Ukraine : l’annonce d’une guerre rapide

La situation tendue à la frontière ukrainienne a révélé de nombreux scénarios militaires d’invasion et d’occupation russes de zones qui appartiennent désormais à l’Ukraine.

Beaucoup ont commencé à montrer des cartes et des théories sur l’occupation de certaines régions ou même de toute l’Ukraine, les Occidentaux fortifiant l’Ukraine par des mots, fournissant des prêts et des garanties, tout en menaçant la Russie de sanctions en cas d’invasion.

La vérité est que l’Occident, et en particulier les États-Unis, veut déclencher une nouvelle « guerre froide » avec la nouvelle « Union soviétique » plus petite – la Russie, qui n’a ni les territoires ni le glamour du passé, mais pas dans un état comme c’était le cas immédiatement après la chute du bloc de l’Est.

La Russie n’a pas une économie forte par rapport aux États-Unis, à l’UE et à la Chine, mais elle dispose d’un énorme arsenal nucléaire et militaire qui ne reculera pas le long de ses frontières.

La question est de savoir ce que feront l’Occident et surtout les États-Unis, car ils devront essentiellement choisir si l’adversaire est la Chine ou la Russie. Car en déclassant la Russie, elle se tournera vers la Chine énergivore et renforcera encore leurs liens, avec une issue inconnue des bureaucrates de Washington, Londres et Bruxelles (Berlin-Paris).

Entreprises

Pas un seul analyste n’a déclaré publiquement qu’il n’avait pas parlé d’une invasion russe, dans une plus ou moins large mesure, et qu’il n’avait pas fourni d’informations, parfois en contradiction avec celles d’autres analystes.

Le fait est que les entreprises ont commencé. Dans le contexte de menaces hybrides, les forces russes sont à la frontière, sans être entrées sur le territoire ukrainien, avec la menace aux portes, tandis que l’ouest a sa propre dynamique, montrant le renforcement des forces ukrainiennes et les dates d’invasion données. Celui-ci utilise principalement la propagande et la gestion de l’information, alors qu’il est considéré comme certain qu’une attaque russe s’accompagne d’un « black-out » sur Internet, les communications et les infrastructures. Aujourd’hui, l’Ukraine est incapable de faire quoi que ce soit de semblable.

Tout cela fait de l’économie ukrainienne la première victime, alors qu’il n’est pas improbable que la tension qui se manifeste, notamment à travers les médias occidentaux, débouche sur un épisode maîtrisé ou une provocation.

Cependant, la Russie ne plaisante pas et ne reculera guère devant la position de l’Ukraine de ne pas rejoindre l’OTAN à un moment où peu d’armées de l’OTAN sont en guerre.

Hormis les États-Unis, qui ont eux aussi un fiasco volontaire pour quitter l’Afghanistan au prix de la popularité du président Biden, les autres pays qui ont la force de lancer des opérations militaires de grande envergure (chefs et armements) sont la Turquie, dont tout le monde sait qu’elle négocie et procède avec tout le monde à son avantage, la France (qui diffère légèrement en termes d’objectifs américains) et la Grande-Bretagne.

Ainsi, l’Occident ne sera pas directement impliqué et « jouera » avec des sanctions qui ne causeront pas immédiatement un problème majeur à la Russie alors qu’elle se tourne vers la Chine.

En outre, tout ce qui dépasse une guerre rapide que l’Occident a ignorée mais que la Russie nie (menace mais ne dit pas qu’elle ira en guerre) aura de graves répercussions à travers l’Europe, principalement financièrement et directement.

La perspective d’une guerre rapide approche donc avec quelques dates, ce qui est pratique pour les Russes, car le conte populaire du berger et du loup s’appliquera…

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.