Rabiot à DAZN : « Si on avait battu l’Inter, tout aurait changé »

En face de Adrien Rabiot† Il est le milieu de terrain français du Juventus le personnage principal de ‘1 contre 1’, le format de DAZN dans lequel les joueurs de Serie A racontent leur histoire. Cela commence par les bonnes performances de l’ancien du PSG ces dernières semaines, qui ont été fortement critiquées en première partie de saison.

« Sur le terrain, je me donne toujours à 100 %, mais c’est difficile de maintenir le même niveau dans tous les matches. Vous avez sans doute vu le vrai Rabiot, mais peut-être qu’il y avait un manque de continuité, un peu plus de régularité. La performance face à l’Inter Milan ., ou les plus récents, étaient d’un haut niveau. Je dois les répéter tous les week-ends et c’est le plus dur. »

Massimiliano Allegri Rabiot a dit que « Il a grandi comme s’il était un numéro 10, mais en réalité c’est un joueur de grande taille, avec un surplus physique terrifiant. »

« Quand j’étais plus jeune, je jouais plus tard, comme un 10 – Rabiot répond – Maintenant, j’aime commencer plus loin. Je préfère avoir de l’espace devant moi. Quiconque pense que je suis un joueur offensif n’a pas la bonne perception de moi. Je suis un numéro 6 ou 8, pas un 10.

Pas encore marqué ? Je sais que ça attire beaucoup l’attention en Italie, mais je ne suis pas obsédé, ce n’est pas une vocation. Le plus important est de bien jouer, de faire de mon mieux, d’attaquer, de défendre. Le score est une chose de plus, ce n’est pas le plus important. L’essentiel est de gagner.

Le But annulé à Cagliari ? Ce sont les règles du football, mais à mon avis il y a un problème. Je ne parle pas des arbitres qui appliquent les règles. Le problème est dans la réglementation. »

Le principal regret ? La défaite contreSousnaturellement.

« Si nous avions battu l’Inter, cela aurait tout changé. Mentalement, cela aurait changé notre approche de la compétition et celle des autres équipes envers nous. Milan et l’Inter auraient été plus sous pression. Ce n’est pas facile de jouer avec la pression. de la Juve derrière nous.

La finale de la Coupe d’Italie ? C’est un match que j’attends avec impatience d’une certaine manière parce que le match de championnat m’a déçu et bouleversé. Idem pour la Supercoupe. Nous méritions plus dans les deux matchs. Il faut se venger de l’Inter. »

Toujours sur Allegri : ce n’est pas un mystère que l’entraîneur de Livourne Rabiot l’apprécie et pas qu’un peu.

« Il a la passion de son métier. Il veut gagner mais aussi faire progresser les joueurs. Moi-même je me suis amélioré avec lui. Il m’encourage, c’est important d’avoir un coach qui te challenge. »

Clôturant avec l’habituel 1 contre 1 : une série de questions inutiles auxquelles Rabiot doit répondre au plus vite.

« L’adversaire le plus fort ? Messi. Le moment de ma carrière dont je suis le plus fier ? Le premier match contre la France. L’idole de mon enfance ? Steven Gerrard. C’était un joueur emblématique, avec des qualités défensives et offensives et qui marquait beaucoup. était élégant, il avait quelque chose de spécial. »

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.