Le secteur veut des règles équitables

L’égalité des chances avec les pays tiers est l’une des principales revendications du secteur agroalimentaire espagnol et européen. Les agriculteurs et les éleveurs en ont assez d’exiger que les produits ne soient importés de l’extérieur de l’Union européenne que s’ils ont été produits selon les mêmes normes de qualité, de sécurité alimentaire, de bien-être animal et de protection de l’environnement que ceux obtenus à l’intérieur des frontières de l’UE, bien que jusqu’à présent ils n’ont pas réussi.

Les professionnels du domaine soutiennent que les frontières sont un tamis pour des produits tels que la viande, les agrumes, le riz ou les tomates cultivés ou cultivés dans des conditions de concurrence déloyale. Et il y a des exemples qui devraient faire rougir les autorités européennes face à l’inégalité flagrante qui surgit sans raison apparente.

L’Interprofessionnelle espagnole du citron et du pamplemousse (AILIMPO) a qualifié le « déséquilibre tarifaire avec la Turquie » rendant impossible d’y exporter, tandis que les expéditions vers l’Union européenne (116 041 tonnes sur la saison 2020/21) augmentent indéfiniment. « Alors qu’un envoi en provenance de ce pays entre dans l’UE sans droits d’importation, les citrons et pamplemousses européens doivent payer 54,6% » pour entrer dans le pays ottoman, précisent-ils.

Ils ajoutent que dans la seule campagne actuelle, les États membres ont détecté 23 avertissements sanitaires aux frontières pour les citrons avec la présence de pesticides interdits (chlorpyrifos et chlorpyrifos-méthyl). L’AILIMPO a ajouté que seuls les limites maximales de résidus (LMR) et les pesticides interdits à la frontière sont testés dans 20 % des expéditions de citrons et 10 % des expéditions de pamplemousses, mais le reste est ignoré, posant un risque pour la santé de la Communauté pourrait impliquent les consommateurs et ceux des cultures de l’Union.

Avec le riz, la réalité est aussi surprenante. Miguel Minguet (ASAJA), vice-président du groupe riz du comité des organisations agricoles et des coopératives communautaires du Copa-Cogeca, a critiqué le fait que « la concurrence avec le riz cambodgien et birman est absolument injuste, car l’UE accorde aux deux pays des avantages commerciaux avantages en échange de la démocratisation et de l’amélioration de la qualité de vie de leurs citoyens, quelque chose qui ne se produit pas, au contraire» Et l’orange «sort du livre», a-t-il ajouté, évoquant le fait que ceux qui exportent l’Afrique du Sud aux États-Unis, sont expédiés avec un protocole froid, comme l’Espagne, mais ce n’est pas obligatoire lors de l’expédition d’articles vers l’UE, ce qui présente un risque majeur d’invasion de ravageurs qui affligent déjà les agriculteurs levantins.

Dans le cas des tomates, les importations en provenance du Maroc ont augmenté depuis la signature de l’accord d’association avec l’UE en 2011, qui prévoit des mesures de sauvegarde dans ses articles s’il cause de graves dommages au secteur de la production européenne, bien que la Commission européenne n’ait pas pris aucune suite donnée à ces mesures jusqu’à présent. Cependant, les producteurs dénoncent « une baisse marquée » des ventes de tomates espagnoles vers d’autres pays de l’UE en raison de la concurrence marocaine croissante, qui a également entraîné la perte d’hectares dans des régions comme Almería.

Dans le secteur de la viande, malgré ce que dit le ministre de la consommation, les exigences des pays d’où elle est importée sont beaucoup moins strictes que celles de la Communauté et les producteurs exigent la réciprocité. Le secteur met un accent particulier sur les accords de libre-échange que l’Union conclut avec d’autres parties du monde car ils ne veulent pas que la viande soit utilisée comme « monnaie d’échange ». L’accord de l’UE avec le Mercosur, en attente de ratification, est crucial pour le commerce de viandes telles que la viande bovine. Les producteurs espagnols expliquent par exemple que l’espace recommandé – non obligatoire – pour le transport d’animaux au Brésil est entre 5 et 15 % inférieur à celui requis dans l’UE ou que la réglementation brésilienne n’exige pas que les animaux soient déchargés lors de longs trajets.

Opportunité.

Cependant, il semble que la France, qui assume la présidence tournante de l’UE, partage ces préoccupations et souhaite promouvoir des initiatives au cours de ce semestre pour répondre à cette réciprocité perçue en matière de santé et d’environnement à travers les clauses dites miroirs, qui serviraient à faire des achats à l’étranger, pour autant que les exigences communautaires internes soient remplies. En fait, cette politique de réciprocité est l’une des priorités de la Présidence française. Le ministre français, Julien Denormandie, a confirmé qu' »aucun des citoyens européens ne peut comprendre que nous importons des produits qui ne sont pas fabriqués selon les mêmes règles de production » que celles qui s’appliquent aux Vingt-sept.

Le ministre de l’Agriculture, Luis Planas, travaille dans le même sens et a également défendu que toutes les importations agricoles et animales entrant dans l’UE respectent les mêmes normes de qualité et de sécurité que les travailleurs de notre secteur primaire doivent suivre. « Lorsqu’un produit est introduit dans l’Union européenne, il est importé et doit l’être dans les mêmes conditions que ce que nous avons imposé à nos agriculteurs et éleveurs en production », a déclaré Planas à son arrivée à la réunion des ministres de l’agriculture de l’UE qui accueillera cette réunion s’est tenue lundi. à Bruxelles, rendez-vous au cours duquel il a défendu cette position.

La Commission européenne prépare un rapport sur la faisabilité juridique d’exiger des normes sanitaires et environnementales de l’UE, y compris des normes de bien-être animal et celles liées aux processus et méthodes de production, pour les importations en provenance de pays tiers et transmettra le document qui devrait être publié en juin. L’objectif est de faire respecter les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui constituent la principale pierre d’achoppement, en exigeant le respect de ces normes.

« Les produits alimentaires européens sont les meilleurs au monde et c’est un atout très important », a déclaré le commissaire européen à l’agriculture Janusz Wojciechowski lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion des responsables de l’agriculture. Et il a ajouté que les normes communautaires élevées sont « un avantage », appelant à ce que les partenaires commerciaux de l’UE soient « convaincus » qu' »il vaut la peine de tout mettre dans la qualité de l’alimentation ».

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.