En acte avec Lula, le PSB apporte officiellement son soutien à PT et Alckmin en tant que candidat à la vice-présidence | Élections 2022

Le PSB a tenu la convention nationale du parti à Brasília vendredi dernier (29), soutenant officiellement la candidature de l’ancien président Lula (PT) pour le Palais du Planalto aux élections de cette année.

Lors de la convention également, le PSB a confirmé l’ancien gouverneur de São Paulo, Geraldo Alckmin, comme candidat à la vice-présidence sur le ticket de Lula. Le vote s’est fait par acclamation, c’est-à-dire que les votes ont été exprimés oralement.

Cinq autres partis sont également impliqués dans l’alliance : PC do B, PV, Solidariedade, Rede et PSOL (ces deux derniers n’ont pas encore officialisé leur soutien).

Lula, Alckmin et plusieurs membres des partis ont assisté à la convention. Le sondage Datafolha publié jeudi (28) place Lula en tête, avec 47% des intentions de vote.

Datafolha : Lula compte 47% au premier tour, contre 29% pour Bolsonaro

Ensuite, selon le sondage, le président Jair Bolsonaro (PL), candidat à la réélection, apparaît avec 29 % ; l’ancien gouverneur Ciro Gomes (PDT), avec 8 % ; la sénatrice Simone Tebet (MDB), avec 2% ; et le Député André Janones (Avante), avec 1%.

C’est la sixième course présidentielle de Lula. En 1989, PT a atteint le deuxième tour, mais a perdu contre Fernando Collor (PRN). En 1994 et 1998, Lula a également atteint le deuxième tour, mais a perdu les deux fois face à Fernando Henrique Cardoso (PSDB).

En 2002, Lula est élu président au second tour après avoir battu José Serra (PSDB). En 2006, il est réélu devant Geraldo Alckmin (alors au PSDB et actuellement au PSB).

Le PSB avait déjà soutenu Lula dans d’autres concours présidentiels, et la composition des billets pour l’élection de cette année incluait la définition de plates-formes régionales.

Par exemple, à Pernambuco, le PT n’aura pas de candidat et soutiendra Danilo Cabral du PSB ; à São Paulo, le pré-candidat du PSB pour le gouvernement de l’État, Márcio França, se présentera au Sénat pour soutenir le candidat du PT Fernando Haddad pour le Palácio dos Bandeirantes.

Il y avait aussi un accord pour soutenir la candidature de Marcelo Freixo (PSB) pour le gouvernement de Rio de Janeiro. Là, c’est encore une impasse. Le PT a nommé André Ceciliano pour constituer le ticket du Sénat. Cependant, le PSB local maintient la nomination d’Alessandro Molon, nouvellement affilié à l’acronyme.

Mercredi dernier (27), Ceciliano a annoncé que le PT avait fixé un délai à Molon pour retirer sa candidature. Le délai devait expirer ce vendredi, mais rien n’a été dit à ce sujet lors de l’événement.

Molon n’était pas présent à la réunion de l’acronyme. Selon le service de presse, il « fait campagne » pour le Sénat à Rio de Janeiro.

À son arrivée à la convention, Freixo a déclaré que seul le président national du parti, Carlos Siqueira, pouvait commenter la décision. Un autre membre récent du parti, l’ancien gouverneur Flávio Dino, a déclaré que la « priorité » du parti est la candidature de Marcelo Freixo et que des pourparlers doivent encore être menés pour sortir de l’impasse au Sénat. « Nous en déciderons le 5 août », a-t-il déclaré.

Dans un discours prononcé à la convention, Siqueira a mentionné « des problèmes spécifiques et des projets différents dans certains États » et a défendu l’union des partis progressistes.

« Nous n’avons pas le droit de perdre cette élection et cela ne nous suffira pas pour gagner la course présidentielle. Il est nécessaire de former des majorités, d’élire des gouverneurs progressistes, d’attirer à la tâche de reconstruction nationale ce qu’il y a de mieux dans la politique, dans l’économie, dans le monde intellectuel et culturel », a-t-il déclaré.

