Opérations de guerre psychologique turques – Actualités – actualités

Sofia Bekatorou : La plainte reste calvaire pour les victimes

La Turquie cède une fois de plus à ce qu’elle sait bien : elle essaie de tirer parti d’une situation internationale très difficile (crise russo-ukrainienne) à son avantage, profitant du rôle qu’elle joue dans cette crise en raison de sa valeur géopolitique.

Réalisant que les États-Unis, la Russie et l’Union européenne sont pleinement engagés dans la gestion de la crise entre l’OTAN et la Russie. La Turquie essaie de créer de nouveaux poids lourds qui se dressent contre la Grèce en déclarant de la manière la plus officielle sa volonté de remettre en cause notre souveraineté nationale.

A l’heure où les machines de guerre de l’OTAN et de la Russie chauffent et où les citoyens turcs luttent quotidiennement contre la faim, le froid et le cours incontrôlable de la pandémie de coronavirus, Erdogan est engagé dans un double combat de rue. D’une part, il essaie de « fermer les fronts » avec tous les rivaux extérieurs de la Turquie (EAU, Egypte, Israël, etc.), pour retourner immédiatement toutes ses troupes contre la Grèce. D’autre part, il tente d’accroître les tensions avec la Grèce afin de désorienter les citoyens turcs de leurs vrais problèmes (les « sept blessures du sultan ») et d’empêcher son effondrement inévitable lors des prochaines élections.

Le ministre turc des Affaires étrangères, M. Tsavousoglou, avec ses récentes déclarations inhabituelles, juridiquement inacceptables et historiquement dépassées et inexistantes, a clairement indiqué deux choses :
1) La Turquie a clairement l’intention de contester la souveraineté nationale de la Grèce, et
2) Le bouclier de défense de la Grèce est un obstacle insurmontable aux plans néo-ottomans d’Ankara.

M. Tsavousoglou, alors que la Turquie a atteint l’objectif de délimiter unilatéralement ses frontières occidentales avec le mémorandum illégal turco-libyen et l’histoire de la « patrie bleue », déclare sans équivoque que son pays a explicitement l’intention de tuer de facto de facto les Grecs sur Lesbos occupent Chios , Ikaria, Samos, Rhodes, Kos, Lemnos et Samothrace. Pourtant, il proteste car le bouclier de défense de la Grèce pose des obstacles insurmontables aux plans turcs ! Il affirme avec audace que « quelques soldats et quelques armes » que la Grèce a placés sur ses îles turques officiellement ciblées « ne suffisent pas à prévenir la menace turque ». Dans le même temps, il exprime sa préoccupation pour la sécurité de la Turquie et décrit les « peu de soldats » et « peu d’armes » que la Grèce a placés sur ses îles menacées comme une « menace potentielle » pour la sécurité de la Turquie.

Dès lors, selon la logique certes incompréhensible de M. Tsavousoglou, ce qui ne suffit pas à prévenir la menace turque déclarée sur les îles grecques suffit à menacer la souveraineté nationale de la Turquie !

Ces déclarations ne devraient nous laisser que l’indifférence. Bien sûr, nous sommes bien conscients que la Turquie envisage d’occuper les îles grecques depuis des décennies, c’est pourquoi elle a créé une énorme flotte au large des côtes de l’Asie Mineure et organise des exercices militaires interdisciplinaires annuels pour occuper les îles. Cependant, maintenant, les plans de l’armée turque se transforment en une politique étrangère néo-ottomane officielle, et ce qui ressemble à première vue à une déclaration politique d’agression extrême est en fait une opération très dangereuse de guerre psychologique !

L’establishment politico-militaire turc soulève maintenant la question de la démilitarisation des îles grecques de la mer Égée, mettant en évidence cette question dans un second cas, essentiellement casus belli, pour deux raisons : d’une part, pour ajouter une autre revendication très sérieuse à la Grèce. Table « dialogue » turque (ou pas « Monologue » 😉 et d’autre part induire des syndromes phobiques dans le monde politique grec et dans l’opinion publique grecque. L’establishment politico-militaire néo-ottoman sait très bien que la seule guerre qu’il peut gagner contre la Grèce est une guerre sans balles ! Une guerre que la Turquie montrera qu’elle poursuit avec acharnement et que la Grèce admettra qu’elle veut éviter tout sacrifice ! Mais ces « rêves d’une nuit d’été néo-ottomane » sont désormais irrévocablement entrés dans le « décalage temporel » de l’histoire, et les dirigeants politiques du pays ont la volonté nécessaire et nos forces armées ont le pouvoir nécessaire pour empêcher quiconque tente d’empiéter sur notre territoire national. droits.

C’est un fait que d’excellentes mesures ont été prises et sont encore prises en ce qui concerne le renforcement des forces armées de notre pays. D’où cette panique d’Ankara, qui commence et se rend compte que ses désirs méchants ne se réaliseront jamais. C’est aussi un fait que notre politique étrangère a accompli de grandes choses avec plusieurs accords bilatéraux de coopération militaire (et pas seulement) que nous avons conclus avec des pays puissants de la Méditerranée orientale, mais aussi avec la France.

Cependant, cela ressort des récentes déclarations du ministère turc des Affaires étrangères. ils doivent nous mobiliser au maximum. La Grèce doit MAINTENANT « venir à la table » de l’OTAN et de l’Union européenne. La Turquie en tant que membre de l’OTAN et en tant que pays cherchant à rejoindre l’Union européenne (aspirant constamment d’énormes sommes d’argent) constitue une menace directe pour la souveraineté nationale de la Grèce, qui est également membre de l’OTAN et État membre de l’Union européenne Syndicat. Syndicat. La Turquie menace ainsi directement l’unité de l’OTAN et l’intégrité territoriale de l’Union européenne !

Que fera la Grèce dans le cadre de l’OTAN et de l’Union européenne ? Acceptera-t-il des déclarations orales à l’appui de ses droits en vertu du droit international par des représentants de l’OTAN et de l’Union européenne ? Que feront l’OTAN et l’Union européenne ? Permettront-ils à T. Erdogan de saper l’unité en leur sein et de nuire à leurs intérêts vitaux, afin d’éviter le crash apparent des prochaines élections ?

La seule chose qui soit certaine, c’est ce que le peuple grec fera : il punira sévèrement (sur le terrain) tout opposant étranger qui tentera d’attaquer la souveraineté nationale de notre pays. Elle punira également sévèrement (dans les urnes) toute personnalité politique nationale qui tentera de présenter des « solutions de salut » qui nuisent à nos intérêts nationaux (tels qu’ils sont clairement définis par le droit international, le droit de la mer et notre constitution). Enfin, il rompra définitivement et irrévocablement ses liens idéologiques et politiques avec tout allié et partenaire indifférent à nos droits nationaux.

L’histoire des nations enseigne que certains crimes sont sévèrement punis par qui que ce soit.

M. Konstantinos Paidas est professeur associé à l’EKPA.

80% des fonds marins non cartographiés – Quel est son rôle dans le changement climatique ?

Suivre dans le Actualités de Google et soyez le premier informé de toutes les nouveautés
Découvrez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde, de

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.