Une ONG affirme que le modèle français de restitution des marchandises saisies ne s’applique pas aux fuites de Luanda – Angola

Le directeur exécutif de Transparence et Intégrité a déclaré aujourd’hui que le modèle français de restitution des avoirs confisqués aux dirigeants étrangers ne s’applique pas à l’affaire Luanda Leaks, et propose de renforcer la coopération judiciaire entre le Portugal et l’Angola.

La France prépare la restitution à la population, à travers la création d’un fonds d’appui au développement, des avoirs saisis par la justice française aux dirigeants étrangers, législation renforcée par l’affaire du fils du président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang.

« Je pense que le modèle français ne s’applique pas à Luanda Leaks car il y a un État souverain en Angola qui a déjà entamé ce processus de récupération » des avoirs saisis à la femme d’affaires et fille de l’ancienne présidente de l’Angola, Isabel dos Santos, a déclaré Karina Carvalho l’agence Lusa. « L’argent restitué aux Angolais peut passer par les institutions publiques, par l’Etat. Il est important de veiller à ce que des mécanismes de contrôle social soient créés qui permettent à la population et aux organisations de la société civile de comprendre où ces fonds sont investis », a-t-il ajouté.

Le projet de loi de programmation pour le développement de la solidarité et la lutte contre les inégalités mondiales, qui sera voté mardi à l’Assemblée nationale française, prévoit que le produit des biens confisqués « sera remis aux personnes définitivement condamnées pour blanchiment et de biens » sont canalisés vers des « actions de coopération financière et de développement ».

Le diplôme est entré au Parlement français en décembre 2020 et a été voté pour un premier vote le 19 février, lorsqu’un amendement a été adopté à l’unanimité qui consacre pour la première fois dans la loi le principe de restitution des « profits illégaux » à la population. des pays blessés.

Il est prévu que le produit des actifs alloués soit versé dans un « fonds public d’aide au développement » géré par la Coopération française.

La législation a été largement motivée par le cas du vice-président et fils du chef de l’État de Guinée équatoriale, ‘Teodorin’ Obiang, qui a été condamné en 2020 par la justice française à une peine de trois ans de prison avec sursis, une amende de 30 euros millions et confiscation d’avoirs estimés à 150 millions d’euros.

« Le régime de Teodoro Obiang est très particulier et il est impensable de rendre l’argent à la Guinée équatoriale alors que les mêmes personnes sont au pouvoir », a déclaré Karina Carvalho.

Le responsable de Transparence et Intégrité, la branche portugaise de Transparency International, a souligné « l’implication directe » et la contribution des organisations de la société civile dans le droit français.

« Nous défendons que le retour des actifs se fasse rapidement et avec le plus grand impact possible, mais le modèle de retour est qu’il peut différer d’une situation à l’autre », a-t-il déclaré.

Dans l’affaire Luanda Leaks, qui expose les détournements présumés de fonds publics par la femme d’affaires Isabel dos Santos, fille de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos, Karina Carvalho défend le renforcement de la coopération judiciaire entre les deux pays.

« Il doit y avoir un canal de dialogue direct qui vous permette d’enquêter rapidement sur l’endroit où se trouvent ces actifs et d’engager toutes les procédures judiciaires pour leur confiscation », a-t-il déclaré, ajoutant qu’Isabel dos Santos possède des actifs dans le système financier, l’immobilier et également dans le capital-risque. entreprises.

Karina Carvalho, quant à elle, a défendu l’importance de donner aux organisations de la société civile angolaise la possibilité d’initier des processus au Portugal, en se faisant passer pour une partie prenante.

« Le gouvernement angolais ne présente pas de données objectives sur les rendements des actifs et on ne sait pas où et pour qui ces actifs sont investis. Ces mécanismes de surveillance citoyenne doivent exister », a-t-il déclaré, défendant qu' »il est nécessaire de s’assurer que les victimes de la corruption sont indemnisés ».

D’autre part, rappelle Karina Carvalho, le Portugal a signé la Convention des Nations Unies contre la corruption et a des obligations internationales dans ce domaine.

« L’effort de récupération des avoirs doit être systématique et ne doit pas dépendre uniquement des demandes de coopération d’autres États. Si les autorités judiciaires savent que le Portugal est un paradis pour les kleptocrates, elles doivent intervenir quelles que soient les demandes de coopération internationale », a-t-il déclaré.

Le directeur de TI-Portugal a ajouté qu’il y a un manque de données consolidées sur le nombre d’actifs que le Portugal a déjà aidé à récupérer, car sans cas spécifiques, il n’est pas possible de comprendre si la loi portugaise est adéquate ou non.

« Dans le cas français, cette loi est née de la nécessité. Le gouvernement français a saisi les sommes, a saisi les actifs et comment les restitue-t-il maintenant ? Ils ont conclu qu’ils ne pouvaient pas simplement les donner au gouvernement de la Guinée équatoriale. , » il a dit.

En 2020, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a dévoilé plus de 715 000 dossiers, appelés Luanda Leaks, détaillant les stratagèmes financiers présumés qui ont permis à Isabel dos Santos et à son mari décédé, Sindika Dokolo, de retirer de l’argent du Trésor public angolais. paradis.

Suite à ces révélations, plusieurs poursuites civiles et pénales ont été lancées en Angola contre Isabel dos Santos, dans lesquelles l’Etat angolais réclame des sommes de plus de cinq milliards de dollars (4,6 milliards d’euros).

La femme d’affaires a toujours rejeté les allégations, arguant qu’il s’agit d’une campagne politique contre elle et sa famille.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.