Guerre en Ukraine : menace pour la démocratie en Europe Intervention étrangère selon le Parlement européen

« Nous n’avons pas la guerre, mais avons-nous la paix ? » La question posée par l’eurodéputé français du groupe social-démocrate et président de la commission spéciale des affaires étrangères, y compris la désinformation, dans tous les processus démocratiques de l’Union européenne (INGE), Rafael Glucksmann, est révélatrice du climat actuel dans l’Union européenne Parlement à Athènes.

La raison était la finalisation de l’enquête du Parlement européen « Sur la manière dont les criminels étrangers manipulent les informations et interviennent au sein de l’UE pour saper ses processus démocratiques » et les mesures pour faire face à ces menaces.

L’Europe n’est peut-être pas en guerre, mais elle est activement engagée dans la soi-disant « guerre de l’information » et considère ce qu’elle a identifié comme des interventions russes et chinoises comme des menaces pour les institutions, les valeurs et la structure cohésive qui la rendent possible. Par exemple, la présentation des conclusions de la Commission était accompagnée d’une série de recommandations de mesures « négatives » et « positives », qui, selon Gluksman, visent à sortir les élites européennes « du coma postmoderne » dans lequel elles Invasion russe et le renforcement des institutions démocratiques au sein du bloc, impliquant autant d’organisations de la société civile que possible.

En particulier, le Parlement européen a formulé les recommandations suivantes :

  • financement public pour les grands médias pluralistes et indépendants, les journalistes, les contrôleurs d’événements et les chercheurs
  • envisager de révoquer la licence des organisations faisant la promotion de la propagande d’un État étranger
  • les plateformes de médias sociaux, utilisées comme médias d’intervention externes, devraient cesser de promouvoir les « faux » comptes qui propagent la désinformation depuis l’étranger, y compris les comptes dans des langues autres que l’anglais
  • Les universités européennes devraient reconsidérer leur partenariat avec les instituts Confucius, qui servent de plateformes pour représenter les intérêts chinois
    clarifier les relations « extrêmement inappropriées » entre certains partis politiques européens et la Russie
  • interdire le financement étranger des partis politiques européens et nationaux
  • améliorer de toute urgence la cybersécurité et interdire l’utilisation de logiciels espions comme Pegasus
  • rendent plus difficile le recrutement d’anciens hommes politiques par des agents étrangers après leur mandat.

Les interventions étrangères constituent une menace existentielle pour l’Europe

Le briefing, en particulier lorsque Glucksmann parlait, était caractérisé par une franchise inhabituelle. L’eurodéputé et ancien journaliste français a ouvertement décrit la Russie – et ensuite la Chine – comme des forces hostiles à l’Europe, cherchant à saper les fondements démocratiques des États membres du bloc et ainsi leur cohésion interne, tout en soulignant qu’à son avis, la démocratie ne peut survivre sans protection. Arguant que la question n’est ni géostratégique ni idéologique, mais essentiellement existentielle, il a cité des politiciens spécifiques, des investissements et des politiques étatiques qui ouvrent des portes à l’intervention étrangère et a attiré l’attention sur la nécessité d’impliquer les citoyens dans la lutte émergente pour la démocratie sur le continent, dans conformément aux bonnes pratiques identifiées avec succès à Taïwan par la Commission.

Élites de prisonniers et visas dorés

Dans ses déclarations, Gluckmann a évoqué en particulier la « captivité des élites », faisant référence à des hommes politiques tels que Gerhard Schroeder, François Fillon et Nicolas Sarkozy, qui immédiatement après la fin de leurs mandats à la direction de l’Allemagne et de la France, respectivement, ont été associés aux intérêts commerciaux russes. Dans le même temps, il a été confronté à la menace posée par la délivrance de « visas dorés » par des pays comme la Grèce et Chypre, ainsi que par l’acquisition d’infrastructures, comme le port du Pirée, par des intérêts chinois.

Citant diverses formes d’intervention étrangère dans la politique européenne, allant de la désinformation et des cyberattaques aux « intérêts d’infrastructure hostiles » et au financement des partis et des campagnes politiques en Europe, la Commission conclut qu’il s’agit d’un problème systémique qui nécessite des solutions systémiques.

