Qu’est-ce qui arme les mains des terroristes ?

photo de dossier

Eurokinissia

L’expression « terroriser les terroristes » est attribuée, parce qu’elle n’a pas été rendue publique, à Charles Pasquas, ministre français de l’Intérieur en 1986, qui était également chargé de la surveillance policière, c’est-à-dire du maintien de l’ordre. La France, et plus précisément Paris à l’époque, est confrontée à une vague de terrorisme/attentats à la bombe : sept actions dans un même mois de septembre.

Son utilisation au Parlement hier, par le représentant parlementaire de SYRIZA, m’a rappelé combien de fois il est reproduit par des agents de la soi-disant gauche politique, qui tentent de l’attribuer à leurs adversaires politiques (ND ou PASOK, selon le cas) alors que il en a été de même en 2012 par M. Kammenos peu après sa défection, demandant une certaine alliance pour retirer le deuxième mémorandum.

Le bref examen peut sembler sans rapport avec des actes de terrorisme tels que ceux visant à terroriser Dimitris Kampourakis, un collègue journaliste connu pour sa liberté d’expression, ses commentaires humoristiques et son amour des chats, je suppose même les imams. !

Je ne sais pas qui a placé la bombe dans sa maison. Mais cela aura quelque chose à voir avec ceux qui ont simultanément tenté de terroriser le président des gardes spéciaux, les employés d’Attiki Odos et, il y a quelques jours, le ministre Akis Skercos, le Dr. Mina Gaga ou mes colocataires de juillet dernier et tant d’autres..

Qu’est-ce qui « arme » la main des terroristes ? Selon moi, le terrorisme contre les personnes, qui a même atteint le stade du meurtre et quelle que soit la forme sous laquelle il est exercé, a trois raisons principales. Premièrement, dans la tolérance à long terme du monde politique, deuxièmement, mais par rapport à la précédente, dans la recherche de terroristes pour commettre des actes que les « vrais gauchistes » aimeraient mais n’ont pas pu faire, et troisièmement dans la mauvaise organisation des experts, comme il se doit, des services de l’appareil étatique.

La méthode aujourd’hui comme hier est simple. Certaines personnes montrent le « but », généralement avec l’aide de « journalistes » maintenant et d’Internet, d’avoir une implication « sale » ou, par conséquent, de rejoindre un groupe de personnes qui ont été reconnues coupables d’enchevêtrement. Ils le font, généralement sans aucune preuve, mais ils se fondent sur la suspicion qui imprègne notre société et la propension tout aussi répandue aux théories du complot. Lorsque cela est ancré dans le subconscient social et après qu’il n’est pas condamné par la politique « de gauche », le moment est venu d’agir. Sous une forme plus légère, les phrases, les expressions, bien sûr les opinions du milieu idéologique sont punies. Le plus souvent, mieux c’est. Plus les gens s’habituent au terrorisme. Même si personne ne se souvient quelle pourrait être la raison alléguée, beaucoup demandent simplement « qu’est-ce qu’il a fait et que lui est-il arrivé ». Exactement ce qui s’est toujours passé dans le processus de mise en lumière de peuples et de sociétés entiers.

Quant à mon ami Dimitris, je sais qu’il continuera à s’occuper de ses chats préférés et qu’il restera avant-gardiste, vif et brillant, c’est-à-dire libre. Nous sommes avec lui !

* Babis Papadimitriou est journaliste et député

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.