Une victoire pour la gauche serait « un coup de poignard dans le dos de l’Europe »

S’adressant à l’agence Lusa en marge d’une action de campagne à Toulouse, dans le sud de la France, François Bayrou a reconnu qu’il y a « un risque » que les Juntos ! (Ensemble!, en français) n’a pas réussi à obtenir la majorité absolue au second tour des élections législatives, qui doivent se tenir dans le pays ce dimanche.

« Pour la France, ce serait l’impossibilité de prendre des décisions et pour l’Europe, il y aurait une scission incroyable au sein de l’Union européenne, notamment en ce qui concerne l’Ukraine et la Russie », a déclaré le chef du parti centriste MoDem, l’une des trois principales forces politiques. qui composent la coalition présidentielle.

La coalition Ensemble ! se compose de sept partis, les trois principaux étant « Renaissance » d’Emmanuel Macron (anciennement « La République en marche »), « Horizons » de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe et MoDem de François Bayrou.

Pour Bayrou, une victoire de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) – une coalition de gauche composée de forces telles que la France insoumise, le Parti socialiste, Europa Ecologia les Verts ou le Parti communiste – constituerait une « menace pour l’Europe », compte tenu du fait que son dirigeant, Jean-Luc Mélenchon, « dit qu’il ne respectera pas les lois européennes ».

« Avez-vous vu ce que cela signifierait pour l’Europe si l’un de ses pays les plus importants – un pays leader en Europe – commençait à dire » nous ne respecterons pas les décisions « ? Ce serait un coup de poignard dans le dos pour l’Europe », a-t-il ajouté. dit-il. †

Le vice-président de la coalition présidentielle a souligné que si la coalition présidentielle ne parvient pas à obtenir la majorité absolue, il serait plus approprié d’essayer « de trouver un moyen de former des coalitions », tout en déclarant « qu’il n’y a aucune certitude que ces coalitions puissent venir sur ».

Par conséquent, « la seule façon d’obtenir une majorité solide, c’est que les Français votent et disent : ‘Eh bien, nous avons prévenu au premier tour, mais maintenant, il faut être sérieux' », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé si, si une coalition était nécessaire, cette coalition pencherait plus à droite ou plus à gauche, Bayrou a répondu : Je ne connais pas le résultat. élections – nous devons être modérés dans nos propos ».

Le leader du MoDem a également reconnu que si la coalition présidentielle ne parvenait pas à obtenir la majorité absolue au second tour de ces élections législatives, « il est clair que ce serait un échec ». Malgré cela, Bayrou a déclaré que l’absence de majorité absolue « ne changerait pas les règles du jeu : il faut se battre ».

En tant que l’un des trois partis de la coalition présidentielle Juntos! avec la capacité d’élire des députés, le MoDem pourrait gagner plus de poids à l’Assemblée nationale, dans un scénario de majorité relative ou de majorité absolue « courte », où ses votes seraient indispensables.

Bayrou a reconnu que, « comme le disent tous les observateurs », son parti pourrait gagner plus d’influence auprès du président de la république, mais affirme qu' »il ne commettra jamais aucune forme de chantage ».

Interrogé sur la façon dont il envisageait d’utiliser ce genre d’influence, Bayrou a répondu : « Pour faire la majorité la plus équilibrée, la plus solide et la plus imaginative possible, car le monde vers lequel nous allons est un monde qui nous demande de nouvelles solutions pour imaginer ».

Lorsqu’on lui a demandé si cette influence s’exercera également par la revendication de postes gouvernementaux – jusqu’à présent, le MoDem ne compte que deux membres au gouvernement, sur un total de 29 -, Bayrou a répondu : « Rien n’est requis, ce qui se passe, c’est cette proposition pour vous ». .

Selon un sondage de l’Institut Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, publié mardi, le parti présidentiel devrait obtenir entre 189 et 219 députés au second tour de la législature, le MoDem entre 45 et 50 et les Horizons entre 21. et 26 députés. †

En particulier, l’une des revendications de longue date du MoDem est l’introduction d’un système électoral proportionnel aux élections législatives — par opposition à l’actuel système électoral non nominatif à deux tours — un sujet dont Macron s’est déjà dit « ouvert » à l’émulation.

Le second tour des élections législatives françaises aura lieu le 19 juin.

Lire aussi : Élections : la popularité d’Édouard Philippe aide la campagne de Macron

Soyez toujours le premier informé.
Choix du consommateur pour la sixième année consécutive et prix cinq étoiles pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.