Le président national du PT, le député Gleisi Hoffmann (PR), a rappelé dans un discours la distance entre le PSB et le PT lors des récentes élections. Selon elle, cette année « personne n’a hésité », en référence aux partis qui composent l’alliance de Lula.

« C’est un processus de construction de l’unité de défense de la démocratie. Le PT et le PSB ont couru ensemble pendant longtemps, dans de nombreux voyages et dans de nombreuses batailles, mais ils n’ont pas toujours été ensemble dans toutes les élections que nous avons disputées au Brésil après l’ouverture démocratique. Cela en fait partie », a-t-il déclaré.

« C’est la qualité d’un projet que nous présentons au Brésil, et la qualité des dirigeants qui peuvent sortir le Brésil de cette crise. […] Il s’agit de deux personnes ayant une expérience en gestion », précise-t-il.

L’alliance approuvée par le PSB vendredi (29) est formée par une coalition. Cette modalité consiste en l’engagement de deux ou plusieurs partis et permet, entre autres, au sous-titrage d’augmenter le temps de publicité gratuite à la télévision et à la radio, ainsi que davantage de ressources dans le fonds électoral. Contrairement à la fédération, la coalition peut être dissoute à l’issue des élections.

La campagne de Lula et Alckmin espère que, avec un soutien formel, le billet aura le plus de temps pour la propagande électorale à la radio et à la télévision à partir du 26 août.

Officiellement, le calendrier ne devrait être connu qu’après la date limite de candidature, le 15 août.

Parmi les partis qui font partie de l’alliance, seule la fédération PSOL-Rede n’a pas officiellement soutenu Lula. Samedi prochain (30) c’est la convention nationale de la fédération au programme.

Le PT officialise le pré-candidat de Lula à la présidence et lance Geraldo Alckmin (PSB) comme candidat à la vice-présidence

Le PT officialise le pré-candidat de Lula à la présidence et lance Geraldo Alckmin (PSB) comme candidat à la vice-présidence

L’alliance nationale du PT avec le PSB a été forgée après l’adhésion d’Alckmin au parti. Auparavant, l’acronyme avait tenté de discuter de l’adhésion à la fédération du parti dirigée par le PT, mais avait laissé la discussion en contradiction avec les revendications du PT.

Alckmin, membre historique du PSDB, a quitté le parti après 33 ans de désaccords. Enquêté par des partis comme le PSD, l’ancien gouverneur de São Paulo a choisi le PSB pour négocier un ticket avec Lula.

Annonçant le vote qui confirmerait le nom d’Alckmin sur le ticket, Carlos Siqueira a classé l’ancien gouverneur comme l’une des « personnes les plus honorées de la politique brésilienne ». « Le nom de la simplicité, de la discrétion, de la compétence », a-t-il déclaré.

Alckmin a déclaré qu’il se sentait « vraiment chez lui ». « Aujourd’hui est un jour de fraternisation, pour montrer la force de notre union autour de Lula. C’est le jour pour le PSB d’ouvrir ses portes et de promouvoir ce grand rassemblement interpartis », a-t-il déclaré.

« Nous n’abandonnerons jamais notre droit de choisir librement qui doit diriger le pays. Celui qui prétend la fraude doit le prouver, et celui qui ne le prouve pas doit être puni pour la farce d’accuser. Ne jouons pas au jeu du mensonge. Nous n’allons pas céder aux ruses et aux divagations d’un président qui ne veut pas rentrer chez lui. Il est temps que Bolsonaro parte », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, Lula a justifié son association avec Alckmin par une citation de Paulo Freire. Selon lui, il faut unir les divergents pour vaincre les antagonistes.

« J’ai conclu une alliance politique avec un segment politique qui n’était pas le mien », a-t-il déclaré à Pernambuco.

Ce vendredi, l’ancien président a déclaré que « peu de gens croiraient possible » l’alliance avec le PSB et l’ancien gouverneur.

« Nous formons l’alliance la plus importante jamais conclue entre tous les partis de gauche de ce pays et les partis démocratiques de ce pays. […] Nous avons une nouveauté que personne n’aurait pensé pouvoir arriver il y a six mois, et c’est le camarade Alckmin, affilié au PSB et candidat à la vice-présidence de la République », a-t-il déclaré.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.