Comment avance la conférence sur l’avenir de l’Europe

C’est un exercice unique de démocratie participative. Depuis le mois de mai, tous les citoyens de l’Union européenne sont invités à donner leur avis sur le projet européen dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe. L’objectif est de construire l’Union des décennies à venir.

La troisième session plénière a eu lieu la semaine dernière au Parlement européen à Strasbourg. Pour les représentants des citoyens, l’initiative crée une impulsion utile.

« Nous venons de le remarquer à l’époque. Mais je pense que c’est important, car on ne sait pas grand-chose sur l’Union européenne. Comment ça marche ; qui y travaille ? « Même dans notre pays, ce n’est pas un sujet dont on parle beaucoup », dit Levern Neiman, porte-parole du peuple néerlandais.

« On a donné notre avis, on a donné des idées sur ce qu’on voulait améliorer en Europe et sur ce qu’on devrait retirer. Après tout, tout le monde a un avis, y compris dans l’Union européenne. »

Pour discuter de la conférence sur l’avenir de l’Europe, euronews s’est entretenu avec la vice-présidente de la Commission européenne pour la démocratie et la démographie, Dubravka Svica de Croatie.

nouvelles de l’euro :Êtes-vous satisfait de la mobilisation des gens pour la conférence ?

Dubravka Svitsa : Je dois avouer que je suis content car nous vivons en pleine pandémie et il n’est pas facile d’amener les citoyens à participer en personne. Mais puisque nous avons organisé tous les événements, tant physiques qu’hybrides, je peux dire que je suis satisfait, notamment parce que, comme vous le savez, nous disposons d’une plateforme numérique multilingue dans 24 langues européennes différentes, afin que les gens puissent communiquer avec nous via le plateforme numérique. Étant donné que nous vivons à l’ère du numérique et que l’une des priorités de la Commission européenne est l’Europe numérique, c’est très important. Ainsi, de nombreux citoyens peuvent communiquer, partager leurs idées, réagir ou organiser différents événements. Donc, à l’heure actuelle, plus de 4,5 millions de citoyens européens communiquent avec nous, ce qui, je pense, est suffisant, mais bien sûr, nous ne vivons pas là-bas. Nous voulons toujours mieux promouvoir la Conférence sur l’avenir de l’Europe, qui consiste notamment à inviter les citoyens à venir sur des plateformes numériques multilingues et à exprimer leurs préoccupations, leurs espoirs, leurs craintes, leurs idées et leurs réflexions. Notre Europe, dans laquelle ils veulent vivre et travailler.

nouvelles de l’euro : Quels États membres sont les plus impliqués et lesquels pourraient mieux faire?

Dubravka Svitsa : Je pense que les États membres les plus actifs sont l’Allemagne, la France, la Belgique et l’Italie. Je pense que la partie orientale de l’Europe pourrait faire mieux. Ils ne sont peut-être pas si bien informés. Mais ce sont aussi des États plus petits, donc si nous mettons les choses en perspective, ils s’en sortent bien. Mais je pense qu’il est important que tout le monde interagisse avec nous, parce que la raison pour laquelle nous avons organisé cette conférence Future Europe, c’est parce que nous voulions écouter les gens, parce qu’il ne suffit pas d’avoir une élection tous les quatre ou cinq ans pour s’occuper d’eux. Nous voulons donc parler et voir ce qu’ils pensent.

nouvelles de l’euro : Que retenez-vous du rapport intermédiaire que vous avez reçu, que retenez-vous des préoccupations, des idées, de l’humeur des citoyens ?

Dubravka Svitsa : Ce que j’ai compris, c’est que la plupart d’entre eux, disent-ils, ne connaissent pas grand-chose à l’Europe, aux institutions européennes et n’ont donc pas de programmes scolaires pour enseigner aux enfants, aux étudiants, davantage sur l’Europe et les institutions européennes. Il leur manque cette identité européenne, et je pense que, sans intention d’anticipation, cela pourrait être une des conclusions de cette conférence. Alors mieux connaître l’Europe et combler en quelque sorte ce fossé qui existe entre ce qu’ils savent et ce que l’Europe fait vraiment pour eux. C’est pourquoi nous voulons réduire ce fossé entre nous, décideurs politiques et citoyens, si possible.

nouvelles de l’euro : A-t-on une idée du profil des participants et voulant façonner cette Conférence ?

Dubravka Svitsa : Pour le moment, je vois les résultats sur les plateformes numériques multilingues, mais c’est juste une référence intermédiaire, donc rien ne peut être biaisé et je ne veux pas parler du résultat parce que je ne veux pas influencer les idées des citoyens, comme nous envie de les entendre. Mais vous pouvez le voir sur le site Web de la plateforme numérique. Ce sont plus des hommes que des femmes. Ce sont aussi des personnes très instruites et beaucoup dans la tranche d’âge des 19 à 40 ans, ce qui les familiarise davantage avec la technologie numérique. Cela signifie donc que nous devons améliorer tout cela et que la communication avec la présence physique est toujours meilleure. Mais comme vous le savez, vivre dans ces circonstances particulières d’Omicron n’est pas toujours facile en ce moment. Nous voyons cela jusqu’à présent, mais cela ne signifie pas que ce sera l’image finale.

nouvelles de l’euro : Comment se passent les discussions ? Certains étaient un peu animés, je dirais. Certains participants estiment qu’ils n’ont pas assez de temps ou qu’il y a trop de sujets et qu’ils ne peuvent pas dire tout ce qu’ils veulent dire.

Dubravka Svitsa : Certains pourraient dire cela, mais c’est très bien organisé et c’est très juste et correct. Tout le monde a le même temps de parole, ce qui est très important. Tous les sujets sont ouverts, chacun peut dire ce qu’il veut. Nous sommes donc complètement ouverts, bien que divisés en différents panneaux, mais il y a suffisamment d’espace pour tout le monde. Il s’agit bien sûr d’un exercice et nous réfléchissons maintenant à la manière de rendre cet exercice permanent. Cependant, aucune décision n’a encore été prise à ce sujet, car nous pensons que nous devons intégrer la démocratie consultative et participative dans le processus d’élaboration des politiques de l’Union européenne.

nouvelles de l’euro : Vous avez les ressources. Mais avez-vous le temps ?

Dubravka Svitsa : Au début, comme vous le savez, cela prenait deux ans et nous ne pouvions pas commencer car nous avions un confinement. Nous avons commencé l’année dernière, à l’occasion de la Journée de l’Europe, et maintenant un an s’est écoulé. Beaucoup me demandent pourquoi on s’arrête le 9 mai cette année. Parce que nous avons besoin de l’autre moitié de notre mandat pour mettre en œuvre ce dont les citoyens discuteront et les conclusions. Sinon, le mandat est terminé et nous ne pouvons rien accomplir. Et c’est la raison. Le bon travail, pour nous politiciens, commencera cette année le 9 mai, après que nous aurons les conclusions et les recommandations des citoyens. Et puis nous devons commencer à travailler avec les trois institutions, et c’est la première fois dans l’histoire de l’Union européenne que les trois institutions vont travailler ensemble là-dessus et que nous avons une approche commune. Il n’y a pas de vote, donc tout doit se faire par consensus.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.