UE / La « boussole stratégique » et les ennemis

Le gouvernement grec demande qu’une partie des dépenses de défense soit exclue des règles budgétaires

Le texte final de la « Stratégie boussole » de l’Union européenne a été approuvé hier par les ministres des affaires étrangères et de la défense des « 27 », un texte scellé par l’invasion russe de l’Ukraine. L’Union européenne – plus unie que jamais dans le texte – est attachée à la défense de l’ordre européen : « La souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance à l’intérieur des frontières internationalement reconnues doivent être pleinement respectées. » Le partenaire clé de l’UE est l’OTAN – et il est nécessaire de renforcer l’aile orientale de l’Alliance car la Russie est à nouveau le principal adversaire.

Selon des sources diplomatiques, le gouvernement grec est satisfait du texte final, car il contient une référence claire à la nécessité du plein respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance à l’intérieur de frontières internationalement reconnues, ainsi que la promotion d’un multilatéralisme efficace et d’une coopération internationale ordre fondé sur les règles internationales, le droit et en particulier le droit international de la mer. Et parce qu’il fait une référence explicite à la Turquie, qui devrait suivre la voie de la coopération, de la désescalade cohérente et répondre aux préoccupations de l’UE, comme entériné dans la déclaration des « 27 » en mars 2021.

En outre, selon les mêmes sources, parallèlement au feu vert qu’elle a donné à la « boussole stratégique », la Grèce a soumis une déclaration nationale unilatérale, soulignant qu’en raison des défis et des menaces qu’elle subit depuis longtemps, ses dépenses annuelles de défense supérieur à 2% du PIB, un objectif qui va de pair avec la référence au texte de la « boussole » pour une augmentation des dépenses de défense. Il demande donc l’exclusion d’une partie des dépenses de défense des règles du pacte de stabilité – c’est-à-dire sans compter sur la dette publique – et vise un accord sur ce point au plus vite.

Défenseur des Balkans

S’adressant au Conseil des ministres des Affaires étrangères, Nikos Dendias a réitéré ce qu’il dit toujours : « le révisionnisme et l’agression militaire sont une menace claire et un danger réel, d’où qu’ils viennent, et doivent être catégoriquement découragés et condamnés ». Avant la rencontre, Dendias n’a cependant pas manqué de rappeler à la Grèce l’intérêt qu’elle porte à son environnement immédiat et aux Balkans occidentaux, presque oubliés. Hier, par exemple, il a donné un petit-déjeuner de travail avec la coopération de son homologue de la Macédoine du Nord et sur les perspectives d’adhésion du voisin. La table a réuni 17 ministres des Affaires étrangères de l’UE, dont ceux de la France, de l’Allemagne et de l’Italie, Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l’Union européenne et le commissaire à l’élargissement Oliver Varcelli. Dendias a insisté pour que les négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie commencent immédiatement. Et il a tiré la sonnette d’alarme pour une action visant à déstabiliser les pays tiers de la région, « une action qui a un sérieux potentiel d’intensification, à la lumière des développements en Europe de l’Est », a-t-il déclaré.

Vous avez mal envoyé des armes, disons 7 Grecs sur 10

A l’heure où le gouvernement est satisfait du texte de la « boussole stratégique » de l’UE. et estime qu’il est vital que le pays s’engage à se prêter mutuellement assistance en cas d’attaque d’un tiers, conformément à l’article 42, paragraphe 7, du traité (toujours en cas de crise impliquant la Turquie), les pouvoirs publics grecs L’opinion publique est extrêmement insatisfaite de la gestion de la crise ukrainienne. Selon le « Baromètre politique » de Public Issue, seulement 10 % des personnes interrogées se disent très satisfaites de la position du gouvernement sur l’Ukraine, et 68 % se disent insatisfaites. Le mécontentement a été principalement causé par la décision du gouvernement d’envoyer une aide militaire à l’Ukraine – 67% n’étaient pas d’accord avec cette option – à un moment où 91% des personnes interrogées considèrent l’envoi d’aide humanitaire comme le bon choix. Apparemment, l’argument de l’administration Mitsotakis selon lequel les partenaires se souviendront de l’envoi immédiat d’armes à l’Ukraine depuis la Grèce et se précipiteront pour l’aider si nécessaire n’a pas convaincu le public, 65 % soulignant que l’intérêt grec pour la question ukrainienne est de prendre une position neutre position. 26% pensent qu’ils devraient se ranger du côté de l’Ukraine et 3% de la Russie. Il convient de noter que 71% estiment que la Grèce a condamné à juste titre l’invasion russe de l’Ukraine, tandis que 56% estiment que la Grèce aurait dû participer aux sanctions de l’UE. contre la Russie. 39% pensent qu’ils ne devraient pas.

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.