Quintana a été disqualifié du Tour de France et se retire de la participation en Espagne

Un jour après avoir été disqualifié du Tour de France, le cycliste Nairo Quintana s’est retiré de la participation au Tour d’Espagne ce jeudi. Le Colombien prévoit de se concentrer sur sa défense pour tenter de reprendre la sixième place qu’il a prise dans la compétition reine du sport, en France.

L’athlète de 32 ans a été puni pour avoir pris une drogue interdite, qui n’est pas du dopage. L’analgésique tramadol, interdit en 2019 en raison des effets secondaires qu’il peut avoir et non en raison d’un quelconque bénéfice à en tirer dans la performance sportive, est de type opioïde et a été détecté dans ses prélèvements sanguins.

Quintana a perdu la sixième place du Tour de France, qui s’est déroulé le mois dernier, mais peut continuer à concourir dans les semaines à venir. Néanmoins, il a décidé de rester à l’écart de l’importante Vuelta de España, qui débute vendredi prochain.

« Quelques heures se sont écoulées (depuis que j’ai été averti) et j’ai eu une meilleure chance d’y penser. Pour le moment, je n’ai ni la tête ni le corps pour participer, même si j’ai confirmé ma présence à la Vuelta de España. la maison pour m’organiser et préparer ma défense », a déclaré le Colombien sur les réseaux sociaux.

Des restes de l’analgésique ont été retrouvés dans des échantillons de sang « séché » prélevés les 8 et 13 juillet, lors du Tour de France. Le cas de Quintana est le premier dans le monde du sport à être vérifié grâce à cette nouvelle méthode d’analyse, la soi-disant « tache de sang séché » ou DBS, approuvée l’année dernière par l’Agence mondiale antidopage (Wada, l’acronyme en anglais).

Selon l’Union cycliste internationale (UCI), le médicament n’est pas dopant, mais nécessite une sanction en raison des risques pour la compétition liés aux effets secondaires. « Outre le risque de dépendance et d’accoutumance, le médicament a souvent des effets secondaires indésirables tels que des étourdissements, de la somnolence et une perte d’attention, qui sont incompatibles avec le cyclisme et peuvent mettre en danger les autres concurrents », fait valoir l’UCI dans son règlement médical.

Julienne Rose

"Défenseur indépendant d'Internet. Passionné de café extrême. Passionné de culture pop. Gourou de la cuisine générale."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.