Le déficit sera bien inférieur aux prévisions. Peut-être entre 1,2% et 1,4% du PIB – Marques Mendes

PROBLÈMES DE SÉCURITÉ

  1. La sécurité est de retour à l’agenda politique. Cela arrive de temps en temps. Bien sûr, il y a toujours des problèmes de sécurité dans le pays. Depuis le début, nous avons eu des forces de sécurité mal payées, notamment dans le PSP et le GNR. Et nous avons aussi, avec les gouvernements d’António Costa, moins de policiers dans le PSP et le GNR. Il y a eu une vraie baisse.

  • Cependant, il ne faut pas exagérer. Nous sommes un pays sûr. L’un des pays les plus sûrs au monde.
  • Et quand on prend des décisions, mieux vaut ne pas se précipiter. L’idée de créer des sites mobiles déjà en mauvais état quelques heures seulement après leur inauguration tue de dérision tout décideur ou fonctionnaire du gouvernement.

  1. Mais si l’on veut discuter sérieusement de la question de la sécurité, il faut entrer dans le vif du sujet : a-t-on moins de policiers ? Ou avons-nous des policiers sur place, mais doivent-ils être dans la rue ? Quel rapport avons-nous avec l’UE-27 ? Voyons voir:

  • Nous avons un ratio de 443 policiers pour 100 000 habitants. Nous sommes bien meilleurs que des pays comme l’Italie, l’Espagne, la France et l’Allemagne. Et bien au-dessus de la moyenne européenne. Donc, quantitativement, nous sommes plutôt bons.
  • Sur 27, seuls trois pays ont un meilleur ratio (Chypre, Grèce et Croatie). Et en termes de dépenses publiques de sécurité, nous sommes également au-dessus de la moyenne de l’UE (1,9 % du PIB)
  • Mauvais, vraiment mauvais, tout de même dans le nombre de femmes dans les forces de sécurité. Là, nous sommes le pire pays de l’UE.

  1. Comme vous pouvez le voir, notre gros problème dans la Sécurité est le même que dans la Santé, la Justice ou l’Éducation. C’est un problème de mauvaise organisation. Nous avons des ressources, mais elles sont mal réparties. Voici un bon défi pour MAI : mettre plus de policiers dans la rue et laisser les fonctionnaires faire le travail administratif.

L’ÉTAT A PLUS D’IMPÔTS

  1. Une situation inédite se présente au Portugal : une croissance anormale des recettes de l’État. Cette croissance est bien supérieure à ce que le gouvernement lui-même avait prévu. Le résultat d’une croissance économique supérieure aux attentes et, surtout, d’une inflation élevée. L’État profite de l’inflation. Prenons trois exemples :

  • Recettes de TVA : le gouvernement prévoit une croissance de 10,7 % cette année. Jusqu’en juin, les recettes de TVA augmentent de 26,9 % (plus du double);
  • Recettes de l’IRS : le gouvernement prévoit une croissance de 4,7 %. Jusqu’en juin, la croissance est de 12,3% (presque trois fois plus);
  • Chiffre d’affaires total : le gouvernement prévoit une croissance de 6,7 %. Jusqu’au milieu de l’année, la croissance est de 29,7 %. En valeur absolue, plus de 4 milliards d’euros de revenus ont été levés.

  1. arrivé icitrois choses importantes doivent être soulignées:
  2. Premièrement, nous n’aurons pas d’excédent budgétaire, mais le déficit restera bien en deçà des prévisions. Peut-être entre 1,2 % et 1,4 % du PIB. Ce qui est bon. Un faible déficit en période de turbulences nous donne une certitude sur les marchés.
  3. Deuxième: la dette publique en pourcentage du PIB sera inférieure à 120 % du PIB, très proche de la valeur de la dette espagnole et de la valeur pré-pandémique (116,9%). Encore une bonne nouvelle. La dette est notre plus grande vulnérabilité.
  4. Troisième: pourtant, il y a un « vide » pour approuver un soutien social pour les familles les plus pauvres, les entreprises et les retraités les plus vulnérables, ce qui pourrait faire avancer une partie de l’augmentation prévue de 2023 à 2022.
  5. Enfin, la question du soutien aux familles et aux entreprises est la plus urgente. Une grande entreprise d’énergie parle toujours d’une augmentation de 40 % de sa facture d’électricité en août. Le ministre nie cela, bien sûr. Mais si cela arrive, c’est une catastrophe.

LES NOUVELLES TAXES ont-elles un sens ?

  1. Quant aux bénéfices de plusieurs banques et sociétés énergétiques, il a été question cette semaine de nouvelles taxes pour « taxer » les bénéfices extraordinaires. L’idée est tentante. C’est du genre populiste : les riches paient la crise.

