Une semaine au Parlement européen. Élections historiques et PiS sur la censure

  • L’eurodéputé maltais Robert Metsola, représentant de la démocratie chrétienne, a remporté l’élection du président du Parlement européen. Il prend le poste après son prédécesseur décédé
  • Après l’élection de Metsola, il était temps de choisir ses députés. La session a confirmé la marginalisation absolue du droit et de la justice au Parlement européen
  • Au début de cette année, la France a pris la présidence du Conseil de l’UE. Le président Macron s’est présenté à Strasbourg pour présenter le plan de la présidence française, qui vise, entre autres, à boucler les négociations sur la régulation des grandes entreprises technologiques
  • Jusqu’à présent, la réalité sur Internet ressemble à un « Américain libre », mais l’UE veut changer cela
  • Vous pouvez trouver plus d’histoires de ce type sur la page d’accueil d’Onet

Nouveau président du PE

La session a commencé par la commémoration du précédent président, David Sassoli, décédé il y a dix jours. Mardi, l’eurodéputée maltaise Roberta Metsoli a été historiquement élue présidente du Parlement européen. Metsola n’est que la troisième femme à occuper ce poste. En même temps, elle est députée du plus petit pays européen, trompant le mensonge selon lequel seuls les plus forts et les plus grands (lire : l’Allemagne) ont une chance d’accéder à des postes importants.

Tous les Maltais n’apprécient pas le choix d’un compatriote. Sa position très conservatrice sur l’avortement reste controversée pour beaucoup. De manière perverse, c’est un autre exemple de la fausseté des affirmations selon lesquelles les opinions conservatrices sont censurées dans l’UE. Metsola a exprimé l’espoir qu’il ne serait pas nécessaire d’attendre encore 20 ans pour une autre femme à la présidence du PE. Probablement pas – aujourd’hui, les dames de la politique se débrouillent bien et dirigent, en tant que chefs du Parlement, de la Commission et de la banque centrale, et pourtant aussi du Seym polonais, entre autres.

Le « plafond de verre » s’est fissuré et ce sera le travail des générations futures de politiciens de le maintenir fissuré pour les femmes.

Le PiS contre la censure

Après l’élection de Metsola, il était temps de choisir ses députés. La session a confirmé la marginalisation absolue du droit et de la justice au Parlement européen. Alors que les politiciens du PiS ont réussi à défendre un poste au PE – questeur du Parlement – pour le professeur Karol Karski en 2019, Karski n’a pas réussi à renouveler son mandat cette année.

Quatre groupes centristes et de gauche ont établi un « cordon sanitaire » sur le PiS et ne veulent en aucun cas traiter avec des hommes politiques de ce parti. Le PiS le sait et a par exemple nommé un Letton du groupe des conservateurs et réformistes européens, Robert Zile, comme vice-président du Parlement. Zile est devenu l’un des quatorze vice-présidents, aux côtés d’Ewa Kopácz. Les mots d’un député social-démocrate (S&D) à propos du PiS résonnent encore à mes oreilles : « les commandos sont allés couper et c’est arrivé ». Le Parti populaire européen (y compris la Plateforme civique et le PSL) n’a pas participé au boycott du PiS.

La semaine prochaine, nous verrons comment les politiciens polonais parviendront à pourvoir les postes les plus influents de chefs de commissions parlementaires.

Macron se bat pour sa réélection

Le président français Macron est venu deux fois à Strasbourg. Lundi, il a commémoré feu Sassoli. Mercredi, il a présenté le programme du semestre français de présidence du Conseil de l’UE. Mais les députés de Strasbourg savent que quoi que le président français ne dise ou ne fasse pas, cela sert un objectif principal : sa réélection.

En avril, les Français iront aux urnes. Macron est le favori des sondages, mais son résultat dépendra largement de qui il rencontrera au second tour. Sera-ce Valérie Pécresse, soutenue par le PPE, ou la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen ? La campagne est également lancée par le vert (certains disent fou) Yannick Jadot, qui à Strasbourg a accusé Macron de traiter discrètement avec la Pologne et la Hongrie sur les questions climatiques favorisant le gaz et l’énergie nucléaire.

