« Alarme » anti-guerre du KKE

Perissos entreprend plusieurs actions anti-guerre, appelle le peuple grec à être vigilant à tous égards, met en garde contre les dangers de développements dangereux dans notre voisinage et se concentre sur la confrontation entre les États-Unis, l’OTAN, l’UE et la Russie en Ukraine. Avec le triptyque « pas d’implication de la Grèce dans la guerre, pas de facilitation des impérialistes, fermeture des bases US-OTAN », le KKE organise des manifestations et des campagnes contre les organisations impérialistes, sous la devise « seul le peuple peut sauver le peuple », marchant « sur la voie du renversement ». En effet, deux textes anniversaire, idéologiquement progressistes, signés par les principaux organes collectifs du parti du KKE, esquissent le message de Perissos pour la nécessité de développer un mouvement visant « au renversement de la barbarie capitaliste , qui condamne l’exploitation des travailleurs. l’injustice et les guerres impérialistes. » Il est significatif que, ces derniers jours, tant l’annonce de l’Assemblée générale du Comité central du KKE à l’occasion du 70e anniversaire de l’adhésion de la Grèce à l’OTAN que la Déclaration du Comité central du KKE à l’occasion du 80e anniversaire de la création de l’Armée de libération du peuple hellénique (ELAS) tire des conclusions par rapport au présent différend, en fait il est clairement indiqué que la rivalité en cours entre les États-Unis, l’UE, la Chine, la Russie et leurs alliances, présente des risques de conflits de guerre nouveaux et généralisés, tandis que « dans le même contexte, l’implication chronique de notre pays dans les alliances et plans impériaux, la présence de bases militaires étrangères d’un bout à l’autre de la Grèce, protègent non seulement les frontières de la terre et du peuple, comme le prétendent les civils partis au pouvoir – ND, SYRIZA, KINAL (PASOK) – mais ajouter de nouveaux risques d’implication dans la guerre ».

Cependant, tard lundi soir (21 février 2022), le KKE s’est empressé de publier une déclaration sur la décision de la Fédération de Russie de procéder à la reconnaissance des soi-disant « Républiques populaires » de Donetsk et Lougansk, qui en 2014, en la région du Donbass. Selon le KKE, cette décision est « une autre étape qui complique encore la situation dans cette région et conduit à l’escalade de la rivalité impérialiste, dans le contexte de la confrontation entre les États-Unis, l’OTAN, l’UE et la Russie ». Elle est sans aucun doute liée à l’intervention des États-Unis, de l’OTAN et de l’UE en Ukraine, ainsi qu’avec l’attaque armée que le gouvernement ukrainien a lancée ces derniers jours contre la population du Donbass, qui avait auparavant été équipée par les États-Unis et l’OTAN. une conséquence de la situation tragique qui s’est développée pour les peuples après le renversement du socialisme et la dissolution de l’Union soviétique. » Le KKE ajoute : « Dans son discours, Poutine a tenté de justifier sa position actuelle par une considération d’anticommunisme, une attaque contre les bolcheviks, Lénine et l’Union soviétique, mais rien ne peut battre l’offre du socialisme à l’Union soviétique, qui était une union multinationale d’États égaux ni cacher la souffrance de la reprise capitaliste dans laquelle Poutine a joué son rôle. En pratique, cette attaque sert de couverture aux plans stratégiques dangereux des dirigeants russes dans la région.

La « reconnaissance » russe des soi-disant « Républiques démocratiques » de Donetsk et Lougansk ne résout pas les problèmes existants, mais reproduit l’impasse du mode de production capitaliste, conduisant aux guerres impérialistes et à l’exploitation de classe. De plus, cela compliquera davantage la lutte commune des peuples contre la haine nationaliste cultivée par la bourgeoisie et les États impérialistes pour la promotion de leurs intérêts dans la région. »

Et Perissos de conclure : « Le KKE est contre la guerre impérialiste et demande la fin de l’implication grecque dans les plans US-OTAN-UE en Ukraine ! Pour fermer les bases US-OTAN ! Aucun corps militaire grec ne devrait être envoyé en Ukraine ou dans d’autres missions impérialistes ! Il appelle le peuple à intensifier la lutte pour la libération des syndicats impérialistes, avec le peuple comme femme au foyer à sa place.

Dans le même temps, le KKE exprime sa solidarité avec les communistes et les peuples de Russie et d’Ukraine. Elle les appelle à intensifier la lutte contre le nationalisme et le chauvinisme et à lutter pour empêcher que des millions de travailleurs ne soient piégés dans un conflit ethnique qui masque les véritables causes du conflit. Renforcer leur lutte pour la seule alternative qui existe pour les travailleurs et sur une autre voie de développement, dans le socialisme ».