« Révolution spirituelle »

En plus de renforcer les outils du bloc pour dissuader ce qu’il décrit comme des menaces, Glucksmann a appelé à « une sorte de révolution spirituelle » au sein de l’UE pour accroître la « sécurité culturelle », qui, selon lui, est actuellement absente, en raison du sentiment dominant que l’Union opère dans un monde « sans ennemis ». Dans le même temps, il a exhorté l’Europe à envoyer un « message de force » avertissant que « tout signe de faiblesse dans notre réponse est un appel à l’agression – et cela ne concerne pas seulement l’Ukraine, mais toute l’Europe ».

L’objectif de Poutine est la déstabilisation

Notant que dans certains cas, le gouvernement Poutine a même soutenu des parties en conflit au sein d’un même pays, comme dans le cas de l’Espagne, Gluksman a déclaré que l’objectif ultime de la Russie n’est pas nécessairement la domination de forces politiques spécifiques, mais plutôt la déstabilisation de ses institutions. et donc le Parlement européen devra passer par une période de vigilance constante, surveiller la situation et adapter les mesures qu’il prend contre les ingérences extérieures.

Le rôle des influenceurs

Delphine Collard, chef du service de presse de l’UE, a pour sa part souligné la nécessité de faire la distinction entre le « journalisme paresseux » et un effort concerté pour fournir de la désinformation – ou « manipuler l’information » – et a déclaré qu’une priorité pour le Parlement européen et la sensibilisation du public sensibilisation, via des outils de fact-checking, mais aussi avec l’implication des influenceurs des réseaux sociaux.

« Outils de falsification » légaux et illégaux

Lutz Gulner, responsable de la stratégie de communication au Service européen pour l’action extérieure (EAAS), a également appelé aux « fausses nouvelles en matière d’extrémisme », soulignant que l’UE avait affaire à un « État hautement coordonné, systématique et ciblé ». A cet égard, il a fait valoir que l’interdiction de la diffusion des médias d’État russes dans l’UE ne relève pas de la censure, mais de « la reconnaissance d’une menace réelle pour notre république, qui se présente sous de nombreuses formes et se produit dans nos sociétés depuis longtemps ». temps. »

Parlant des raisons de la création de la commission INGE, il a évoqué les événements entourant l’annexion de la Crimée et a noté qu’il existait déjà des preuves claires de la création de structures à travers lesquelles la Russie pourrait non seulement manipuler l’information en interne, mais a également souligné que  » nos yeux se sont particulièrement ouverts avec les élections américaines de 2016, le rapport Mueller et les techniques qui y ont été utilisées. »

« La Russie a mis au point un système dans lequel toutes ces structures sont coordonnées », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il s’agissait d’une combinaison d’outils diplomatiques légitimes (représentants de la presse, diplomates, etc.) liés aux services russes », activité clandestine dans les réseaux sociaux utilisant de faux profils, mais aussi « des structures et des réseaux créés pour influencer ou confondre les gens et créer des troubles et des divisions dans les sociétés ».

Mesures et listes noires

En réponse, Gulner a appelé à quatre étapes : sensibiliser au sein de l’UE, renforcer les outils de résolution de problèmes, travailler avec les plateformes de médias sociaux et fixer des limites aux entreprises technologiques, et intervention directe de l’UE, le cas échéant par le biais de mécanismes de sanctions, comme dans le cas de Spoutnik. et RT.

Répondant aux questions pertinentes des journalistes, Gluksman a précisé que la question de la soi-disant «captivité des élites» devrait être notre préoccupation particulière, car elle est liée aux «erreurs politiques» qui ont conduit à la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de la Russie, alors qu’en même temps temps devenant un phénomène qui pourrait à nouveau nous préoccuper en cas d’invasion chinoise de Taïwan. À cette fin, il a fait valoir que la volonté politique d’établir une liste des « entités concernées » qui ne peuvent être recrutées par d’anciens chefs d’État et d’autres personnalités politiques clés devrait être concentrée, reconnaissant qu’il s’agit d’une étape qui, à première vue, semble inimaginable. cette fois, mais en ajoutant que, comme pour l’annonce d’équipements allemands, cela pourrait devenir une réalité d’ici quelques jours, dans le climat international tendu de l’époque.

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.