Qu’apportera la 4ème vague de projets du Fonds de relance pour les PME, les infrastructures de santé, l’éducation et le secteur primaire – Financial Post


Aujourd’hui – sauf imprévu – les offres pour la marina d’Itea devraient être soumises, tandis qu’à la fin du mois les offres pour l’immobilier urbain seront soumises (elle est entourée par les rues Koryzi, Thrace et Timotheou Eugenikos à Tavros et il comprend des bâtiments anciens utilisant des espaces d’exposition, des laboratoires et des entrepôts EOMMEX, construits de 1940 à 1970) et pour l’utilisation des droits miniers et des actifs de l’État grec (loués à LARCO SA).

En ce qui concerne l’utilisation de la marina d’Itea, les offres à soumettre porteront sur l’octroi du droit de fournir des services de gestion portuaire (services d’amarrage et autres services) et le droit d’acquérir des biens meubles et/ou immeubles à l’intérieur du pays et la zone marine de la marina d’Itea pour une durée de 40 ans avec possibilité de prolonger la durée de la concession jusqu’à 10 ans.

La marina d’Itea est située dans la position « Marina » du golfe d’Itea et a la capacité d’amarrer 146 bateaux de petite et moyenne taille, tout en ayant également 60 bateaux dans la zone terrestre.

La quatrième vague

La nouvelle du jour vient du Fonds pour la relance et la résilience. En effet, le Fonds a annoncé l’inclusion de 70 nouveaux projets, avec un budget total de 2,4 milliards d’euros. Avec la signature du vice-ministre des Finances chargé de la mise en œuvre de la « Grèce 2.0 », Theodoros Skylakakis pour les nouvelles adhésions, le nombre total de projets atteint 173, alors que le budget des projets approuvés est fixé à 8,5 milliards d’euros.

Il est rappelé qu’en juillet 2021, les 12 premiers projets (1,42 milliard d’euros) inclus dans le Fonds ont été annoncés, suivis de 36 projets (1,34 milliard d’euros) en octobre 2021 et de 55 autres (1,34 milliard d’euros) 35 milliards d’euros) en janvier 2022.

L’ombre de l’incertitude

Ne laissez pas le pic des prix de l’économie grecque en 2022 passer inaperçu auprès du PDG du groupe Alpha Bank, Vassilis Psaltis : et les chiffres de la croissance à moyen terme.

Dans l’analyse accompagnant les résultats financiers 2021, je lis : « Les perspectives de croissance en 2022 restent positives, soutenues par la forte reprise attendue du tourisme pour la deuxième année consécutive, ainsi que par l’afflux important de fonds d’investissement via le Fonds de relance et de durabilité Cette évolution est soumise à une incertitude géopolitique accrue et à un risque d’inflation, qui pourrait affaiblir la tendance haussière de l’environnement économique, qui a atteint son prix le plus élevé depuis octobre 2000 au début de 2022.

La guerre en Ukraine pourrait avoir un impact négatif sur l’économie grecque, compte tenu de la forte dépendance de notre pays aux importations d’énergie et de l’impact négatif sur les arrivées de touristes en raison de la baisse du pouvoir d’achat des ménages européens.

Les risques pesant sur l’économie grecque sont également liés aux fortes pressions inflationnistes, qui se sont accentuées après l’invasion russe de l’Ukraine. L’inflation (sur la base de l’IPCH) s’est établie en moyenne à 0,6 % en 2021, mais continue d’augmenter, atteignant 6,3 % en février 2022, principalement en raison de la hausse des prix de l’énergie. « Le gouvernement grec a pris des mesures budgétaires supplémentaires pour soutenir les ménages et les entreprises face à la hausse des coûts de l’énergie et des prix alimentaires, une évolution qui devrait toutefois peser sur les finances publiques. »

Temps pour realpolitik

Dimitris Triantafyllou vit et travaille à Istanbul depuis des années. Avec une expérience de recherche et universitaire, il est professeur de relations internationales et directeur du Centre d’études internationales et européennes de l’Université Kadir Has d’Istanbul.

Un message sur fb est particulièrement intéressant, surtout après le déjeuner Mitsotakis-Erdogan avec vue sur le Bosphore : « Bilan du moment : pragmatisme, realpolitik et équilibre ; l’invasion russe de l’Ukraine avec la visite d’Erdogan aux Emirats en février… Nous eu la visite du président d’Israël à « Ankara en mars » et les quatre réunions d’hier entre Mitsotakis et Erdogan à Istanbul… ainsi que celle avec l’Égypte), mais en croissance… maintenir les accords de défense avec la France et les États-Unis bons debout… et la décision d’envoyer du matériel militaire en Ukraine (comme un soutien clair et l’approbation de sanctions contre la Russie) a peut-être causé des frictions dans les relations Athènes-Moscou, mais a fait du pays l’un des fondements essentiels de la sécurité en L’aile sud-est de l’OTAN et l’Ouest… avec la Turquie… quelque chose que la Turquie elle-même a reconnu dans la déclaration officielle de la présidence turque après l’abeille réunion d’hier (« Il a été souligné que la Turquie et la Grèce avaient une responsabilité particulière »). L’influence de la Turquie se poursuit Il ne faut pas oublier ici l’importance des décisions de nombreux Conseils européens ces dernières années pour la Turquie et sa conduite, qui ont également contribué à la tentative d’Ankara d’apaiser les tensions avec la Grèce dans un nouveau virage vers l’Europe pour stabiliser son économie et ramener investisseurs institutionnels – voir la visite de la chancelière allemande à « Ankara aujourd’hui)… La question est de savoir comment Athènes utilise les données actuelles, toujours guidées par la défense de l’intérêt national… ».

