Assez démissionnera du ministre de la Santé aujourd’hui

« Ô Assez va écrire au Premier ministre aujourd’hui pour lui demander de démissionner du ministre de la Santé faute de conditions politiques claires pour rester en fonction », a déclaré le président du parti dans une vidéo envoyée aux médias.

André Ventura a rappelé que son parti appelait à un débat d’urgence au parlement sur la situation d’urgence en obstétrique-gynécologie, mais a critiqué le fait que « le ministre de la santé, qui a été appelé au parlement, n’a donné aucune justification au chaos du Service national de santé « .

Le chef du parti d’extrême droite a défendu qu' »on ne demande pas la démission des ministres sans pouvoir clarifier les raisons pour lesquelles ils ont échoué ou pourquoi les services qu’ils supervisent sont désorganisés et dans un chaos absolu », insistant sur le fait que Marta Temido  » continué sans présenter de solution et sans présenter un plan d’urgence qui ne résoudra absolument rien ».

Et il a déclaré que si le ministre de la Santé était en vacances lorsque la situation dans les hôpitaux a commencé à se compliquer, comme le rapporte l’hebdomadaire Nascer do Sol, c’est « absolument inacceptable et insupportable ».

Pour cette raison, Chega comprend « qu’il ne faut plus attendre, et que le premier ministre doit, au plus vite » remplacer le ministre par « un nouveau visage, capable d’affronter la lutte, d’assumer les difficultés, de relever les défis ». « Allez, ne courez pas, ne vous retournez pas et supposez qu’il y a beaucoup de travail à faire en matière de santé. »

« Et ce travail n’est pas dans la lignée de ce qu’a fait la ministre Marta Temido », s’est défendu André Ventura.

Le Premier ministre a déclaré vendredi avoir confiance dans le ministre de la Santé et dans les mesures annoncées.

« Certes, comme vous le savez, c’est un classique de l’opposition de demander la démission des membres du gouvernement », a déclaré António Costa dans des déclarations aux journalistes.

Ces derniers jours, certains services d’urgence d’obstétrique-gynécologie et d’obstétrique dans diverses régions du pays ont dû fermer pendant certaines périodes ou fonctionner avec des restrictions car les hôpitaux avaient du mal à remplir les listes de garde des médecins spécialistes.

Le ministre de la Santé a annoncé jusqu’en septembre un « plan d’urgence » pour faire face au problème dans le secteur, avec la création d’un comité de suivi de la réponse aux urgences gynécologiques et obstétricales et les blocages d’accouchements hospitaliers, l’ouverture d’environ 1.600 postes vacants pour les médecins nouvellement spécialisés et des augmentations de salaire pour les cliniciens des salles d’urgence.

Lire aussi : France. Arrives félicite le parti de Le Pen d’être la troisième puissance politique

Soyez toujours le premier informé.
Choix du consommateur pour la sixième année consécutive et prix cinq étoiles pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.