Perissos avait déjà suggéré dès l’annonce du Politburo du Comité central pour le 70e anniversaire de l’adhésion de la Grèce à l’OTAN que pour notre pays, aujourd’hui, dans le contexte de l’intensification des contradictions intra-impérialistes, la libération de l’OTAN et de toute union impérialiste est une priorité absolue pour le mouvement ouvrier et populaire, et comme l’histoire l’a montré, cela peut être irréversible et dans l’intérêt du peuple avec la forte garantie du pouvoir ouvrier. Il mentionne haut et fort la demande de fermer les bases US-OTAN et de ne laisser aucun soldat ou officier grec sortir des frontières. Dans une analyse exhaustive, le KKE soutient que l’OTAN est toujours le bras politico-militaire de l’impérialisme euro-atlantique, alors qu’il n’est plus confronté à l’URSS et aux autres pays de construction socialiste, mais à d’autres forces puissantes du monde capitaliste moderne. , comme les États-Unis, qui menacent la suprématie américaine dans le système impérialiste mondial, ou la Russie, qui dispose d’un arsenal nucléaire puissant comparable à celui des États-Unis, ainsi que d’un savoir-faire et des moyens de moderniser sa puissance politico-militaire . Comme il l’explique, la stratégie de l’OTAN se caractérise par « une expansion planifiée dans le monde entier, une expansion avec de nouveaux membres et des partenariats avec des dizaines d’États, la création d’unités militaires prêtes à la guerre. Un plan visant la Russie, l’Iran et la Chine est promu ». est le but, souligne-t-il, de mettre en place des unités d’infanterie, aériennes et navales qui, entièrement équipées, pourront intervenir en 30 jours, sur n’importe quel front choisi par l’état-major de l’OTAN (quatre hommes sur 30).
Dans le même temps, selon le KKE, il y a de plus en plus de contradictions entre les États-Unis – l’Allemagne ou les États-Unis – la France et la France – l’Allemagne, mais aussi d’autres contradictions importantes, comme la Turquie – la France ou la Turquie – la Grèce. En abordant le KKE, il est important de préciser que « la position de divers cercles opportunistes selon laquelle l’OTAN est un « instrument américain pour la suppression de l’Europe » et que la Grèce et d’autres pays ont complètement tort en raison de la « subordination » de l’OTAN (…) Le l’analyse qui limite l’impérialisme, par exemple uniquement dans la politique étrangère agressive des États-Unis ou de l’OTAN et exclut les autres États et alliances capitalistes, ferme les yeux sur le critère léniniste infaillible, la domination des monopoles, la base économique de l’impérialisme. « accro » aux rapports inégaux formés par le développement inégal du système, justifie et sanctifie la bourgeoisie dans certains États, le rôle des États bourgeois exprimant ses intérêts.Les monopoles ne renoncent pas à leurs droits, ils se déplacent indépendamment ou s’entremêlent, ils s’unir et revendiquer par tous les moyens gagnent des parts, un nouvel espace dans leur action, améliorent leur position et cela se reflète dans le rôle des États bourgeois alliés à l’un ou à l’autre qui revendiquent le contrôle des marchés et des richesses en Europe, en Asie, en Afrique, en Amérique latine et en Océanie. Les partis ou groupes opportunistes révisant les principes léninistes se retrouvent sur des voies politiques très dangereuses, deviennent des files d’attente de la bourgeoisie, attendant utopiquement le dépassement des relations inégales et des dépendances au sein du système capitaliste qui les crée. « Ils recourent à des partenariats politiques avec des partis bourgeois, participent ou soutiennent des gouvernements bourgeois qui suivent la ligne pour améliorer le rôle de la bourgeoisie et de son État. »

Le KNE a annoncé, entre autres, le lancement d’une campagne de six mois pour marquer le 70e anniversaire de l’adhésion de la Grèce à l’OTAN et le 30e anniversaire du traité de Maastricht, acte fondateur de l’Union européenne. sera un camp anti-impérialiste du KNE le 31 juillet.

Dans le même temps, le communiqué du 80e anniversaire de l’ELAS affirme que « l’action pionnière des communistes et l’action de l’EAM – ELAS prouvent que même l’équilibre des forces le plus défavorable peut être renversé par l’action de masse organisée des travailleurs ». mouvement populaire ». L’opinion selon laquelle la participation du Parti communiste au gouvernement coopératif est un tremplin vers le mouvement vers des objectifs plus avancés a été renversée par le gouvernement d ‘«unité nationale» de 1944, dans sa tentative de désarmer l’ELAS des batailles féroces de décembre 1944 et de l’orgie du terrorisme urbain et de la répression qui s’ensuivit : « Il ne peut y avoir d’illusion que la participation d’un parti communiste à un gouvernement bourgeois puisse le conduire à un régime pro-populaire.

Ce dimanche (27.2.2022), le KKE organise un événement à Lamia pour le 80e anniversaire de la fondation d’ELAS, avec un discours du secrétaire général du KKE Dimitris Koutsoumbas et un concert avec le groupe « Romiosini » et la participation de Rita Antonopoulou et Pantelis Thalassinos, édité par Teo Lazaros.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.