Chômeur avec de l’argent

L’enquête a découvert le bar parmi les chômeurs à revenu élevé qui sont inscrits dans les registres de l’OAED et qui ont bénéficié d’allocations et d’autres avantages offerts par l’État aux groupes sociaux vulnérables pendant un certain nombre d’années. Une précision est utile et absolument nécessaire : il ne s’agit en aucun cas d’allocations de chômage (qui ont une date d’expiration) mais aussi d’avantages et d’avantages de toutes sortes (de la libre circulation dans le MMM au scoring illégal dans les appels d’offres publics).

Quelques exemples viennent et abondent. Selon les archives de l’OAED, le registre contient :

  • Couple, un homme de 55 ans avec 11 ans de chômage et aussi une femme de 51 ans avec des années de chômage, habitants de Kifissia, avec un revenu du ménage de 2020, 130 000 euros.
  • Femme de 55 ans, mariée, avec 10 ans de chômage, habitante de la commune de Dionysos, avec un revenu du ménage de 2020, 250 000 euros.
  • Une femme de 48 ans, mariée, avec 11 ans de chômage, habitante de Kifissia, avec un revenu du ménage de 2020, 300 000 euros.
  • Homme 55 ans, marié, 11 ans au chômage, habitant Kifissia, avec revenu familial en 2020, 150 000 euros
  • Femme de 49 ans, mariée, avec 13 ans de chômage, habitante de la commune de Dionysos, avec un revenu du ménage de 2020, 180 000 euros.
  • Femme de 56 ans, mariée, avec 12 ans de chômage, habitante du Lycabette, avec un revenu du ménage de 2020, 160 000 euros.
  • Un homme de 66 ans, marié, avec 11 ans de chômage, habitant d’Ilioupoli, avec un revenu du ménage de 2020, 55 000 euros.
  • Femme de 55 ans, mariée, au chômage depuis 10 ans, habitante de Voula, avec revenu familial en 2020, 60 000 euros
  • Un homme de 61 ans, marié, avec 20 ans de chômage, habitant Thessalonique, avec un revenu du ménage de 2020, 70 000 euros.

Petites et moyennes infrastructures de soins primaires

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Aucun commentaire supplémentaire n’est nécessaire. Chiffres et gestes. La référence au 4le vague de projets approuvés du Fonds de développement et de relance.

Mettons les choses au clair :

  • Rénovation des infrastructures de soins de santé primaires (PHC) – Développement de cliniques pour maladies chroniques (246 829 440 €)
  • Rénovations et modernisation d’hôpitaux dans toute la Grèce (314 960 000 €)
  • Transformation numérique des petites et moyennes entreprises. Ils sont pris en charge pour l’achat – utilisation de produits et services numériques (180 000 000 €)
  • Interventions visant à améliorer l’environnement urbain et l’espace public. Le projet concerne des rénovations d’une ampleur significative : a) dans des zones urbaines sélectionnées de Grèce, présentant un intérêt culturel ou historique particulier et b) dans la zone urbaine ou dans des zones résidentielles côtières pour la mise en œuvre de mesures de prévention et d’adaptation au changement climatique (252 862 .745, 10 €)
  • Digital Care II – Programme de soutien aux enseignants/étudiants touchés par l’incendie, étudiants et stagiaires pour l’achat d’équipements technologiques par le biais de bons (40 500 000 €)
  • Ajustement WW – Association WW précédente (58 600 000 €) & nouvelle WW long terme (33 800 000 €)
  • Nouveau programme d’investissement « Innovation et transition verte dans la transformation des produits agricoles » (181 521 000 €)
  • Modernisation du secteur primaire. Le projet met l’accent sur la production de produits agricoles de qualité, l’amélioration de leur compétitivité et la facilitation de leur accès à de nouveaux marchés. (98 111 000 €) Mise à niveau et extension des systèmes d’information dans le domaine de la Justice (70 000 000 €)
  • Aménagement de nouveaux parcs industriels, extension de ceux existants et organisation de réunions industrielles informelles (65 271 948,36 €)
  • Carte numérique unique – Infrastructures écologiques et culturelles intelligentes (51 028 440 €)

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.