Un scientifique citoyen brésilien de la NASA crée un projet de sélection de plantes thérapeutiques pour les astronautes et est sélectionné pour un congrès international | Nord et Nord-Ouest

L’étudiante Natalia Hernandes, 20 ans, habitante de Maringá, dans le nord du Paraná, est l’une des Brésiliennes sélectionnées pour participer au Congrès international d’astronautique, le plus grand au monde sur les voyages spatiaux. L’événement aura lieu en septembre à Paris, France.

La jeune femme fait partie d’une équipe qui a développé un projet de thérapie pour les astronautes en créant des jardins dans les stations spatiales.

« L’hortothérapie, c’est-à-dire la thérapie par les plantes, les plantes, elles aident dans les aspects physiques, psychologiques et cognitifs. Donc l’astronaute va traverser différentes situations, il va influencer ces champs. […] La question sociale, motrice, psychologique, donc les plantes vont apporter une mesure de traitement et de prévention à l’astronaute », explique l’étudiant.

  • Une chercheuse de l’UFPR sélectionnée pour un événement en Allemagne avec des lauréats du prix Nobel
  • Inspirée par sa fille, une chercheuse développe une crème glacée à base de tilapia pour soulager les douleurs liées à la chimiothérapie

Paranaense a été sélectionné pour une conférence spatiale en France — Photo : Reproduction

Missions spatiales expérimentales

Cette année, Natalia a rejoint l’équipe d’astronautes de la station analogique Habitat Marte, à Rio Grande do Norte. Elle a récemment reçu le titre de citoyen scientifique de la NASA, qui est destiné aux membres des missions spatiales expérimentales dans des environnements « contrôlés » sur Terre.

En participant à ce programme, Natalia et dix autres étudiants, coordonnés par le professeur de l’Université fédérale du Rio Grande do Norte (UFRN) Júlio Rezende, participeront au Congrès en France.

Júlio est le coordinateur de la station spatiale dans l’arrière-pays nord-est, qui veut étudier la faisabilité d’explorer la planète Mars. Il a expliqué comment la station fonctionne dans la pratique.

« La station spatiale analogique Habitat Marte est destinée à fonctionner comme un habitat autosuffisant. Cela inclut la technologie de traitement de l’eau et des eaux usées. Aussi la partie de la production alimentaire dans des systèmes fermés, dans le cas d’une serre. Et l’idée est de créer un environnement spatial, un habitat spatial, ici sur Terre, dans notre région semi-aride du nord-est », souligne le professeur.

  • La Station spatiale internationale photographie Curitiba la nuit
  • La recherche d’un étudiant du Paraná représente le pays grâce à une bourse Google

Aranaense a été sélectionné pour un congrès en France afin de développer un projet thérapeutique de culture de plantes pour les astronautes — Photo : Reproduction

Le professeur a déclaré que les recherches développées par les étudiants avaient des effets bénéfiques sur la santé des astronautes.

« De manière pratique, ils ont vu un plus grand degré de relaxation, ils sont devenus plus détendus et aussi un plus grand degré de satisfaction, avec la mission, avec l’expérience. Un élément fondamental de l’expérience spatiale est cette question d’équilibre mental », a-t-il ajouté. dit le professeur. .

Différence de projet et attentes

L’étudiant a noté que la principale différence du projet est que les plantes peuvent être utilisées pour la nourriture et la recherche, mais principalement dans le cadre de la routine des astronautes en tant que « passe-temps ».

« La différence de mon projet, c’est que puisque les plantes sont aussi bien pour l’alimentation que pour les études scientifiques, le mien est que c’est dans la routine de l’astronaute. Aussi bien pour l’astronaute qui est dans l’espace que pour l’astronaute qui est dans des stations analogues. Donc c’est façon à ce que cela devienne un passe-temps et une routine », a déclaré Natalia.

Aranaense a été sélectionné pour un congrès en France afin de développer un projet thérapeutique de culture de plantes pour les astronautes — Photo : Reproduction

L’attente de la jeune femme est maintenant qu’elle puisse réunir l’argent nécessaire pour payer le billet d’avion et réaliser son rêve d’aller en Europe pour représenter le Brésil.

« C’est très gratifiant de pouvoir travailler ensemble pour le bien-être des astronautes et aussi d’y prendre le nom de Brésil et de montrer qu’on a du potentiel, qu’on a montré à plusieurs reprises, pour pouvoir montrer à nouveau, aussi comme d’autres Brésiliens qui iront, notre potentiel. » élève.

Pour l’instant c’est un voyage ici sur Terre, mais son plus grand rêve est peut-être un jour d’aller dans l’espace, sur Mars pour être précis.

« Parce que l’homme, par exemple, nous retournons maintenant sur la lune, l’homme a ce besoin, il a ce désir gigantesque d’explorer, d’aller après et il innove toujours dans la technologie. Donc je crois que nous sommes à un jour où nous allons atteindre Mars, je crois que c’est bientôt, ce n’est pas un avenir très lointain, c’est un avenir proche », a déclaré Natalia.

VIDÉOS : les relations publiques g1 les plus regardées

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.