UBS : la rentabilité la plus élevée depuis 2006 augmente le dividende et les rachats d’actions

Vendredi 4 février 2022, 00:00

La plus grande banque de Suisse, UBS, a connu sa meilleure année de rentabilité depuis la crise financière mondiale de 2021, encourageant la direction à accélérer son programme de rachat d’actions et à fixer des objectifs de bénéfices plus ambitieux, car le passage à de nouveaux services numériques contribuera à économiser de l’argent.

Le titre a réagi mardi avec une hausse de 6,5% à la bourse de Zurich à son plus haut niveau en quatre ans. Depuis novembre 2020, lorsque le PDG néerlandais Ralph Hamers a pris les rênes, UBS s’est efforcé de tirer parti de la technologie pour augmenter ses revenus et offrir ses services à une clientèle plus large dans les années à venir, tout en réduisant les coûts.

Comme Hamers l’a indiqué le jour de l’annonce des résultats 2021, UBS est actuellement dans les meilleures conditions et propose davantage de services numériques à grande échelle.

La banque prévoit de racheter 5 milliards de dollars de ses propres actions cette année après avoir racheté 2,6 milliards de dollars l’an dernier et propose une augmentation du dividende à 0,50 dollar par action pour 2021 contre 0,37 dollar en 2020.

Soutenu par les transactions de ses clients fortunés et les transactions qu’il a conclues, le bénéfice net d’UBS en 2021 a augmenté de 14% pour atteindre 7,5 milliards de dollars, son meilleur bénéfice depuis 2006 et dépassant les attentes des analystes d’un bénéfice d’environ 7,0 milliards de dollars.

Au dernier trimestre 2021, les bénéfices ont chuté de 18% à 1,3 milliard de dollars en raison de l’augmentation des provisions de 650 millions d’euros pour couvrir d’éventuelles amendes dans une affaire où il est accusé d’aider ses clients fortunés à éviter l’impôt en France.

Les analystes de Jefferies affirment que le quatrième trimestre 2021 a été possible avec une bonne dynamique des ventes et des dépenses impressionnantes. UBS s’est fixé un nouvel objectif de réduction du rapport coût-bénéfice à 70% à 73%, auparavant de 75% à 78%. Elle tentera d’améliorer son rendement des capitaux propres de 12% -15% à 15% -18%. Il prévoit également d’élargir sa clientèle au-delà de ses principaux clients milliardaires et multimillionnaires, ainsi que d’attirer de nouveaux clients aux États-Unis grâce à une plateforme de conseil numérique.

La semaine dernière, il a accepté d’acquérir la start-up californienne de gestion d’actifs numériques Wealthfront pour 1,4 milliard de dollars en espèces, ciblant les investisseurs américains plus jeunes et plus férus de technologie. Mardi, il a annoncé qu’il restait ouvert à de nouvelles acquisitions et prévoyait d’étendre les services numériques qu’il propose à ses clients fortunés sur d’autres marchés clés.

L’objectif d’UBS, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, est d’augmenter son pool de gestion de patrimoine de 6 000 milliards de dollars, contre 4 600 milliards de dollars aujourd’hui. Les résultats sont très différents de son concurrent Credit Suisse, qui a souffert des récents scandales et a déjà mis en garde contre un quatrième trimestre déficitaire en raison des frais de justice.

Avec une capitalisation boursière de 68 milliards de dollars, UBS n’est pas contente que les investisseurs la cotent aux côtés d’autres banques européennes telles que Deutsche Bank. Les États-Unis et l’Asie ont contribué à plus de la moitié de leurs bénéfices avant impôts l’an dernier, le groupe basé à Zurich réalisant des bénéfices principalement à partir de commissions plutôt que de prêts traditionnels, ce qui l’a empêché de bénéficier de taux d’intérêt très bas en Europe.

Le PDG Hamers aimerait voir le groupe évalué à plus de 2,5 fois la valeur comptable de son concurrent américain Morgan Stanley, qui a une capitalisation boursière de 184 milliards de dollars. Le multiplicateur UBS correspondant est de 1,2 fois. Pour combler l’écart, la part d’UBS devrait plus que doubler en valeur.

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.