Qui est Elisabetta Belloni – Tiscali Notizie

La première femme de l’histoire de la Farnesina à être nommée secrétaire générale et la première femme en Italie à diriger les services secrets. Elisabetta Belloni fait partie de celles qui ont depuis longtemps brisé la verrière. Depuis de nombreuses années, il a été l’un des premiers à être admis au lycée Massimo de Rome, lorsque l’Institut des Jésuites, également fréquenté par le Premier ministre Mario Draghi, a décidé de ne plus être uniquement masculin. Chez Massimo, un Belloni ému se souvient avoir reçu en 2007 un prix d’anciens élèves, « ils nous ont appris le dévouement et la rigueur qui nous accompagnent tout au long de notre vie ». Un dévouement et une précision qui n’ont jamais trahi : après une longue carrière diplomatique, elle est une fonctionnaire « fière de se définir comme institutionnelle ». Comme elle l’a elle-même déclaré dans l’une de ses rares interviews dans laquelle elle affirmait aussi fièrement « n’avoir aucune matrice politique ».

A 63 ans, Belloni – qui parle quatre langues et arbore, parmi les distinctions honorifiques, la Légion d’honneur que la France a reçue – elle a derrière elle bien d’autres postes dont elle a été surnommée « la première femme » : de la direction de la Coopération au développement au poste de Secrétaire particulière d’un Ministre de Affaires étrangères. Très réservée, on sait peu de choses sur sa vie privée : elle est devenue veuve il y a cinq ans, après la mort de son mari Giorgio Giacomelli, qui était également ambassadeur. Ceux qui la connaissent bien parlent d’elle comme d’une femme à la personnalité forte et très déterminée. Qui croit au rôle des femmes, « particulièrement adapté – a-t-il souligné il y a des années dans une autre interview – car elles ont une tendance naturelle à prendre des décisions sans hésitation et à assumer leurs responsabilités, même si cela implique des risques personnels ». Mais sans sacrifier à la féminité, comme en témoigne son style toujours élégant et soucieux du détail.

Elle est diplômée en sciences politiques en 1982 de la Luiss à Rome et trois ans plus tard, elle entre dans la carrière diplomatique où elle franchit toutes les étapes jusqu’à être promue ambassadrice en 2014, l’une des rares femmes à avoir atteint le plus haut degré de la carrière diplomatique, grâce au dévouement qui l’a fait connaître au-delà de la murs de la Farnesina à l’occasion de certains des défis les plus difficiles de la diplomatie italienne.

En novembre 2004, elle est nommée chef de la cellule de crise et à peine un mois et demi plus tard, le 26 décembre, il était confronté à la tragédie du tsunami en Asie du Sud-Est avec des milliers de touristes italiens dans la région, des centaines de personnes portées disparues, la tâche difficile de contacter les familles des victimes et organiser le rapatriement. Le choix de rester au bureau même la nuit pour gérer l’urgence à tout moment est vite devenu presque légendaire. Et ce n’est que le début. L’enlèvement de Giuliana Sgrena et le meurtre de Nicola Calipari en Irak, l’enlèvement de Daniele Mastrogiacomo en Afghanistan, les dossiers délicats des techniciens italiens qui se sont retrouvés entre les mains de la guérilla nigériane se rapprocheront.

En 2008, Belloni a été nommé chef de la direction générale de la coopération au développement, qu’il gère également avec une série de missions dans les pays les plus pauvres et une attention constante aux femmes, ces dernières où la pauvreté et la maladie sont la norme. Il restera à la Coopérative jusqu’en 2012. L’année suivante, il prend la tête de la direction générale des ressources et de l’innovation. Un nouveau défi, mais complètement différent. Il a la tâche ingrate mais nécessaire de réduire les dépenses du ministère.

En 2015, nouveau bond en avant : il dirige le cabinet du ministre des Affaires étrangères Paolo Gentiloni. Puis en 2016, elle est devenue la première femme secrétaire générale. Un autre record pour la suite, il y a sept mois, lorsque le gouvernement Draghi l’a appelée à la tête du Dis, l’organe de coordination des services secrets italiens.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.