Un nouveau pacte pour l’Amazonie – Opinion

Faute d’accord entre les principales puissances mondiales et les pays en développement, le sommet des Nations unies sur le climat, la COP 27, qui se tient à Charm el-Cheikh, a été reporté. Cette impasse reflète également l’ampleur du fossé environnemental entre pays riches et pays pauvres.

Au cœur de la controverse se trouve l' »accord de perte et d’indemnisation » pour fournir un financement aux pays en développement souffrant d’impacts climatiques désastreux. Il s’agit d’un nouvel agenda dans lequel des pays comme les États-Unis et la Chine joueront un rôle fondamental. Il appartenait à l’Union européenne de faire une proposition pour résoudre le problème du financement de l’accord en incluant les pays émergents fortement émetteurs de gaz à effet de serre dans la base des donateurs du fonds, dont la Chine.

La position du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Mao Ning selon laquelle les pays développés devraient remplir leur obligation de fournir un financement aux pays en développement et que tous les pays devraient traduire leurs objectifs climatiques en « actions concrètes » indique que l’accord est inclus.

Le texte en discussion réaffirme l’objectif de température de l’Accord de Paris, mais il faut s’assurer que les ressources de 100 milliards de dollars annoncées par les pays riches lors de la COP 26 à Paris décollent. Dans ce contexte, le discours du président élu, Luiz Inácio Lula da Silva, a été encourageant car il repositionne le Brésil dans la construction d’un nouvel ordre économique dans lequel la question environnementale sera centrale.

Si aujourd’hui nous sommes un pays émetteur de gaz à effet de serre, nous pourrons bientôt redevenir champions de la politique de maintien de conditions climatiques propices à la vie sur la planète. La clé est de limiter la déforestation à zéro. Pour cela, la souveraineté sur 60% de la plus grande forêt tropicale du monde est notre principale différence. Aujourd’hui, 44% de nos émissions de gaz à effet de serre sont le résultat de la déforestation. Nous avons l’expertise pour le combattre : entre 2004 et 2012, nous avons réduit la déforestation en Amazonie de 84 % et par conséquent les émissions de 67 %.

Il y a 38 millions de Brésiliens en Amazonie, soit environ 12% de la population, en situation généralement précaire, qui veulent et méritent une vie plus prospère. En collaboration avec d’autres pays de la région, dont la France, nous pouvons mettre en place un projet de développement durable pour l’Amazonie. Le président français, Emmanuel Macron, a exprimé son soutien à la proposition du président élu du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, d’accueillir la conférence des Nations unies sur le climat dans la région amazonienne, la COP.

« La France est une puissance indo-pacifique et une puissance amazonienne. La plus grande frontière extérieure de la France et de l’Europe est la frontière de notre Guyane avec le Brésil », a déclaré Macron. La relation avec l’Union européenne est essentielle pour que les pays de la région fassent partie de la solution des problèmes tout en étant les principaux bénéficiaires des politiques discutées à la COP 27.

En rencontrant des dirigeants de peuples autochtones du monde entier lors de la COP 27, Lula a annoncé son intention de travailler avec les autres pays de l’Amazonie pour élaborer une proposition commune qui préserve à la fois la souveraineté de ces pays sur leurs territoires et dans la mondialisation sur des bases durables. Lula a annoncé son intention de tenir le Sommet Amazonien en 2023, réunissant tous les pays possédant la plus grande forêt tropicale du monde : « Nous ne nous sommes jamais réunis pour formuler une proposition commune pour le monde. Et ce n’est pas seulement une question de stockage. Ce que nous voulons aussi savoir, c’est combien ils vont nous payer pour prendre soin de la planète Terre », a déclaré le président élu.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *