Où l’Allemagne va-t-elle investir les 100 milliards pour la défense ? Chasseurs, communications, hélicoptères, défense aérienne, corvettes

L’annonce par l’Allemagne il y a quelques jours de la création d’un fonds de 100 milliards d’euros pour renforcer ses défenses a été une grande surprise et – il faut le dire – a suscité des associations négatives chez beaucoup. Comme l’héritage historique d’une Allemagne reposée… est connu. D’autre part, l’interprétation d’aujourd’hui aboutit à une impasse exclusivement ou principalement avec les performances du passé. En tant que tel, nous pensons qu’aucun pays ne peut évoluer, changer, créer quelque chose de différent de ce qu’il a déjà. Et nous ne pouvons pas ignorer le fait que l’Allemagne d’aujourd’hui est très éloignée, chronologiquement, idéologiquement, fonctionnellement et moralement, de son terrible passé.

Encore en défense : Mirror in son rapport, donne les premiers indices sur où cette somme impressionnante sera investie pour la défense allemande, et rappelle que pendant de nombreuses années les forces armées du pays étaient dans un état médiocre (très mauvais dans certains domaines dirons-nous) avec un grand manque d’argent. Bien sûr, l’Allemagne comprend que la défense ne se « construit » pas en un jour et que chaque processus d’équipement est confronté à de nombreux problèmes qui surviennent en cours de route.

EXCLUSIF : Beaucoup de discussions avec l’Allemagne : mise à niveau de Leopard 2A4, avec TOMA Lynx et Marder 1A3 sur la table

Mais quelles sont les principales directions d’investissement atteignant 102 milliards et non 100 comme on l’entendait initialement ? Selon Spiegel, environ 34 milliards d’euros seront utilisés dans les projets multinationaux suivants :

  1. Système TWISTER pour le maniement des armes polyphoniques. Il s’agit d’un programme de l’UE. développé dans le cadre de l’initiative PESCO, qui prévoit la mise en place d’une enquête par satellite pour détecter et intercepter des missiles balistiques à sondages multiples avec des systèmes de missiles anti-balistiques existants ou nouveaux, tels que le Patriot et le SAMP/T (la version terrestre de l’Aster 30 ).
  2. Créer un « nuage de combat », c’est-à-dire gérer, traiter et stocker des informations sur le champ de bataille sur Internet.
  3. Dans le développement de l’aviation stratégique.
  4. Dans un nouveau système européen de défense aérienne, de nouveaux chars et Eurodrone, en collaboration avec la France.
  5. Dans de nouvelles munitions et des fusées d’artillerie en collaboration avec la Grande-Bretagne.
  6. Dans l’évolution nouvelles frégates et navires amphibies en collaboration avec les Pays-Bas.
  7. en neuf technologies sous-marines en collaboration avec la Norvège.

Sur les 68 milliards d’euros restants, la plupart iront aux programmes suivants, mais la liste n’est pas définitive :

  1. Dans Remplacement de tornadeun programme estimé à environ 15 milliards, probablement avec des achats à la fois du nouvel Eurofighter et du F-35.
  2. Dans nouveaux hélicoptères de transport lourd pour remplacer l’ancien CH-53. Ici, Spiegel voit que le successeur sera à nouveau un choix américain, nous partons du CH-53K King Stallion qui est entré en production. 5 milliards de dollars sont affectés au programme.
  3. Vingt milliards vont de l’avant nouvelles munitions car les approvisionnements allemands sont rares et anciens. Missiles, artillerie, canons navals, missiles de chars, missiles antichars, etc. ils devront être replâtrés avec des systèmes modernes.
  4. LA numérisation des télécommunications dans le programme de « numérisation des opérations terrestres » (D-LBO) coûtera 3 milliards de dollars, comblant un trou majeur dans l’armée allemande qui dispose encore de télécommunications analogiques dans certaines de ses structures.
  5. Deux milliards vont à nouvelles corvettes (intéressant de voir quelle Allemagne préfère)
  6. Et environ 600 millions d’euros, seront adressés à unaméliorer l’artillerie patriotique.

Globalement, on voit que l’Allemagne investira des sommes importantes à la fois dans des programmes « nationaux » et européens, ces derniers « produisant » progressivement des systèmes qui trouveront déjà une clientèle consentante dans les partenariats intra-UE. et l’Europe en général, en établissant des normes d’équipement correspondantes. Il serait donc important pour la Grèce de voir à long terme qu’elle pourrait participer par le biais de la PESCO ou d’autres partenariats multilatéraux. Dans le même temps, l’Allemagne semble donner beaucoup d’argent aux équipements américains (F-35, Patriot, hélicoptères), ce qui est attendu mais aussi traditionnel dans les relations bilatérales avec les Etats-Unis. De cette façon, mais maintient également en partie la coopération dans la guerre froide que l’on ne sait pas comment « remonter » dans le temps, par exemple si elle s’accompagne de nouveaux mouvements importants d’unités américaines vers l’Allemagne.

Articles publiés dans ptisidiastima.com exprimer leurs auteurs
et pas nécessairement le site. La republication sans écriture est interdite
approbation. Sinon, des poursuites judiciaires seront engagées. Le site Web
se réserve le droit de vérifier les commentaires, qui n’expriment que l’auteur
leur.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.