En faveur de murs aux frontières pour lutter contre la migration,…

La candidate à la présidentielle française Valérie Pecres, qui voulait relancer ses perspectives lors des prochaines élections, a exprimé son soutien aux murs frontaliers et a évoqué le « grand remplacement » de la population par des immigrés non blancs, tel que diffusé par l’agence Bloomberg.

Pecresse, le candidat républicain, s’est adressé dimanche à des milliers de partisans à Paris, affirmant que la France avait perdu une grande partie de son influence sous le président Emmanuel Macron et continuerait de décliner si elle était réélue.

« Dans dix ans, serons-nous encore la septième puissance du monde ? Resterons-nous une nation souveraine ou, à l’inverse, une filiale américaine, un comptoir de la Chine ? Serons-nous une nation unie ou une nation fragmentée ? » il a dit. « À la lumière de ces questions vitales, ni une dégradation majeure ni un remplacement majeur ne sont inévitables. »

Pekres a également déclaré que l’immigration « inondait » et créait des « zones non françaises », encourageant la restauration des frontières en Europe pour renforcer la souveraineté.

« S’il est nécessaire à cette fin de construire des barrages ou même des murs, comme l’exigent les Etats à la pointe du chantage aux migrants, je les soutiendrai », a-t-il déclaré.

Selon Bloomberg, les sondages montrent jusqu’à présent que Pekres échouera au premier tour des élections le 10 avril, et ses déclarations suggèrent qu’elle tourne à droite dans un effort pour rallier le soutien. Il semble adopter la position anti-immigrés dure d’Eric Chiotti, qu’il a battu à la primaire républicaine.

Madeline Favre

"Maven du bacon indépendant. Étudiant. Fan extrême de la culture pop. Joueur amateur. Organisateur. Praticien de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.