Wallace revient mentalement soulagé dans l’équipe nationale, mais cherche le point final de sa carrière: « La dernière fois »

L’opposé Wallace a annoncé le 14 août dernier qu’il prendrait sa retraite Équipe du Brésil de volleyball masculin. Lorsqu’il a fait cette déclaration, il ne pensait pas qu’il se rendrait en Europe un an plus tard, avec pour mission de défendre le Brésil lors d’une énième édition de la Coupe du monde. A 35 ans, le médaillé olympique est de retour, mais il dit que ce n’est qu’une aide ponctuelle à un moment où l’équipe se réorganise, sans intention d’entrer dans le Jeux olympiques de Paris ou être appelé pour d’autres matches.

« Maintenant, je pense que c’est la dernière fois », a déclaré le joueur dans une interview avec Stade. La résolution de cesser de servir le pays devant les tribunaux est intervenue avant la défaite de l’Argentine lors de la médaille de bronze des Jeux de Tokyo, dans un différend qui a marqué la première édition des JO sans médaille pour l’équipe masculine depuis la sixième place en 2000, en Australie. Wallace il a commencé la querelle olympique, certain que ce serait son dernier cycle, car il était fatigué de la routine, épuisé mentalement.

« Il y a environ trois ans, je mûrissais déjà à l’idée que ce serait juste un autre cycle de Tokyo. J’ai besoin de me reposer, de me soulager physiquement et mentalement et de passer plus de temps avec ma famille », a-t-il déclaré. « Chaque année, tu viens en équipe nationale, c’est très exigeant, mec. Vous ne vous arrêtez pas ! Quitter le club pour l’équipe nationale, de l’équipe nationale au club. Je n’ai aucun doute qu’il pourrait servir la liste. C’est vraiment une option, pas parce que je pense que je suis trop bas. Il s’agit plutôt de la capacité d’avoir une longue carrière. Je dois partir en vacances pour ça. Pour avoir des vacances, je dois quitter l’équipe nationale », a-t-il ajouté.

Physiquement et mentalement soulagé après de nombreuses critiques depuis la frustration au Japon, l’inverse maintient la position de rester à l’écart de la formation pour avoir plus de temps libre et prolonger sa carrière, mais le moment de reformulation vécu par l’équipe nationale lui a fait sentir qu’il faisait le technicien. disponible Renan Dal Zotto. Eliminé par les Etats-Unis en quart de finale de la Ligue des nations début juillet, le Brésil s’est retrouvé sans deux de ses principaux adversaires pour la Coupe du monde qui se jouera en Slovénie et en Pologne à partir du 26 août.

Alan, 28 ans, a subi une intervention chirurgicale après s’être rompu le tendon d’Achille lors de la Ligue des Nations, et Franco, 32 ans, a démissionné pour soigner une blessure mineure. Compte tenu du scénario, Wallace s’attendait déjà à ce que son nom soit considéré pour rejoindre le casting aux côtés d’opposés polaires plus jeunes, comme c’est le cas du frère d’Alan et de Darlan, 20 ans, et de Felipe Roque, 25 ans. était recherché par Dal Zotto.

« J’ai attendu qu’il m’appelle parce qu’il n’avait plus beaucoup d’opposés. J’ai pensé: ‘vieux, il n’y a que des garçons plus jeunes’. Quand Alan s’est blessé, Renan m’a envoyé un texto comment j’allais. Il a dit : ‘Alors, tu penses que tu peux aider ? J’ai dit : ‘Je vais faire de l’exercice, entraîner la partie physique’. La seule position que j’ai donnée était que je devais être bon physiquement et techniquement pour revenir. Il a dit, ‘beauté, ça me suffit. Le simple fait d’essayer aidera beaucoup, nous verrons à l’avance ce qui se passera’ », a déclaré le vétéran.

PASSE LE BÂTON

Wallace estime que même un titre inédit à la Coupe du monde, dans lequel il compte deux vice-champions (2014 et 2018), ne devrait pas le faire changer d’avis quant à son maintien en équipe nationale. « C’est très ponctuel. J’espère qu’il n’y aura pas d’incidents. Et si cela arrive, à Dieu ne plaise, je suis sûr que nous aurons d’autres opposés polaires qui feront l’affaire. Que je fasse bien ou pas, que je gagne ou pas, je pense que mon temps avec l’équipe nationale a été trop bon. »

Joueur de Sada Cruzeiro depuis mai dernier, après être passé par la Turquie, l’inverse a apporté beaucoup de joie au club de Belo Horizonte lors de la saison 2021/2022. Début mai de cette année, il a été champion du Minas Gerais, de la Supercoupe, du Mondial des clubs, du Championnat sud-américain et enfin de la Superliga. De cette façon, il pouvait profiter de la paix et de la famille tant désirées.

