Un programme promeut l’éducation en français pour les étudiants brésiliens qui souhaitent étudier en France – Actualités



Environ 5 000 Brésiliens viennent en France pour poursuivre leurs études. Pour que la langue ne soit pas une barrière, l’Ambassade de France au Brésil, avec le soutien de l’Agence Universitaire de la Francophonie, a développé un programme qui allie l’acquisition de compétences en français à des objectifs académiques et interculturels : Franmobe (Français pour la mobilité étudiante) .

À partir de ce mois-ci, le programme sera développé à l’échelle nationale grâce à un réseau de 35 institutions partenaires, y compris des instituts fédéraux et des universités fédérales. Franmobe a pour objectif de former des étudiants brésiliens ne parlant pas cette langue en français et de les accompagner dans le montage de leurs projets de mobilité avec une université francophone ou francophone.




« La formation Franmobe s’adresse aux étudiants débutants pour leur permettre de se former efficacement à la mobilité francophone dans un délai limité. Il s’articule autour de quatre chantiers : planifier sa mobilité — se préparer à la vie étudiante — préparer son projet de mobilité — préparer et déposer son dossier de candidature. A l’issue de ce cursus, l’étudiant pourra étudier en français et progresser dans la culture francophone du pays d’accueil », a déclaré Gilles Masles, directeur pour l’Amérique latine de l’AUF (Agenzia Universitaria de la Francophonie).

Le programme aide à construire le parcours académique, visant à guider l’étudiant dans l’idéalisation, la construction et l’évaluation de son projet de mobilité académique avec une université francophone ou francophone.

Le cours vise à améliorer les chances de réussite de l’intégration de l’étudiant non seulement dans le milieu universitaire, mais aussi dans la vie quotidienne dans les pays francophones, rendant les études à l’étranger plus riches, plus productives et plus intéressantes.

Selon Masles, le projet Franmobe est mené dans les instituts fédéraux/Cefets et dans les universités fédérales partenaires, avec le soutien des services des relations internationales et des coordonnateurs des cours de langues.

« Il est enseigné dans des centres de langues et comprend de jeunes professeurs de français brésiliens en formation, ainsi que des assistants de français (dans le cadre d’un programme collaboratif franco-brésilien) », a-t-il déclaré. « La première expérience a permis de tester et de consolider le système didactique. Ce retour d’expérience a validé les objectifs d’apprentissage et testé leur efficacité : l’autonomie des étudiants et leur capacité de projection professionnelle ont ainsi été placées au cœur d’une démarche de projet de mobilité », a ajouté le directeur.

Le référentiel est gratuit et accessible à tous les enseignants français exerçant dans l’enseignement supérieur. Grâce à une démarche de co-construction collaborative, le guide pourra être complété par les enseignants utilisateurs Franmobe dans le futur.



Guide


Pour Cristiane Monteiro, 23 ans, étudiante en génie mécanique au 8ème semestre à l’UFMG (Université fédérale du Minas Gerais), le cours a permis de réaliser la première étape de la réalisation du rêve d’obtenir un master en Belgique.

« Franmobe était guide, car je veux faire un master dans un pays francophone. C’était donc comme un guide pour programmer, planifier et exécuter un projet. J’ai pensé que c’était une expérience très enrichissante », a-t-il déclaré. « Cela a déjà influencé ma carrière dans le sens où avant cela, je n’avais qu’une idée, un rêve. Tout était abstrait, je voulais juste faire une maîtrise, sans rien défini et maintenant j’ai un projet, j’ai pris cette idée avec Franmobe et je l’ai mise sur papier, maintenant c’est un peu plus concret. »

Bien qu’elle ait déjà l’expérience d’un échange de cinq semaines en France pour étudier la langue, l’étudiante a souligné l’importance de renforcer les aspects grammaticaux et conversationnels dans le cours.

« J’ai repris contact avec la langue, j’ai repris les études. Nous avons plus de contact avec la grammaire à retenir, en passant sur certains points de la langue française. Ce que j’ai trouvé très précieux pour moi, c’est la question de la conversation et de l’entraînement car je n’avait aucun contact avec la langue », a-t-il dit.




Louvel Lucas

"Praticien de la bière primé. Étudiant sympathique. Communicateur passionné. Fanatique de l'alcool."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.