Ukraine. Le « consensus total » des moins de 27 ans sur le statut de candidat assure la présidence française

« Nous avons eu aujourd’hui une discussion qui a montré qu’il y avait un large consensus, je dirais un consensus total, sur l’avancée de ce dossier et, en particulier, s’agissant de l’Ukraine, la possibilité de demander le statut de candidat « reconnaître » à l’adhésion, a déclaré le ministre des Européens français, Clément Beaune, qui a présidé pour la dernière fois aujourd’hui un Conseil Affaires générales, à Luxembourg, alors que la présidence biennale française s’achève la semaine prochaine et cède la place à la République tchèque.

Faisant état des pourparlers préparatoires d’aujourd’hui au Conseil européen qui se tiendra à Bruxelles jeudi et vendredi, Beaune a déclaré que « le débat revient désormais aux chefs d’État ou de gouvernement », qui devront s’exprimer lors du sommet sur les recommandations du Commission européenne sur les processus d’adhésion de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie, mais a exprimé la conviction que les ministres ont déjà pris des mesures importantes aujourd’hui pour que « l’unité européenne essentielle puisse se manifester à nouveau », à un « moment historique plus tard cette semaine ».

Le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, s’est également félicité du consensus enregistré aujourd’hui lors de la réunion des ministres responsables des affaires européennes, soulignant que, selon toutes les indications, ce sera « une semaine historique pour l’UE, avec des décisions importantes à prendre par le Conseil ».

Sefcovic a noté que les recommandations de l’administration communautaire – donner à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat et à la Géorgie une « perspective européenne » – étaient « basées sur des évaluations solides », Sefcovic a déclaré qu’il espérait que « le Conseil européen émettra des avis » lors du sommet plus tard cette semaine. .

Cependant, Clément Beaune a insisté sur le fait que l’octroi du statut de candidat « ne signifie pas une adhésion immédiate », mais plutôt le début d’un processus « exigeant et long », défendant la nécessité « d’examiner des mesures supplémentaires, non pas comme des alternatives à l’entrée, mais comme un complément ». .

Le ministre a ensuite noté que la récente proposition du président français Emmanuel Macron d' »une communauté politique européenne », qui suit « l’esprit » de permettre aux pays candidats de travailler plus étroitement avec le bloc communautaire, notamment dans certains domaines spécifiques, avant même de les rejoindre.

Rappelant qu’il y aura une réunion des dirigeants de l’UE et des pays des Balkans occidentaux juste avant le Conseil européen, Beaune a souligné que les 27 devraient délivrer un message fort d’engagement à ces pays – dont beaucoup sont sur la « ligne d’attente ‘ depuis des années – et assuré que la Présidence française travaillera intensivement dans les prochains jours pour, entre autres, débloquer le veto bulgare à l’ouverture des négociations avec la Macédoine du Nord.

En outre, le sommet des dirigeants européens qui se tiendra de jeudi à vendredi se concentrera sur les questions d’élargissement.

Toute l’attention est focalisée sur l’octroi du statut de pays candidat à l’Ukraine, fait qui semble pratiquement acquis depuis la semaine dernière, suite à la recommandation favorable de la Commission et à la visite à Kiev des dirigeants des trois plus grandes économies de l’Union – le chancelier allemand Olaf Scholz, le président français et le chef du gouvernement italien, Mário Draghi, qui ont exprimé conjointement leur soutien à l’octroi du statut avec effet « immédiat ».

Vendredi dernier, après l’annonce de la recommandation de l’administration communautaire, le Premier ministre, António Costa, a déclaré que le Portugal l’accompagnerait, mais a également averti que l’élargissement de l’UE nécessite une réflexion sur la « future architecture institutionnelle et budgétaire ». il espère que tout le monde est conscient de ce cheminement collectif.

« Cette perspective d’intégration future, non seulement de l’Ukraine et de la Moldavie, mais aussi des pays des Balkans occidentaux, nécessite une réflexion sur la future architecture institutionnelle et budgétaire de l’Union européenne, afin de créer les conditions propices à une une UE unie, capable d’atteindre ses objectifs et d’accueillir de nouveaux pays candidats », a-t-il défendu.

Moins d’une semaine après le début de l’invasion russe, le 24 février, l’Ukraine a officiellement présenté sa candidature à l’adhésion et, début avril, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a remis au président ukrainien Volodymyr Zelensky le questionnaire rempli par les autorités ukrainiennes. et envoyé à Bruxelles, attendant maintenant avec impatience le « jugement » des 27.

En mars, la Moldavie et la Géorgie, deux autres pays qui se sentent particulièrement menacés par la Russie, ont également déposé leur candidature, la Commission européenne recommandant que la Moldavie obtienne également le statut de candidat, tandis que la Géorgie estime qu’« aller plus loin ».

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.