Santé et environnement : comment remettre notre horloge biologique sur la bonne voie – 21/06/2022

Comment notre corps gère-t-il l’agitation du quotidien, l’irrégularité de nos horaires et les nuits courtes ? Le chronobiologiste français Damien Davenne, directeur de recherche à l’Université de Caen en Normandie, explique pourquoi il est essentiel de respecter le rythme circadien – la variation biologique qui coordonne le fonctionnement de notre organisme en 24 heures.

Comment notre corps gère-t-il l’agitation du quotidien, l’irrégularité de nos horaires et les nuits courtes ? Le chronobiologiste français Damien Davenne, directeur de recherche à l’Université de Caen en Normandie, explique pourquoi il est essentiel de respecter le rythme circadien – la variation biologique qui coordonne le fonctionnement de notre organisme en 24 heures.

Taissa Stivanine du RFIE

La fluctuation physiologique qui organise les fonctions organiques ignore le mode de vie urbain occidental : c’est le même qu’au temps de nos ancêtres qui vivaient dans des grottes, prévient le chercheur français. Cela signifie qu’en se couchant tard, par exemple, nous dépassons les limites que la nature nous impose pour maintenir le bon fonctionnement de notre corps.

« La base temporelle de l’homme est la rotation de la terre et nous en dépendons pour la vie. Notre temps s’organise autour de cette rotation de la terre, c’est-à-dire le jour et la nuit. Depuis l’apparition de l’homme, il y a 300 mille ans, nous avons exactement les mêmes gènes « Peu de choses ont changé. Nous fonctionnons de la même manière depuis 100 000 ou 200 000 ans », explique-t-il.

Les 24 heures d’une journée déterminent la programmation de notre horloge biologique. Des chronobiologistes, comme le chercheur français Damien Davenne, étudient cette organisation physiologique des périodes d’activité et de repos de l’homme.

Le rythme circadien est contrôlé par l’hypothalamus, situé à la base du cerveau, responsable de la gestion de nombreuses fonctions corporelles† Parmi eux, l’appétit, la pression artérielle, la température corporelle et le métabolisme, en plus du sommeil, sont contrôlés par la mélatonine – l’hormone qui dit au corps qu’il est temps de dormir.

L’apparition de la lumière artificielle a permis aux humains de rester éveillés la nuit, perturbant le rythme circadien. « Cela a eu des conséquences catastrophiques sur notre rythme biologique », explique le scientifique français. Nous n’étions pas programmés pour ajuster la lumière à notre volonté. »

Les lumières LED ont encore perturbé le rythme circadien

La maladie du sommeil était rare avant l’avènement de l’électricité dans les années 1800, au point que certains scientifiques appelaient ces affections la « maladie d’Edison », en référence à Thomas Edison, l’inventeur de l’ampoule électrique.

Une autre invention, des décennies plus tard, va encore perturber notre horloge biologique et notre capacité innée à distinguer le jour de la nuit : la découverte des lampes à LED, dans les années 1960, une diode à semi-conducteur qui, lorsqu’elle est activée, émet la lumière dite bleue, une lumière spectre responsable de l’inhibition de la mélatonine.

Selon Damien Davenne, la technologie est certainement venue perturber les aiguilles de notre horloge biologique. L’ampoule LED émet des ondes compatibles avec la perception humaine et, utilisée dans la plupart des écrans, interfère avec la régulation du sommeil, précise l’expert. « Notre horloge biologique est particulièrement sensible à cette lumière et cela la dérégule complètement. L’organisme ne peut pas s’y adapter pour le moment », répète-t-il.

L’espoir est que les nouvelles technologies « résoudront » ce problème causé par les lampes LED. Des études montrent qu’au XXe siècle, les gens perdaient environ deux heures de sommeil par jour, également en raison de problèmes de comportement. L’idée que le sommeil est une « perte de temps » fait depuis longtemps partie de l’imaginaire occidental.

différences individuelles

La façon dont votre corps réagit au manque de sommeil est très personnelle, explique Damien Davenne. « Cette programmation est individuelle et génétique. On n’y peut rien. On est plus matin ou soir, on dort plus ou moins, et il faut connaître ces paramètres », dit-il. Ces caractéristiques individuelles, souligne-t-il, doivent être respectées pour maintenir la santé de chacun.

Sinon, vous risquez de devoir faire face aux conséquences d’un manque de sommeil. Le premier d’entre eux est cognitif : le manque de repos adéquat affecte les tissus cérébraux et réduit la capacité de notre système immunitaire à combattre les infections† « Le sommeil, c’est pour nous de récupérer des activités que nous avons effectuées pendant l’éveil et pour que nous puissions continuer à vivre. Nous devons faire ce que nous pouvons pour respecter cette période de repos », conclut le chronobiologiste français.

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.