Il s’est réintroduit à Cruzeiro le 11 juillet et deux semaines plus tard, le 26, il faisait partie des convoqués pour la Coupe du monde. Ainsi, dans les premiers jours d’août, il a retrouvé sa routine avec la sélection sur le CT de Saquarema, se sentant bien physiquement, même s’il voit le jeune en meilleure condition. « Darlan saute trop, il a une puissance absurde, et Roque mesure six pieds et il bat le ballon. Je ne suis plus à ce niveau, je ne peux plus. Vous ne pouvez pas, il n’y a aucun moyen de comparer, surtout le problème physique avec les garçons. »

EXPÉRIENCE ET FRUSTRATIONS

Le joueur de 35 ans a également souligné qu’il avait encore des aspects techniques et tactiques à travailler jusqu’à ses débuts en Coupe du monde, mais il pense que son expérience sera sa contribution la plus importante, en particulier dans la relation avec les jeunes athlètes. Selon lui, la performance oscillante en Ligue des Nations et l’élimination en quarts devraient servir d’apprentissage. De plus, il considère l’incohérence comme une partie naturelle de la reformulation.

« J’ai vu quelques matchs. Le Brésil n’a pas mal joué. Il s’est bien sorti de certains problèmes, a perdu des matchs auxquels on ne s’attendait pas. Malheureusement, cela fait partie du processus. Personne ne veut être éliminé en quart de finale. Cela fera l’affaire et a fait mûrir les garçons. « Tournons la page, maintenant c’est une autre histoire, l’équipe a un bon état d’esprit. Ils vont comprendre, apprendre à gérer les défaites, les frustrations, les victoires », a-t-il déclaré.

Wallace a traité cela un peu tout au long de sa carrière, comme lors du vice-championnat olympique de 2012, qui a eu 10 ans le 12 décembre. Les Brésiliens ont perdu la finale contre la Russie et ont reçu l’argent avec consternation, mais aujourd’hui, ils voient le résultat différent. « Je me souviens encore aujourd’hui que j’étais triste et que mes amis étaient très tristes. J’avais des sentiments mitigés : « putain, j’ai une médaille d’argent olympique », mais triste. assimilé et avalé la défaite », se souvient-il.

L’or est venu lors de la prochaine édition des Jeux, à Rio, en 2016, lorsque Wallace a été le meilleur buteur et a choisi le meilleur adversaire du championnat. Après l’amère mais précieuse médaille d’argent et d’or qu’il a remportée à domicile, il a bien accepté la déception de 2021, au Japon, et est serein quant à la décision prise il y a un an. Dans le même temps, il espère aider le Brésil, probablement pour la dernière fois, à retrouver un podium lors de la dispute de la Coupe du monde. « Si je mettais le favori, je mettrais la France et la Pologne. Le reste est assez égal, mais le monde est mondial, le jeu se joue et celui qui y va doucement peut le faire. Vous ne pouvez pas donner moins de 100%. Sinon , mon ami, tu perds contre n’importe qui.

À L’ÉCHELLE MONDIALE

L’équipe brésilienne fera ses débuts le 26 août contre Cuba, à Ljubljana, en Slovénie. En tant que membre du groupe B, ils affronteront également le Japon et le Qatar lors de la première phase. Après deux semaines d’entraînement à Saquarema, la délégation a fait une dernière activité à Guarulhos la semaine dernière et s’est rendue à Montpellier, en France, où elle effectue les derniers ajustements de préparation.

En plus du trio d’opposés polaires formé par Wallace, Darlan et Felipe Roque, l’entraîneur Renan Dal Zotto a emmené les haltérophiles Bruninho et Fernando Cachopa, le centre Leo, Flávio et Leandro Aracaju, les pointeurs Lucarelli, Leal, Adriano et Rodriginho en Europe et les libéros Thales et Maïk. Leo, qui a participé à l’entraînement à Saquarema et a été coupé pour fermer la liste des 14 noms déterminée par le règlement, a rejoint ses coéquipiers après que Lucão s’est fait une entorse à la cheville droite lors de l’entraînement à Montpellier mercredi dernier.

Julienne Rose

"Défenseur indépendant d'Internet. Passionné de café extrême. Passionné de culture pop. Gourou de la cuisine générale."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.