Une installation artistique belge exprime les tourments du harcèlement sexuel | Pop et art

Une équipe d’artistes en Belgique a pour objectif de montrer aux hommes ce que c’est que d’être des femmes et d’être victime de harcèlement de rue à travers un projet immersif qui plonge les visiteurs dans un tunnel sombre rempli d’hologrammes maléfiques. Cliquez ci-dessus pour regarder la vidéo.

L’installation appelée « Poesia Masculina » est en cours de préparation pour ouvrir au public plus tard cette année. Une exposition dans un hangar à Bruxelles a attiré l’attention des législateurs, des militants et des personnes travaillant avec des victimes de harcèlement et d’abus.

« C’était l’enfer, mais il n’y a pas eu de surprise non plus. C’est comme ça qu’on y est habitué », a déclaré Louise Van Brande, une assistante sociale qui a assisté à l’événement vendredi.

Les murs de l’installation sont parsemés d’images d’hommes commentant les visiteurs qui passent, activés par des capteurs sur les murs. Le spectacle se termine par une voix féminine criant : « Je suis ta mère, ta sœur, ta petite amie ».

« J’ai l’impression de vivre une semaine ou des mois de harcèlement de rue en tant que femme sous surveillance constante », a déclaré Jonathan Vard, un autre travailleur social.

Les artistes Frédéric Durieu, Gilles de Boncourt et Nathalie Erin sont à l’origine du projet. Erin et Durieu, qui sont mariés, disent que l’installation a été inspirée par les expériences de la fille du couple qui a grandi en France.

« Nous avons créé ce projet pour les hommes et nous avons réalisé qu’il avait également un impact énorme sur les femmes », a déclaré Durieu, ajoutant que l’installation a amené certaines des femmes qui l’ont visité à parler pour la première fois à leurs partenaires d’expériences passées. .

Louvel Lucas

"Praticien de la bière primé. Étudiant sympathique. Communicateur passionné. Fanatique de l'alcool."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.