6 mars.

Ministère britannique de la Défense : les restrictions sur l’utilisation des médias sociaux en Russie augmentent

Le Kremlin s’inquiète de la possible réaction de la population russe à la guerre en Ukraine, a rapporté le ministère britannique de la Défense dans un bulletin d’information l’après-midi dernier.

Comme indiqué initialement, « la Russie restreint de plus en plus l’accès national aux médias sociaux pour limiter la couverture négative de l’invasion de l’Ukraine ».

Le ministère britannique note que cela réduira encore les informations et rendra encore plus difficile pour la population russe l’accès à autre chose que la position officielle de l’État russe.

« Cela indique l’inquiétude du Kremlin quant à l’attitude du peuple russe face au conflit », a déclaré le ministère britannique de la Défense dans un communiqué.

Pourparlers russo-ukrainiens en cours – Les civils fuient Irpin

Grande-Bretagne: Londres met en place un centre de voyage sans visa pour les réfugiés français en France au milieu de critiques inhumaines – Aucune entrée dans le pays sans contrôle, déclare Boris Johnson

Le Royaume-Uni a annoncé aujourd’hui la création d’un centre de demande de visa pour les réfugiés ukrainiens à Calais (nord de la France), le Premier ministre Boris Johnson confirmant que le pays sera « aussi généreux que possible ».

Face aux critiques sur le manque d’humanité face à la crise des réfugiés provoquée par l’invasion russe de l’Ukraine, le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a déclaré aujourd’hui qu' »il est faux de dire que nous renvoyons des gens, ce n’est pas vrai du tout . , nous soutenons ceux qui sont venus à Kala ».

A la Chambre des communes, il a confirmé que Londres avait mis en place un centre de demande de visa à Calais, mais « loin du port ». Il a insisté sur la nécessité de ne pas créer « d’encombrement à Calais ».

« Il est juste de mettre en place les bonnes procédures pour surveiller et protéger les personnes », a-t-il ajouté. La question de l’immigration est à l’origine de tensions de longue date entre Londres et Paris, notamment après le Brexit, où le contrôle des frontières était l’une des grandes promesses.

Dans une lettre adressée à son homologue britannique, le ministre français de l’Intérieur Géral Darmanen a critiqué samedi la « réaction totalement inadéquate » et « l’inhumanité » du Royaume-Uni envers les réfugiés ukrainiens arrivant au port de Calais.

Au 28 février, 517 Ukrainiens qui avaient fui le pays avaient tenté de rejoindre leur famille en Angleterre via le port de Calais ou via le tunnel sous la Manche à Kokel. Mais 250 d’entre eux ont été renvoyés derrière les autorités britanniques sans visa, a annoncé dimanche la préfecture du département français du Pas-de-Calais.

Confronté à la controverse et aux critiques de l’austérité de Londres dans la délivrance des visas, Johnson a parlé aujourd’hui de la « générosité » de son gouvernement et a assuré que des contrôles seraient effectués.

Ukraine : Plus de 400 décès confirmés – Se préparer au sauvetage « risqué » de Zelensky

« Nous avons déjà deux opportunités très, très généreuses » d’accueillir des Ukrainiens au Royaume-Uni, a déclaré Johnson à la télévision, évoquant le regroupement familial « qui pourrait potentiellement amener des centaines de milliers de personnes dans ce pays ».

Le chef conservateur a assuré que « des milliers de dossiers » sont actuellement traités par les autorités de l’immigration, mais a averti que le Royaume-Uni ne permettrait pas aux réfugiés d’entrer dans le pays « sans contrôle ».

« Nous serons aussi généreux que possible », a-t-il déclaré.

Plus de 10 000 réfugiés ukrainiens ont déjà demandé à entrer au Royaume-Uni vendredi, selon Downing Street.

« Nous recherchons le soutien dont nous avons besoin sur le terrain en France », a déclaré aujourd’hui un porte-parole de Downing Street, confirmant que les personnes quittant l’Ukraine avaient été invitées à se rendre à Paris ou à Bruxelles pour demander un visa. .

« L’Autriche est et restera neutre », a déclaré le chancelier Nehamer.

« L’Autriche a été neutre, elle est neutre et restera neutre, elle a offert ses bons services jusqu’ici et continue d’en offrir. « Pour ma part, c’est la fin du débat », a-t-il dit, évoquant une visite de Quatar.

Auparavant, Andreas Kohl, ancien président du Parlement, s’était prononcé en faveur d’une adhésion de l’Autriche à l’OTAN ou d’une coopération avec une éventuelle armée de l’Union européenne. « Un État neutre sera laissé tranquille s’il est attaqué », a déclaré Kohl, tandis que le porte-parole du Parti populaire de centre-droit (ÖVP) Friedrich Offenauer a déclaré que « la neutralité et sa planification devraient être sérieusement discutées ». †

« L’Europe traverse actuellement l’une des pires crises depuis la Seconde Guerre mondiale. La guerre fait rage. Nous avons besoin d’une aide rapide, d’une solidarité rapide avec les populations sur le terrain. Les responsables politiques, qui craignent pour leur vie, doivent être soutenus. ne sont pas nécessaires des discussions qui n’ont aucun fondement dans la réalité », a répondu Nehamer.

De même, Pamela Reddy-Wagner, leader du Parti social-démocrate (SPÖ), a rejeté toute discussion sur la question, mais a appelé à un engagement clair de la chancelière. « Un État neutre n’est pas perçu comme une menace par les grandes puissances et surtout n’a pas besoin d’envoyer des troupes pour participer à d’autres guerres, dans le sens d’une obligation », a déclaré Reddy-Wagner, ajoutant que son parti s’était engagé en faveur d’une neutralité « active, engagée dans la poursuite diplomatique de la paix ». Cela, a-t-il souligné, signifie également adopter une position ferme lorsque les droits de l’homme ou le droit international sont violés. « Ce qu’il faut en tout cas, c’est une armée fédérale efficace et davantage de coopération européenne en matière de sécurité et de politique étrangère », a ajouté le chef du SPS.

S’agissant d’un éventuel arrêt des importations russes de gaz et de pétrole, Mme Reddy-Wagner a noté qu’il fallait avant tout mettre fin à la dépendance énergétique russe et élaborer un plan durable de sortie progressive des énergies fossiles. « Les Verts sont au gouvernement depuis deux ans, mais ils n’ont pas encore trouvé d’idée », a-t-il déclaré.

Le chancelier Nehamer s’est rendu aujourd’hui aux Émirats arabes unis pour explorer les possibilités de conclure des accords énergétiques.

Avec des informations de ΑΠΕ ΜΠΕ, ΣΚΑΙ,

Regarde aussi:

Ukraine : le troisième cycle de négociations avec la Russie est terminé

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.