Soins de santé primaires : qu’est-ce qui rapporte la facture ?

Le S/N du Ministère de la Santé, qui tente de reconstruire les SSP dans notre pays, est en consultation. Il a été démontré que les institutions médicales s’opposent fermement à son application et forment un front contre elle et trouvent cela inacceptable.

Mon avis, que je vais essayer d’étayer, est que le signe du plan est positif, tant pour les citoyens et leur santé, que pour les médecins du PHC. Bien sûr, il ne détermine que le cadre général de mise en œuvre et de nombreux paramètres critiques, qui permettront d’évaluer la réussite du projet, doivent encore être précisés et réglés avec de futures décisions ministérielles.

Existe-t-il un SSP dans notre pays ?

Il est universel d’accepter que l’absence de SSP organisés a été le talon d’Achille du système de santé de notre pays depuis le début. Les principales caractéristiques d’un PHC fort manquent :

  • L’accent mis sur la personne et ses besoins, dans le contexte de sa famille et de la communauté à laquelle il appartient, adapté aux possibilités, préférences, valeurs, objectifs et expériences de l’individu et de la famille.
  • La continuité des soins en développant des relations dynamiques et durables basées sur la confiance et le respect entre la personne, sa famille, le médecin généraliste et les autres membres de l’équipe soignante.
  • La nature holistique des soins, où le patient est traité dans son ensemble et non axé sur la maladie, l’organe ou le système.
  • Coordonner les soins aux patients lorsqu’il est nécessaire de les rechercher dans d’autres services ou niveaux de soins, le médecin de soins primaires et d’autres professionnels de la santé assumant le rôle de navigateur et de défenseur des soins aux patients
  • Accès sans entrave pour tous sans discrimination socio-économique ni barrières de temps ou d’argent. Il agit comme le premier point de contact, avec le médecin généraliste et l’équipe de soins de santé disponibles pour répondre quand, où et comment les patients et leurs familles en ont besoin.

À quel point serait-il plus facile de gérer une pandémie si nous avions un SSP organisé ?

L’État a exhorté les citoyens à consulter leur médecin généraliste lorsqu’ils présentaient des symptômes suspects de coronavirus, alors que la majorité des citoyens ne l’ont pas fait… Combien cela aurait-il pu contribuer à la surveillance épidémiologique, au conseil, au diagnostic précoce, au suivi des contacts, à la prise en charge στην Ne cherchez pas le cause de notre mauvaise performance globale de gestion de la pandémie, après une première enviable, qui n’était bien sûr pas due au système de santé, mais aux excellents réflexes du gouvernement et à l’application opportune du confinement.

En quoi consiste le projet de loi sur les SSP :

« Médecin personnel pour tous les citoyens », qui se rapproche considérablement pour répondre à la demande constante de la médecine générale / familiale grecque « Médecin généraliste pour tous les citoyens ». Chaque citoyen aura son propre médecin et chaque médecin assumera la responsabilité de la santé d’une population particulière.

D’autre part, le terme médecin personnel n’est utilisé nulle part dans le monde sauf à Chypre et s’adresse à l’individu individuellement, supprimant les dimensions de famille et de communauté du médecin SSP. À Chypre, il a même fonctionné comme un véhicule permettant aux médecins sans spécialisation d’entrer dans l’établissement, ainsi qu’aux médecins non liés au PHC.

Notre préoccupation est renforcée par la disposition selon laquelle « des médecins personnels, en plus des médecins du PHC – c’est-à-dire des médecins généralistes/médecins généralistes, des pathologistes et des pédiatres, peuvent être nommés par arrêté du ministre chargé de la santé et des médecins d’autres spécialités, notamment lorsque la spécialité est associée au suivi des citoyens souffrant de maladies chroniques ». Mais comment ces médecins, spécialisés dans les organes, les systèmes et les maladies, pourront-ils appréhender le patient de manière holistique et fonctionner comme leur premier point de contact avec le système de santé pour la grande majorité de ses besoins ? Comment le pneumologue traite-t-il le diabète ou le cardiologue l’otite ou le retard des menstruations ? L’utilisation de médecins extérieurs au CSP ne serait tolérée que si les médecins du CSP n’étaient pas disponibles pour couvrir la population et seulement si ces médecins étaient tenus de suivre une formation parallèle au CSP.

