La police enquête sur la mort d’un jeune de 19 ans qui a pris des médicaments abortifs à Barrinha, SP | Ribeirao Preto et la France

La police civile enquête sur la mort d’une jeune fille de 19 ans qui a utilisé un médicament abortif à Barrinha (SP). Camile Vitoria Figueiredo Vianna était enceinte de 20 semaines.

Le décès est survenu le 16 août, a indiqué la police. Selon le député Reginaldo Félix, de Guariba (SP), Camile s’est rapidement senti malade avec des saignements et des vomissements après l’injection du médicament et a été emmené au service des urgences (UPA) de Barrinha.

Sa santé s’est détériorée et elle a été référée à un hôpital de Jaboticabal (SP), où elle n’a pas non plus dit à l’équipe qu’elle essayait de se faire avorter. C’est dans cette unité qu’elle est décédée.

L’enquête a commencé jeudi (18) et selon le député, la jeune fille a eu l’aide de deux amis pour acheter et appliquer le médicament à travers un groupe de conversations sur WhatsApp. Les filles ont déjà témoigné.

Camile Vitoria Figueiredo Vianna était enceinte de 20 semaines et est décédée après avoir pris un médicament abortif à Barrinha, SP — Photo : Reproduction/EPTV

« Lors de sa première tentative d’avortement, alors qu’elle était enceinte de trois mois, elle ne pouvait pas le faire seule. Par conséquent, puisqu’elle a réussi à passer par ces moyens non autorisés via ce groupe WhatsApp, elle a demandé l’aide de ces deux amis, qui avaient chacun leur rôle dans la réalisation de la procédure.

Le député a également déclaré que le téléphone portable de la jeune fille avait été saisi et que la victime avait contacté le groupe par d’autres contacts. Les flacons de médicaments et les seringues sont également entre les mains de la police et font l’objet d’une enquête.

«Là, elle a eu les conseils et la livraison de ce médicament et comment effectuer cette procédure ratée. Tout a été aidé par les gens de ce groupe, qui fait maintenant également l’objet d’une enquête ».

Les amis de Camile et son petit ami, dont la police tente toujours de comprendre le rôle dans l’affaire, font l’objet d’une enquête. Ils peuvent répondre d’un avortement qualifié entraînant la mort.

En vertu des articles 124 à 126 du Code pénal, l’avortement est considéré comme un crime au Brésil. La peine va de un à trois ans de prison pour une femme qui provoque un avortement ou le fait faire par quelqu’un d’autre.

Camile Vitoria Figueiredo Vianna avait 19 ans et est décédé après avoir pris un médicament abortif à Barrinha, SP — Photo : Reproduction/EPTV

Voir plus de nouvelles de la région sur g1 Ribeirão Preto e Franca

VIDÉOS : Tout savoir sur la région

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.