Uber, une histoire de scandale | Technologie

L’histoire de la plateforme de transport Uber, fondée en 2010, est pleine de scandales de harcèlement, piratage, espionnage d’entreprise et litiges juridiques.

Ce dernier, révélé par une enquête du Consortium international des journalistes d’investigation, a montré dimanche que la société de transport Uber avait utilisé des tactiques éthiquement douteuses et potentiellement illégales pour alimenter sa frénétique expansion mondiale il y a près d’une décennie.

  • Comprendre comment Uber a utilisé des tactiques douteuses pour développer son activité, selon une étude

Mais ce n’est pas la première fois que l’entreprise est impliquée dans une controverse. Vérifiez les cas passés :

Indépendant ou salarié ?

Depuis sa création, Uber a été dans le collimateur de ses pratiques de travail dans des dizaines de pays.

L’entreprise défend vigoureusement le recours au travail indépendant, mais des décisions de justice dans de nombreux pays l’ont obligée à reconnaître ses salariés comme salariés.

En 2021, le tribunal britannique a mis fin à cinq ans de peines et a ordonné à Uber de garantir un salaire minimum et des jours de vacances payés à ses chauffeurs.

Deux mois plus tard, un accord historique a permis aux 70 000 chauffeurs d’Uber de se syndiquer.

Peu de temps après, les juges français et néerlandais ont jugé que les chauffeurs étaient couverts par un contrat de travail.

En 2019, la Californie a également commencé à considérer les chauffeurs de l’entreprise comme des salariés. En 2020, cependant, Uber a lancé une contre-offensive en organisant un référendum sur le statut d’indépendant. Cependant, un juge a jugé que le référendum était inconstitutionnel, ce qui a incité Uber à faire appel.

  • Le ministère de la Justice interroge Uber et 99 sur les annulations de voyage
  • L’ancien chef de la sécurité d’Uber accusé d’avoir dissimulé une attaque de pirate informatique sera inculpé, selon un juge

En 2017, Uber, accusé de tolérer une culture sexiste et violente, a lancé une enquête interne. Son co-fondateur, Travis Kalanick, a été contraint de démissionner pour avoir encouragé des pratiques de gestion brutales.

En outre, l’entreprise a licencié 20 employés après 215 signalements de comportements inappropriés et d’intimidation dans le monde.

En Inde, l’un des directeurs de l’entreprise a été licencié après avoir tenté de discréditer le témoignage d’une femme violée par un chauffeur en 2014.

  • « Laissez votre femme faire une pause dans la cuisine », déclare Uber lors de la journée d’appréciation de la femme en Inde

En 2018, un ancien ingénieur d’Uber a porté plainte à San Francisco pour refus d’augmentation de salaire après avoir signalé à l’entreprise des cas de discrimination et de harcèlement sexuel envers des femmes.

Apparemment, elle a abandonné le procès après un règlement confidentiel dans lequel l’entreprise a versé 10 millions de dollars à plusieurs employés pour éviter des poursuites judiciaires.

En 2017, le ministère américain de la justice a enquêté des soupçons de corruption à l’étranger et l’utilisation de programmes illégaux pour espionner des concurrents ou échapper à la surveillance gouvernementale.

Uber a « mis en œuvre une stratégie sophistiquée pour détruire, dissimuler, dissimuler et falsifier des données et des documents dans le but d’entraver ou de perturber les enquêtes gouvernementales », a déclaré le bureau du procureur américain.

L’ancien chef du « renseignement » chez Uber a révélé qu’il avait reçu 4,5 millions de dollars pour ne pas critiquer l’entreprise.

Début 2018, Waymo, une filiale de développement de véhicules autonomes de Google, a accusé Uber d’avoir volé des secrets technologiques sur son système de conduite autonome.

Cette année-là, Uber a dû suspendre ses tests pendant plusieurs mois après la mort d’une femme qui a été heurtée par une voiture Uber autonome en Arizona.

Pour répondre à la demande, Uber a versé 245 millions de dollars à Waymo.

  • Qu’est-ce qu’Uber Cash et 99Pay ?
  • Changer le mode de paiement pour Uber et 99 Taxi

En novembre 2017, Uber a admis que les données de 57 millions d’utilisateurs, clients et chauffeurs avaient été piratées. La société était au courant de cela depuis novembre 2016, mais a déposé 100 000 $ pour que les pirates se taisent.

  • Uber a payé un Américain de 20 ans pour garder le secret sur la violation de données, selon des sources

En 2018, la France a condamné Uber à payer une amende de 400 000 € pour avoir dissimulé ce piratage. L’entreprise a également été condamnée à payer deux amendes de plus d’un million d’euros aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Qu’est-ce qu’un passager cinq étoiles devant les chauffeurs de l’application ?

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.