Remboursement des médecins privés « par habitant » contractés avec EOPYY, en fonction du nombre de citoyens inscrits et de leur tranche d’âge. Cette méthode est la principale méthode de rémunération appliquée dans les soins de santé primaires et a été adaptée de manière appropriée au fil des ans en ajoutant des éléments d’autres méthodes (par exemple, la rémunération basée sur la performance) qui compensent les points négatifs et contribuent à répondre aux besoins de santé et à atteindre les objectifs politiques. Il est clair que sa forme primitive est la mieux adaptée pour être la base sur laquelle seront construits les futurs modèles de compensation, lorsque nous aurons l’opportunité de capturer et d’analyser les données du PHC grec. Elle est certainement bien plus appropriée que la compensation pratique recherchée par les associations médicales, récompensant le volume, et non la valeur, des soins et entraînant la demande suscitée de services de santé, en particulier dans les pays à inflation médicale, comme la Grèce.

Reconnaissance du rôle égal et de l’importance des secteurs public et privé dans la fourniture de SSP de qualité à tous les citoyens. Le système de SSP devrait être de nature publique, mais pas nécessairement de nature étatique. La priorité est désormais donnée aux préférences des citoyens et non à la couverture de la population par les structures publiques. Les citoyens peuvent choisir n’importe quel médecin du secteur public ou privé comme médecin personnel. Les médecins rivalisent sainement les uns avec les autres pour faire inscrire des citoyens sur leurs listes, ce qui conduit à des soins de meilleure qualité. Y contribue l’introduction d’une incitation financière pour les médecins personnels du NSS à inscrire plus de 1500 patients sur leur liste, avec une allocation per capita, en plus de leur salaire, pour chaque patient après 1500 et jusqu’à 2000 .

Système d’orientation du médecin généraliste vers les soins spécialisés, avec l’application de mesures incitatives-dissuasives pour favoriser l’inscription des citoyens auprès d’un médecin généraliste et le respect de la procédure du système d’orientation.

Le système de rapport est également demandé et recommandé par la Commission européenne. Mesurés comme tels dans les doigts d’une main sont les pays d’Europe qui ne l’appliquent pas. Le modèle proposé n’a pas la forme stricte du contrôle d’accès, comme c’est le cas dans des pays comme la Grande-Bretagne, où il n’est pas possible de voir un spécialiste sans recommandation du médecin généraliste. Je me demande quelles sont les associations médicales qui confondent cela et voient des obstacles insurmontables à l’accès aux services de santé spécialisés. Il s’apparente au contraire au modèle incitatif-dissuasif plus souple, tel qu’appliqué en France, où le patient peut consulter un spécialiste sans référence, mais dans ce cas il supporte une part plus importante des coûts. Le patient est formé à suivre la voie d’une prise en charge coordonnée et efficace et non à utiliser aveuglément le système de santé. L’utilisation de services spécialisés inappropriés et potentiellement dangereux est réduite tout en facilitant l’accès à ceux qui en ont vraiment besoin.

Ils restent flous, bien que cruciaux :

  • le montant de l’indemnisation du médecin personnel qui déterminera et si les médecins du PHC adopteront le projet. Les efforts de réforme du gouvernement précédent ont été condamnés par les compensations dérogatoires qu’il offrait aux médecins. L’incitation financière supplémentaire pour les médecins du NSS indique l’intention d’améliorer les propositions. Cette intention est confirmée par le Premier ministre avec une déclaration selon laquelle le problème du montant du remboursement du médecin sera résolu.
  • les motivations : obstacles à l’inscription à un médecin personnel et au respect des procédures d’aiguillage et s’il sera suffisant pour les patients d’utiliser systématiquement leur médecin personnel comme premier point de contact avec le système de santé.

Evangelos Frangoulis est GG de l’Académie hellénique de médecine générale/familiale et de PHC

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.