Sanctions de l’UE. Mais l’Occident suspend les peines les plus dures | Allemagne – politique allemande actuelle. Nouvelles DW en polonais | DW

« Les 27 pays se sont mis d’accord sur la manière de réagir à la dernière action de la Russie contre l’Ukraine », a annoncé ce soir (22.2.22) le ministre Jean-Yves Le Drian, chef de la diplomatie de la France, qui assure désormais la présidence de l’UE. Les ministres de 27 pays de l’UE se sont mis d’accord sur un ensemble de sanctions en représailles à la reconnaissance par le Kremlin de l’état de deux « républiques » dans l’est du Donbass et à l’introduction désormais officielle de l’armée russe là-bas, qui soutient de toute façon les séparatistes depuis 2014. . – Les troupes russes sont entrées dans le Donbass, que nous considérons comme faisant partie de l’Ukraine. Il ne s’agit pas d’une invasion à part entière, mais les forces russes sont sur le sol ukrainien, a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

« Plan maximum » de l’UE

L’UE a élaboré un plan de sanctions maximales en cas « d’agression armée » de la Russie contre l’Ukraine. Mais Bruxelles a dû le calibrer aujourd’hui en réponse aux actions du Kremlin jusqu’à présent, que ni les États-Unis ni l’UE n’ont classées comme une autre « invasion armée » dans leur langage de sanction.

L’Union européenne a décidé de s’attaquer à l’accès des institutions étatiques et gouvernementales russes aux marchés internationaux des capitaux et aux services financiers. Cela signifie, entre autres, des restrictions sur le refinancement de la dette publique russe et la fermeture des marchés financiers par la Banque centrale de la Fédération de Russie. Les sanctions de l’UE sont coordonnées avec Londres, Washington et Tokyo, donc pour les contourner, les Russes devront rechercher des opportunités d’emprunt en dehors des grands échanges internationaux. D’autre part, les restrictions les plus récentes de l’UE n’affectent pas le secteur bancaire ordinaire en Russie dans son ensemble.

Poutine n’est pas sur la liste des sanctions

Jusqu’à présent, la « liste noire » des personnes responsables d’atteinte à l’intégrité territoriale de l’Ukraine et soumises à des interdictions d’entrée et à des biens gelés dans l’UE comptait 190 noms. Aujourd’hui, le Conseil des affaires étrangères de l’UE a décidé de le prolonger de 370 personnes supplémentaires. Ce groupe comprend 351 députés de la Douma d’État russe qui ont voté pour reconnaître l’État des séparatistes de Donetsk et de Louhansk, une vingtaine de fonctionnaires et commandants. Vladimir Poutine lui-même ne figure pas encore sur la liste des sanctions, même si une grande partie de son entourage proche figure sur les listes de sanctions de l’UE et des États-Unis depuis plusieurs années.

Les autres sanctions adoptées aujourd’hui sont analogues à celles adoptées par l’Union après l’annexion de la Crimée. Ils ont donc frappé les banques qui financent les opérations militaires russes et d’autres opérations sur le territoire des « républiques ». Et ils interdisent également les investissements et le commerce avec deux régions séparatistes de l’est du Donbass. Les États-Unis ont également introduit des restrictions similaires pour Lugansk et Donetsk.

« Les sanctions adoptées aujourd’hui feront beaucoup de mal à la Russie », a déclaré Borrell.

Le paquet de sanctions de l’UE d’aujourd’hui a été négocié entre Bruxelles et le gouvernement américain lundi soir. Le projet initial était plus indulgent, car il visait « uniquement » à reconnaître l’État séparatiste. Il a été renforcé après la décision officielle de stationner des troupes russes dans le Donbass.

L’Union est unanime sur les sanctions

Le chef du Conseil européen, Charles Michel, s’est également entretenu au téléphone hier soir avec de nombreux premiers ministres des pays de l’UE, dont Mateusz Morawiecki. Et aussi au cours de cette réunion nocturne, il a reçu des assurances du Premier ministre Viktor Orban de son soutien à la décision unanime de sanctions de l’Union. – Il y a d’autres voix du ministère des Affaires étrangères ou de la réunion des ambassadeurs auprès de l’UE, mais le Premier ministre décide. Et le message d’Orban sur l’unité était clair pour Michel – a expliqué mardi un haut responsable des institutions de l’euro.

Vladimir Poutine lui-même n’est toujours pas sur la liste des sanctions de l’UE

La décision de l’UE d’aujourd’hui signifie que des sanctions plus sévères, y compris celles liées au secteur financier et l’interdiction d’exporter des biens de haute technologie, ont laissé Bruxelles – comme les États-Unis – en réserve. Les États baltes ont déjà exigé l’utilisation d’armes beaucoup plus lourdes, mais les plus grands pays de l’UE ont résolument promu une approche « progressive » des restrictions. Alors qu’est-ce qui pourrait resserrer les restrictions? Plus de la moitié du Donbass reste sous le contrôle de l’Ukraine. Une tentative par une armée, soutenue par la Russie, de déplacer la ligne de démarcation actuelle serait-elle qualifiée d’« invasion armée » ?

– Maintenant, nous n’avons pas discuté des détails des prochains seuils d’escalade dont dépendrait l’intensification des sanctions – explique notre interlocuteur. Tout durcissement des restrictions aura également un coût pour les pays de l’UE (y compris en raison des contre-sanctions russes attendues), et donc la nécessité d’efforts supplémentaires pour renforcer l’unanimité nécessaire pour approuver les sanctions de l’UE.

Laisser la question de Nord Stream 2 à la décision de Berlin, formellement en dehors du paquet de sanctions de l’UE, était une solution discutée dès le début lors des préparatifs de l’UE concernant les restrictions. – Bienvenue dans un nouveau monde courageux où les Européens paieront bientôt 2 000 euros pour 1 000 mètres cubes de gaz naturel ! – L’ancien président russe Dmitri Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité russe, menacé sur Twitter.

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.