  1. Mais en vérité, ce serait une idée complètement contre-productive.

  • Premièrement, si les entreprises ont plus de profit, tant mieux.. Ils paient plus d’impôts à l’État et sont mieux à même de faire de nouveaux investissements, générant plus de richesse et plus d’emplois.
  • Deuxièmement, présentez-vous que ces entreprises ont des pertes plus tard. L’État, tout en restant cohérent, va-t-il leur accorder une subvention ou une compensation ? Bien sûr. Ce serait absurde !
  • Troisièmement, ce serait un mauvais signe pour les investisseurs. Le Portugal a déjà le deuxième taux d’imposition des sociétés le plus élevé de l’UE (après Malte). Nos principaux concurrents pour attirer les investissements ont des frais moins élevés. Si nous aggravons l’IRC, nous envoyons le mauvais signal. Voyons voir:

– L’IRC au Portugal a un pourcentage maximum (y compris les déversements) de 31,5 %. La moyenne de l’UE s’élève à 22 %.

– Et les pays de l’Est, nos concurrents directs, ont des taux inférieurs à 20 %.

  1. Pour terminer: la solution n’est pas d’introduire de nouvelles taxes. La solution est d’amener les entreprises, notamment les sociétés énergétiques, à réinvestir les profits extraordinaires qu’elles ont au lieu de verser des dividendes aux actionnaires..

LA PÉDOPHILIE DANS L’ÉGLISE ?

  1. Tout d’abord, une excellente enquête du journal Observador : travail sérieux et très professionnel. Puis une explication absolument tardive du Patriarcat de Lisbonne : l’Église se rend compte peu à peu qu’en ces matières elle a le devoir de clarifier, avec vérité et rapidité. Enfin une situation inacceptable : un prêtre a abusé sexuellement d’un enfant, n’a pas été examiné et reste impuni car il n’a pas été dénoncé aux autorités.

  1. Cette situation est grave. Mais la culpabilité est connue. Blâmez les règles erronées et injustes que l’église avait jusqu’en 2020. Jusqu’à il y a deux ans, un cas d’abus sexuel n’était pas signalé aux autorités. Très mauvais. Après tout, la loi est la même pour tous, prêtres ou non-prêtres. Personne n’est au-dessus des lois. Heureux que le pape François ait eu le courage de changer les règles.

  • José Policarpo, en 1999, alors qu’il était au courant de l’affaire, il aurait dû la signaler à la justice. C’est à ce moment-là et non en 2019 que la plainte aurait dû être déposée. Et il aurait dû jeter le prêtre abusif hors de l’église. Un prêtre qui abuse sexuellement d’un enfant ne mérite pas d’être prêtre. Mais ce n’étaient pas les règles de l’église à l’époque. Malheureusement.
  • On ne peut pas dire que Manuel Clemente, en 2019, ait caché l’affaire. Si le cardinal avait voulu le cacher, il n’aurait pas pris l’initiative de parler à la victime. Et il a pris cette initiative deux fois. Quiconque veut cacher quelque chose n’a pas ce comportement. Il est vrai qu’il aurait néanmoins pu faire un signalement aux autorités. Les règles changeaient déjà cette année. Mais en 2019, cela n’a plus eu d’effet pratique. L’affaire était prescrite. Et la victime avait demandé l’anonymat.

  1. Pour terminer: il y a une victime qui méritait attention et respect. Après tout, la mission de l’Église est de protéger les enfants, pas de les violer. Et il y a un agresseur qui devrait faire l’objet d’une enquête, mais qui « s’évade » simplement parce qu’il est prêtre. C’est pour ces raisons que de nombreux citoyens perdent la foi et se fâchent contre l’Église catholique.

ASSEZ ET SANTOS SILVA EN CONFLIT

  1. Une autre semaine de « théâtre politique » parfait entre Chega et Santos Silva. Ce conflit n’intéresse que la bulle politique et médiatique. Cela ne signifie rien pour les gens. Tout est artificiel. Tout est plein de cynisme.

Bien sûr, il y a toujours des gens qui en profitent manœuvres théâtrales:

  • Le gouvernement, d’abord. Tout en discutant du « genre » des anges, ils essaient de détourner l’attention des vrais problèmes du pays – les problèmes de santé et d’inflation, par exemple..
  • Assez, deuxième. Essayez de montrer que vous avez beaucoup de résistance. Mais au fond, cela forme une mauvaise opposition.

  1. Prenons l’exemple des immigrés. L’attaque d’Assez contre les immigrés est la plus grande absurdité et la plus grande injustice au monde.

  • Premièrement, nous avons besoin d’immigrants parce que nous n’avons pas la main-d’oeuvre pour travailler. Il suffit d’écouter les entrepreneurs, du nord au sud du pays.
  • Deuxièmement, nous avons besoin d’immigrants pour renforcer la sécurité socialeparce que nous sommes l’un des pays au monde qui perd le plus de population.
  • Troisièmement, nous avons des communautés d’immigrants absolument exemplaires. Pensons au vaste Communauté brésilienne qui sont situés à Braga et dans d’autres villes du pays. Ils sont tout simplement remarquables en termes d’intégration. Réfléchissons à Communauté capverdienne. C’est un excellent exemple de travail et de professionnalisme. Réfléchissons à Communauté ukrainienne. Un autre exemple fantastique dans la société portugaise.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.