Les critiques de Macron ne viennent pas seulement des eurosceptiques mais aussi des partis pro-européens. Les représentants du S&D et du PPE ont déclaré que de beaux discours suffiraient et ont exigé des changements en France et en Europe. L’un des objectifs de la présidence française est de boucler les négociations sur la régulation des grandes entreprises technologiques.

Le véritable avenir de l’Europe

Après la session du Parlement, le même jour jeudi, la prochaine phase de la conférence sur l’avenir de l’Europe a commencé. Le débat de Strasbourg sur l’avenir de l’Europe présente de sérieux avantages et inconvénients. Mais au total, ils peuvent être réduits au fait qu’il est absolument inconnu avec quoi le processus actuel se terminera. Peut-être que les traités de l’UE vont changer, comme l’ont demandé les assemblées de citoyens, dont l’une a été organisée à Varsovie.

Mais peut-être que dans quelques mois, des centaines de débats et des dizaines de recommandations deviendront juste une histoire sans suite. Tout le monde dans l’UE ne veut pas changer les traités, même s’il y a un besoin objectif (pas de compétences sanitaires de l’UE au regard des attentes des citoyens). De nombreux gouvernements ont peur de parler de traités, notamment en raison de l’approche du gouvernement vis-à-vis du droit européen à Varsovie.

Alors qu’à Strasbourg d’une part il y a un tel débat sur l’avenir de l’Europe « faire semblant » (conférence), d’autre part la chambre crée l’avenir « pour de bon » (changement de loi). Jusqu’à présent, la réalité sur Internet ressemble à un « Américain libre ». N’importe qui peut publier n’importe quoi, vous savez – la liberté d’expression. Pendant ce temps, au fil des années de liberté aussi désordonnée, la réalité a commencé à favoriser les forts et les influents pour gagner de l’argent, et les manipulateurs suspects pour contrôler les processus politiques.

La « liberté » est devenue sa propre caricature avec un haut niveau de désinformation et de manipulation. Nous vivons dans nos propres bulles d’information, croyant et réaffirmant chaque jour que seuls « nous » avons raison, et qu’il y a certainement plus de « nous ».

De nouvelles règles sur les réseaux sociaux

L’Union veut changer cela et réduire la liberté à son importance fondamentale. Internet devrait être régi par le principe selon lequel ce qui est illégal dans le monde réel devrait l’être dans le monde virtuel. Qu’est-ce qui va changer ? La nouvelle loi imposera de nouvelles obligations majeures, notamment : pour les réseaux sociaux : ils seront chargés de supprimer rapidement les contenus illégaux et de bloquer les diffusions illégales.

La transparence des algorithmes doit également être accrue et le Parlement demande que l’utilisation d’algorithmes pour les mineurs et les groupes vulnérables soit complètement exclue. Bien sûr, de nombreuses questions se posent, à quoi cela ressemblera-t-il dans la pratique : qui signale et détermine ce qui est supprimé ? Comment éviter les décisions arbitraires tout en respectant la liberté d’expression ? Le Parlement a adopté jeudi sa propre position de négociation entre les eurodéputés et les gouvernements des États membres pour affiner les nouvelles règles du jeu.

Les relations entre les entreprises, y compris les médias, les collectivités et l’individu, détermineront les règles de fonctionnement du monde dans les décennies à venir. Notre Parlement, et plus largement – notre Union – luttent pour la préservation de la vie privée et de la dignité humaine à une époque où les moyens de traquer nos actions et nos positions sont infinis. L’avenir de l’Europe et du monde se décidera dans ce domaine.

Nous sommes heureux que vous soyez avec nous. Abonnez-vous à la newsletter Onet pour recevoir le contenu le plus précieux de notre part.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.